La Palestine comme métaphore

10523872_10203872224758979_2316545827285412740_n

Artistes, militants, étudiants, intellectuels, universitaires…, ils sont 38 dans cette tribune à regretter les « choix du gouvernement » qui ont « privé certains Français de leurs droits à exprimer leur soutien aux Palestiniens et leurs opinions politiques »François Hollande « affiche un parti pris idéologique en s’alignant sur la politique coloniale d’Israël » alors même que « nous assistons au massacre des Palestiniens »

———–

L’autorisation de manifester du 23 juillet et du 2 août 2014 ne doit pas nous faire oublier que le gouvernement français a interdit, avec les préfectures de police, les manifestations du 19 juillet (à Paris, Sarcelles et Nice) ainsi que celles du 26 juillet. Le Président de la République française, François Hollande, comme la plupart de ses prédécesseurs, en dépit de la position officielle de la France qui reprend les résolutions onusiennes en faveur d’une solution à deux Etats, palestinien et israélien, sur la base des frontières de 1967, affirme et affiche un parti pris idéologique en s’alignant sur la politique coloniale d’Israël et son discours selon lequel ce pays ne ferait que défendre son territoire et lutter contre le « terrorisme ». Et cela alors même que nous assistons au massacre des Palestiniens, car l’Etat d’Israël refuse toute limite que ce soit dans son appétence de territoire, ou dans sa brutalité. Cela rappelle amèrement l’invasion de Beyrouth en 1982. Ne se souvient-on pas avec douleur de ce qui s’est passé à Sabra et Chatila [1] ? Le gouvernement français a-t-il la mémoire si courte ? Celui-ci a bipolarisé le débat et a tenté d’imposer à la France entière sa propre vision du conflit. En agissant de la sorte, les responsables politiques ne souhaitaient pas entraver une importation du conflit – ils l’ont au contraire provoquée – mais censurer le point de vue palestinien. Il n’y a rien de pire que de museler la révolte d’une population. Par conséquent, nous ne pouvons que défendre, « le droit de Troie à réclamer sa part du récit ».

Au-delà, les choix du gouvernement ont privé certains Français, issus des classes sociales populaires en grande partie, et/ou originaires de ses anciennes colonies et protectorats, de leurs droits à exprimer leur soutien aux Palestiniens et leurs opinions politiques. Lorsque des drames se sont déroulés en France, et que l’on analyse ce soutien à la population palestinienne sous le même prisme de l’antisémitisme, c’est une offense à la « décence ordinaire » et un déni d’universalité. Il est certain que chacun, en son âme et conscience, peut soutenir la Palestine. La solidarité avec la Palestine est un fait de solidarité humaine, tout comme la solidarité avec les peuples congolais, birman, syrien, irakien, libyen, ou autres, mais c’est aussi une solidarité de classe. Il est important, pour le « précariat » français, de réintégrer cette solidarité alors que la théorie du « choc des civilisations » aspire à la briser pour ne percevoir que le prisme « ethnico-religieux». Durant la période des luttes de décolonisation, que Jean Genêt décrivait avec brio, il était clair que les Vietnamiens, les Algériens, les Palestiniens, les noirs américains ainsi que les mouvements contestataires européens luttaient contre la même logique de domination et d’exploitation.

Si l’on nous accuse de manquer d’objectivité, nous l’assumons car celle-ci n’est guère le fait des dominants ni même d’aucun pouvoir en place. La légitimité de la Palestine à obtenir un véritable Etat doté de souveraineté ne peut en aucun cas être remise en cause. Les Palestiniens n’ont pas à demander pardon d’exister et nous ne pouvons que saluer le courage qui leur donne la force de se révolter. Tout comme nous, citoyens français, ancrés ici et parfois ailleurs, issus d’un monde « diasporique » où les identités sont  hybrides et multiples, mais où les processus de domination s’exportent comme toujours avec légèreté et facilité. Force est de constater que ces dernières années la politique étrangère de la France dans cette région du monde, mais aussi en Afrique, s’est « décomplexée » de son passé colonial.

Nous affirmons notre légitimité à prendre part au débat public et à nous emparer des sujets cruciaux. La politique internationale a pour vocation à s’inscrire naturellement dans le débat public et gagnerait à être mise à l’honneur lors des élections présidentielles et législatives. Il est aberrant que nous abandonnions des pans essentiels du débat démocratique à une vision exclusivement économique, géostratégique et euro-centrée [2]. Chaque génération a le devoir de prendre à bras le corps les problèmes politiques de son époque. Comme devraient le faire les écrivains et autres représentants : « Le rôle de l’écrivain, du même coup, ne se sépare pas de devoirs difficiles. Par définition, il ne peut se mettre aujourd’hui au service de ceux qui font l’histoire : il est au service de ceux qui la subissent» [3].

La  Palestine est le lieu du drame qui doit nous rappeler l’engagement de la génération d’après-guerre pour lutter contre l’aliénation coloniale et impérialiste. Elle nous rappelle également ce que cette génération n’a pas fait et ce qu’il nous reste à accomplir. Alors nous clamons :

Inscris

(Que) Nous sommes Arabes
Que nous n’avons pas de haine pour les hommes mais que
Si notre parole est muselée
Si la justice est ligotée et bafouée
Nous n’usons que de notre droit de s’indigner, de résister et de se révolter…       

Poème de Mahmoud Darwich (1941–2008) Identité (« Inscris ! Je suis arabe »).
En  langue arabe, bitaqat hawiyyah (sajjil ! ana arabi) au sein du recueil Rameaux d’olivier(Awraq al-zaytun) datant de 1964.

Signataires :

Rocé, rappeur
Philipe Caubère, comédien
Mehdi Belhadj Kacem, philosophe
Fabrice Flippo, philosophe des sciences et technique
Bouga, animateur et rappeur
Serge Teyssot-Gay, guitariste
Alexis Ghosn, diplômé de Sciences Po Aix et chargé de projets dans un bureau de développement à Beyrouth
Emir Cherdouh, journaliste
Maître Madj, résistant culturel ex Assassin production
Asocial Club: Al, Casey, Dj Kozi, Prodige, Raafat, Virus, Tcho
Veust Lyricist, rappeur
Keuj, rappeur
Nacera Guénif, sociologue
Hanane Karimi, sociologue
Matthieu Longatte de « Bonjour Tristesse ».
Dj Hamdi
Alexandre Braud, avocat
D’ de Kabal, slameur
Escobar Macson, rappeur
Kohndo, rappeur
Madjid Messaoudene, militant associatif
Fatima Khemilat, doctorante en sociologie
Bam’s, artiste
Mokless, rappeur
Koma, rappeur
Sarah Marsso, diplômée de Sciences Po Strasbourg, titulaire d’un Master 2 Coopération et développement au Maghreb et au Moyen-Orient à Sciences Po Lyon
Alice de Mony Pajol, diplômée de Sciences Po Aix et de l’Inalco, travaille actuellement au Moyen-Orient
Maylis Konnecke, doctorante en sciences politiques et responsable des partenariats et des relations presse dans une maison d’édition à Beyrouth
Joël Ghazi, diplômé en affaires internationales de l’Université de Montréal et chargé de recherche dans une ONG à Beyrouth
Adrien Foulatier, doctorant en droit international
Almamy Kanouté, militant associatif
Rachid Id Yassine, sociologue et anthropologue
Stéphane Lavignotte, pasteur de la Mission populaire, président du mouvement du Christianisme social
Mohamed-Ali Adraoui, docteur en science politique, chercheur à l’Institut universitaire européen de Florence et enseignant à Sciences Po
Marie Lejeune, sociologue
Nadir Dendoune, journaliste
Sonia Dayan Herzbrun, philosophe
Philippe Edeb Piragi, anthropologue


[1] Du 16 au 18 septembre 1982, l’horreur s’est abattue dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth. Durant plus de 40 heures, des centaines de Palestiniens ont été décimés par des miliciens phalangistes libanais armés appuyés par les forces d’occupation israéliennes.

[2] Voir à ce propos la tribune ô combien pertinente de Régis Debray : « La France doit quitter l’OTAN »Monde Diplomatique, mars 2013.

[3] Albert Camus, Le discours de Suède, 1957.

Similar posts
  • 1er mai à Strasbourg: rouge, jaune, v... [...]
  • Strasbourg Acte XXIV 5000 manifestant... RIC Strasbourg Étoile https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157203760243599/?t=6 Fraternisation street medics allemands-français A deux doigts du gazage place Corbeau Strasbourg Act 24 Gazage sur la passerelle et le quai Place de l’Université Vers la place de Bordeaux Sous la pluie et gazage place de Bordeaux Gazés sous la pluie Repli après gazage Acte 24 Strasbourg Retour vers le Pont [...]
  • Vélorution pour des pistes cyclables ... Près de 400 cyclistes de tout âge ont participé, après quelques discours introductifs, à la Vélorution de la place de la République à Strasbourg jusqu’à Schiltigheim afin de réclamer de la maire EE/LV de Schellige, Danièle Dambach, la réalisation de pistes et bandes cyclables. La police nationale ouvrait et fermait la voie (on les préfère [...]
  • Seder laïque de l’UJFP à Paris Animé par Richard Wagmann, créateur de l’association et ex-président de l’Union juive française pour la paix, ce Seder qui commémore la sortie (mythique) des Hébreux de l’esclavage en Egypte, et par conséquent toute lutte de libération nationale (et sociale) s’est déroulé comme depuis plusieurs années à Paris devant une vingtaine de personnes, juives ou pas. [...]
  • Liberté pour les zadistes en GAV à la... Photos: Alexande [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.