Fukushima: « On est les plus sûrs ! »

Chronique – Roland Pfefferkorn – La Marseillaise – jeudi 24 mars

« On est les plus sûrs ! »

« Si on a perdu des marchés et des appels d’offres, c’est parce qu’on est les plus chers. Et si on est les plus chers, c’est parce qu’on est les plus sûrs ! (…) L’EPR, je connais bien le chantier, j’y suis allé plusieurs fois. Je suis désolé de dire ça, mais on a la double coque ! Le principe de la double coque, c’est que si un Boeing 747 s’écrase sur une centrale, le réacteur n’est pas touché ». C’est en ces termes hallucinants que Nicolas Sarkozy s’est exprimé trois jours après le séisme qui a provoqué l’arrêt des systèmes de refroidissement de plusieurs réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima.

Au moment de rédiger ces lignes la situation au Japon reste critique, même si l’information spectacle se focalise aujourd’hui sur d’autres questions. Les risques qui pèsent sur ce pays, et d’abord sur l’agglomération de Tokyo et sur les zones proches de la centrale (35 millions de personnes) sont toujours considérables.

Mais la France, avec le plus fort taux d’implantation de réacteurs de la planète, n’aurait rien à craindre ! Ses 58 réacteurs dans 19 centrales seraient sans danger ! Sans compter un centre de retraitement, une usine de Mox et de nouveaux réacteurs programmés ! La centrale de Fessenheim date de 1977 : il n’y a aucune limitation pour les rejets chimiques liquides, s’agissant des rejets radioactifs liquides et gazeux les normes sont totalement dépassées et obsolètes et de nombreux scientifiques demandent sa fermeture.

Même les travailleurs du nucléaire sont inquiets comme en témoigne un excellent article sur le site de Mediapart dont nous reprenons l’extrait ci-après : « Le métier a profondément changé », dit Bruno Bernard, opérateur à la centrale de Penly (Seine-Maritime). Et la façon dont le sien a évolué ne le convainc pas. « Avant, la bonne marche de la centrale, la sécurité, étaient l’affaire de toute l’équipe. Chacun se sentait investi de l’ensemble. On veillait à tout. On nous a demandé d’abandonner nos méthodes pour nous plier aux normes anglo-saxonnes. Tout devient procédures, consignes. On est noyé sous la paperasse, et totalement déresponsabilisés. Surtout pas d’initiative. Qu’importe ce que l’on fait, si cela respecte la procédure, cela ne pose pas de problème On découvre ainsi des erreurs qu’on ne pensait pas pouvoir être commises. Un jour, cela posera des problèmes. »

Au Japon aussi les avertissements n’ont pas manqués.

« A moins que des mesures radicales ne soient prises pour réduire la vulnérabilité des centrales aux tremblements de terre, le Japon pourrait vivre une vraie catastrophe nucléaire dans un futur proche. » C’est en ces termes que le sismologue Ishibashi Katsuhiko, professeur à l’université de Kobe avertissait le public le 11 août 2007. Ce scientifique faisait partie du comité d’experts chargé d’établir les normes sismiques des centrales nucléaires japonaises. Il en avait démissionné pour protester contre la position du comité. Il estimait que les recommandations fixées par le comité étaient beaucoup trop laxistes.

Ce qui est en train de se produire à la centrale de Fukushima avait été prévu. Ishibashi Katsuhiko avait prévenu les autorités de son pays que les centrales japonaises souffraient d’une « vulnérabilité fondamentale » aux séismes. Mais ses avertissements ont été ignorés par le gouvernement et la firme privée Tepco qui exploite un tiers des centrales nucléaires japonaises, dont celle de Fukushima. Tepco a été au centre d’un scandale après avoir falsifié des documents d’inspection pour dissimuler des problèmes survenus sur certains de ses réacteurs, notamment sur les circuits de refroidissement de la centrale de … Fukushima.

L’accident qui vient de se produire à Fukushima n’est donc pas une véritable surprise. C’est la reproduction, en beaucoup plus grave, d’événements qui se sont répétés plusieurs fois depuis 2005.

Et qui peuvent se produire ailleurs…

Feuille2ChouRadio

De retour du Japon Roland Pfefferkorn professeur de sociologie

à l’Université de Strasbourg témoigne

Similar posts
  • Strasbourg antifasciste contre l̵... Près de 300 manifestants ont marché du Faubourg-National à la place de la Bourse, fortement encadrés par de nombreux gendarmes surarmés, pour protester contre l’ouverture ce jour, dans un lieu encore tenu secret, d’un local, l’Arcadia, tenu par d’ex-fascistes du GUD. A Lyon, à Lille, dans la Meuse, de tels lieux de haine entre soi [...]
  • Jauni: mort d’un exilé fiscal Bonjour à tous, On a tous quelque chose du grand Johnny, planqué en Suisse, votant pour Sarkozy … Cet hommage là, c’est le seul que j’ai réussi à apprécier et il a été diffusé hier soir sur France-Inter dans l’émission de Charline Vanhoenaeker “Par Jupiter”, vers 17h30. Sinon, on a quand même chargé la bête, [...]
  • État d’urgence, toujours. Polic... Communiqué de la famille d’Antonin Bernanos : Ce matin à 6h la police judiciaire du XVIIe arrondissement a défoncé la porte de l’appartement de la mère d’Antonin Bernanos, sans sommation, pour interpeller Antonin, afin de faire appliquer immédiatement sa peine dans l’affaire de la voiture brûlée (5 ans de prison de 2 avec sursis). Cette [...]
  • Non au local fasciste à Strasbourg ! [...]
  • 16 décembre tous-tes à Menton-Garavan... [...]

2 Commentaires

  1. Gilles De Gauche Gilles De Gauche
    28 mars 2011    

    Schlomo , vous qui prétendez lutter contre l’hyperLibéralisme n’avez à aucun moment analysé l’accident de Fukushima comme une conséquence de l’hyperlibéralisme japonais. C’est étonnant ! Certes le nucléaire est une énergie dangereuse ( mais quelle source d’énergie ne l’est pas ? ) mais ce qui est dangereux c’est la manière dont l’utilisation de cette énergie est contrôlée et gérée. Ceci doit rester un monopole d’Etat alors que ce n’est absolument pas le cas au Japon où le secteur nucléaire dépend entièrement du privé : le problème est là, avant tout…

    Ainsi , une dizaine de jours avant le séisme et le tsunami qui ont ruiné le nord-est du Japon et abîmé la centrale Fukushima n° 1, Tepco avait remis un document aux autorités dans lequel il reconnaissait avoir faussé les données des registres de contrôle. L’entreprise avait précédemment assuré avoir vérifié une trentaine de pièces qui, en réalité, n’avaient pas été contrôlées. Tepco a avoué notamment qu’une carte d’alimentation d’une valve de contrôle de température de réacteur n’avait pas été inspectée durant onze ans, bien que les techniciens, qui s’étaient contentés d’un contrôle de routine, aient indiqué le contraire. Les contrôles ont été également insuffisants sur d’autres pièces, dont des éléments relatifs au système de refroidissement et au groupe électrogène de secours.

    Le problème est là… Et vous êtes bien silencieux… Ne faut il pas sortir des vieux discours éculés des années 70 et envisager les choses ainsi?

    • Schlomo Schlomo
      28 mars 2011    

      même sous monopole d’État comme en France, mais avec du privé tout de même, le nucléaire est dangereux
      il faut l’abandonner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !