Le populisme de gauche, par Chantal Mouffe

Populisme et révolution

La philosophie politique de Chantal Mouffe c’est le soubassement des politiques réelles de Podemos en Espagne et de J L Mélenchon en France. Si elle n’y ajoute par Syriza en Grèce, c’est précisément parce que tout a compris que se faire élire sur un programme anti-capitaliste pour finir par obéir au néo-libéralisme sous le fouet de Merckel et de l’Union européenne, est le destin de ce populisme de gauche tel qu’il s’est incarné jusqu’à présent.

Bref, c’est un contre-feu entre la social-démocratie et les gauches révolutionnaires. Ce que JLM nomme très explicitement “révolution citoyenne“, ou le mot révolution, conformément à son sens physique signifie qu’on revient toujours au même, comme une roue de bicyclette ou la terre qui fait sa révolution toute les 24 h!

Une remarque concernant les organisateurs de Bibliothèques Idéales

Depuis que les séances se déroulent au Conservatoire, et plus à l’Aubette, la plage réservée aux questions du public a disparu! Et à la différence de l’Aubette aussi, les gens sont canalisés et pris en otage sans pouvoir entrer et sortir comme ils veulent et doivent faire la queue entre deux présentations.

Similar posts
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... Table ronde animée par Charles Fichter, Jean-Michel Niedermeyer, Armand Peter et Jean-Paul Sorg Maxime Alexandre from feuille de chou on [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]
  • Conférence de Laurent Jeanpierre sur ... In girum-les leçons politiques des ronds-points (La découverte, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.