Débat judéo-juif sur la Palestine: négocier [JCALL] ou résister [UJFP]?

Au lendemain de l’expulsion par la force, par la Wizo, de deux membres de l’UJFP-Alsace et du Collectif judéo-arabe et citoyen pour la paix, Régine Waksmann de Shalom Arshav nous écrit sans condamner les méthodes de voyou de la Wizo, et en faveur des positions illusoires de J Call Europe…

Bonjour JC ,au lieu de t’obstiner à faire le provocateur professionnel , le perpétuel perturbateur , pense à t’inspirer de ce message de J Call,lis – le attentivement avec Perrine ,Ali- l’éminence grise – les femmes en noir et les autres .Ce texte est la voie de la raison , de la justice et la seule voie vers une solution alors que vos scandales ( à la Wizo , au club 3 ….) sont stériles et attisent la haine . Les vrais ennemis sont les extrémistes israéliens ET palestiniens . Arrête donc de pousser des cris d’orfraie parce que les instances juives t’expulsent ( tu ferais pareil avec des activistes juifs qui viendraient monopoliser tes réunions) . Encore une fois : discute avec les tiens ce texte de JCall , ligne par ligne , c’est tellement plus constructif que le dolorisme style Perrine ou ta hargne qui confine à l’aigreur aveugle
Régine Waksman

chers Régine et Albert, et autres,

Te souviens-tu des affirmations selon lesquelles, en étant plus modérés, comme Shalom Arshav Alsace, on aurait plus l’oreille des Juifs de Strasbourg?

Pensez-vous avoir réussi à vous faire entendre mieux que l’UJFP à qui le grand-rabbin Gilles Bernheim vient de s’adresser.

A voir ce qui s’est passé hier à la Wizo, je ne crois pas.

Sauf que les premières personnes qui ont reçu les déclarations honteuses de Yehoshua ont réagi comme des juifs humanistes en condamnant comme nous et vous ces paroles exterminatrices.

Puis il a fallu que des juifs haineux et ultra sionistes s’en mêlent ne supportant pas l’échange des idées et le libre débat pour que ça se gâte, de leur côté, car d’un bout à l’autre, sauf à l’extrême fin, il n’y avait aucun bruit, aucun trouble mais des discussions calmes.

C’est seulement quand les gros bras sécuritaires privés m’ont saisi de force, à la demande des dames sionistes organisatrices du Salon, pour m’expulser que j’ai crié.

Preuve est faite une fois de plus que la communauté est divisée, qu’il y a des gens sensés mais que malheureusement ils n’osent pas dire leur fait aux instances judéo-sionistes ultra, comme le CRIF, le Consitoire, et hélas, même les rabbins, qui prétendent nous et vous représenter. L’attitude du rabbin René Gutmann me scandalise tout particulièrement, car la violence a commencé sous ses yeux et il n’a rien dit ni fait.

Je n’ai aucun ennemi parmi les résistants de tous bords qui combattent le colonialisme israélien. Faut-il te rappeler que quand la France était occupée et que les résistants étaient qualifiés de « terroristes », l’arc de la lutte antinazie allait de l’extrême-droite germanophobe à l’extrême gauche internationaliste, en passant par toutes les couleurs de l’arc politique

Aussi pour moi le Hamas et même les plus islamistes encore, même si je ne partage pas leur but, sont des combattants auprès desquels je me retrouve. Le droit à la résistance est un droit reconnu par la communauté internationale.

Quant à tes conseils de suivre JCALL, je n’en ferai rien, car qui peut être encore assez naïf pour croire à un « processus de paix » ou à des « négociations » qu’il faudrait reprendre?
Israël veut toute la Palestine! Le partenaire qui fait défaut, c’est Israël.

La Torah est un cadastre pour ces gens là.

Et dès le lendemain du vote à l’ONU, nNtanyahu a répondu par deux nouvelles provocations, annonçant la construction de 3000 logements supplémentaires dans les colonies, et bloquant l’argent des taxes dû à la Palestine!

Et le pire peut arriver pas seulement pour les Palestiniens et les Juifs israéliens, mais aussi pour les Juifs « diasporiques » à cause de la confusion que les sionistes font sciemment entre Juifs, Israéliens, sionistes, comme Netanyahu l’a encore démontré à Toulouse récemment devant le président Hollande.

Tu te trompes concernant ma réaction si des activistes juifs sionistes venaient dans des réunions que nous organisons.

C’est déjà arrivé que le Schwarz qui vend de l’or face à la shule vienne perturber une réunion de l’UJFP. Il m’avait même menacé de mort devant 50 personnes, et il est parti sans que personne ne le touche. J’avais déposé une plainte mais appris à cette occasion que pour poursuivre il fallait la réitération de la menace!

A te lire encore, J C Meyer

JCall, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix, est une initiative de citoyens juifs européens favorables à la solution « 2 Etats pour 2 Peuples ».
Profondément attachés à l’existence et à la sécurité d’Israël, ils voient dans la poursuite de l’occupation en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est une menace pour l’identité de cet Etat.
Ils sont à l’origine de l’Appel à la Raison lancé au Parlement Européen le 3 mai 2010 et signé depuis par près de 8000 personnes dont Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut, Bernard Henri Lévy, (…).
Voir le texte de l’appel et la liste complète des signataires sur notre site : http://www.jcall.eu

JCall, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix, prend acte de l’admission de la Palestine au sein des Nations Unies en tant qu’Etat non membre observateur.
Face au blocage des négociations israélo-palestiniennes, un grand nombre de pays, dont certains comptent parmi les amis les plus fidèles d’Israël, se sont résolus à soutenir la démarche des Palestiniens qui, si elle est unilatérale, répond à une aspiration légitime : leur droit à un Etat souverain et viable.
JCall considère depuis toujours que la seule solution pour parvenir à la paix est la négociation directe entre Israéliens et Palestiniens. Néanmoins, l’admission de la Palestine à l’ONU crée une situation nouvelle. Elle doit être exploitée de manière positive.
Tout d’abord, la solution à deux Etats, qui seule peut mettre fin au conflit, s’en trouve renforcée puisqu’elle acquiert une reconnaissance internationale. C’est une défaite pour ceux qui, dans chaque camp, nient les droits de l’autre peuple à l’autodétermination, y compris pour ceux qui nient la légitimité de l’Etat d’Israël
Ensuite, il s’agit d’un succès politique pour les modérés palestiniens et, en premier lieu, pour Mahmoud Abbas qui a clairement renoncé à la violence et exprimé à plusieurs reprises sa volonté d’établir un Etat palestinien à côté, et non à la place, d’Israël.
Au demeurant, JCall considère que ce nouveau statut crée de nouvelles obligations pour la partie palestinienne : premièrement, rétablir son autorité sur la bande de Gaza pour mettre fin aux tirs de roquettes qui n’ont pas cessé depuis l’évacuation de ce territoire en 2005 et, deuxièmement, accepter de reprendre les négociations avec Israël sans conditions préalables.
En ce sens, JCall appelle les Palestiniens à s’abstenir de toute tentation de judiciariser le conflit : une mise en cause de l’État d’Israël ou de ses dirigeants devant la Cour Pénale Internationale anéantirait toute tentative de négociation.
De même, JCall appelle le gouvernement israélien à ne pas utiliser l’admission de la Palestine à l’ONU comme un prétexte pour sanctionner financièrement l’Autorité Palestinienne ni pour poursuivre la politique d’extension des implantations en Cisjordanie.
Les mesures de ce type renforcent inévitablement tous ceux qui, partout dans le monde, présentent Israël comme le seul responsable de la prolongation du conflit. La poursuite de l’occupation, en particulier, est à l’origine de l’isolement international croissant d’Israël et explique pour une large part le soutien de nombreux Etats à la démarche palestinienne à l’ONU.
JCall espère enfin que l’admission de la Palestine à l’ONU n’est que la première étape vers la reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Les paramètres de résolution du conflit sont connus de tous : création d’un Etat palestinien sur la base des lignes de 1967 avec échanges de territoires mutuellement consentis, solution négociée à la question des réfugiés.
C’est aux dirigeants politiques israéliens et palestiniens de se montrer à la hauteur des aspirations de leurs peuples à la paix.
Le Président Abbas a déclaré vouloir reprendre les négociations dès la séquence onusienne terminée. Lors de sa récente visite à Paris, le Premier ministre Netanyahou s’est déclaré prêt à les reprendre « aujourd’hui ». Il est urgent que tous deux tiennent parole.

Le Bureau européen de JCall

Similar posts

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    3 décembre 2012    

    Jean-Claude :  » Touche pas à mon or » (en face de la grande synagogue).
    Tu as le courage de défendre des opinions minoritaires mais nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.