Israël-Palestine : Des juifs contre l’occupation

P1280026-460x392

Parmi les organisations juives françaises, quelques voix discordantes se font entendre pour condamner le colonialisme guerrier israélien et contrecarrer les amalgames douteux qu’entretiennent certains pour assimiler toute critique de la politique israélienne à de l’antisémitisme. Silence a posé quelques questions à ce sujet à Pierre Stambul, co-président de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP).

Silence : Quel est le poids du camp de la paix actuellement en Israël ? Comment se manifestent les juifs israéliens hostiles à la stratégie armée d’Israël qui aboutit au massacre de milliers de civils palestiniens ?

Pierre Stambul : En Israël, le clivage n’est pas gauche/droite, il est sioniste/non sioniste. Si on s’en tient aux résultats électoraux, sur les 120 députés à la Knesset (le Parlement israélien), il n’y a que 12 députés non sionistes qui appartiennent au Taal (un parti musulman), au Balad (parti d’extrême gauche) ou au Hadash (front démocratique dans lequel il y a le parti communiste). Parmi eux, 11 Palestinien-ne-s et un Juif : le communiste Dov Khenin.

Le mot « camp de la paix » est un peu ambigu. En Israël, tout le monde est pour la paix, terme qu’ils interprètent par : « foutez-nous la paix » avec le statu quo actuel.

Je parlerai donc des Israélien-ne-s anticolonialistes qui nous disent parfois : « Vous, la gauche européenne, vous êtes contre votre gouvernement, parfois contre le capitalisme. Nous, on est contre l’air qu’on respire » (1).

Ils/elles ne sont pas très nombreux/euses. Ils/elles sont descendu-e-s régulièrement dans la rue pendant les massacres à Gaza comme ils/elles l’avaient fait lors de la guerre contre le Liban ou lors de « Plomb Durci ». Aucune manifestation n’a dépassé dix mille personnes. C’est peu et c’est beaucoup. On peut comparer ces anticolonialistes aux porteurs de valise français pendant la guerre d’Algérie. Leur existence rend l’avenir possible.

Quant à la « gauche sioniste » liée au parti travailliste qui était descendue massivement dans la rue il y a 30 ans, elle a appuyé toutes les agressions et les crimes de guerre commis au Liban ou à Gaza.

Comment voyez-vous l’ouverture d’une plainte auprès de la Cour Pénale Internationale le 25 juillet 2014 par le Ministre de la Justice en exercice du Gouvernement d’union nationale de la Palestine et le Procureur général près la Cour de Gaza ?

Les Palestinien-ne-s nous disent : « Pourquoi la justice internationale qui a inculpé et emprisonné les dirigeants coupables de crimes de guerre en Yougoslavie ou au Rwanda n’inculpe-t-elle pas  les dirigeants israéliens qui ont donné l’ordre de tirer sur des enfants, des écoles, des hôpitaux en utilisant des armes interdites (phosphore, uranium appauvri, bombes à fléchettes …) ? »

Depuis des années, la communauté internationale essaie d’imposer aux Palestiniens des pseudo-négociations qui sont autant de demandes de capitulations sur leurs droits imprescriptibles. La constitution d’un gouvernement palestinien d’union nationale et le fait que tous les groupes palestiniens à Gaza restent soudés autour de la nécessité vitale de résister, les armes à la main, à l’invasion israélienne, marquent un changement. Il faut souhaiter que, en utilisant toutes les possibilités juridiques, la plainte palestinienne contre Israël aille jusqu’au bout. Israël est un Etat d’apartheid, il faudra que ses dirigeants soient condamnés et traités comme on a traité l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid.

Comment réagissez-vous aux controverses qui ont, en France, accompagné les manifestations de soutien au peuple palestinien, et aux accusations d’antisémitisme émises par certaines organisations juives françaises à ce propos ?

Pour les sionistes, critiquer Israël est antisémite. Dans l’UJFP, nous sommes nombreux/ses à avoir des histoires familiales douloureuses liées à la résistance contre le nazisme, à l’antisémitisme et à l’extermination. Avancer l’antisémitisme pour justifier la destruction de la Palestine est une insulte à notre mémoire. La politique israélienne n’est pas seulement criminelle contre les Palestiniens. Elle est suicidaire pour les Juifs qu’elle met volontairement en danger.

Quand un général israélien intervient dans une synagogue pour inciter les jeunes Français à faire l’armée en Israël, on est en pleine confusion. Nous refusons totalement l’équation juif = sioniste. Cette équation conduit à des expressions antijuives.

La meilleure réponse, c’est l’existence de Juifs anticolonialistes, en France comme en Israël. Nous avons une banderole commune avec l’Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), sur laquelle il est écrit : « Juifs et Arabes unis pour la Justice ».

En tout cas les dérapages antijuifs dans les manifestations ont été rares et tout le mouvement de solidarité a dégagé les indésirables. Au contraire, la présence de l’UJFP a été très applaudie et remarquée.

Selon vous, comment agir de manière efficace en soutien au peuple palestinien et aux militants de la paix israéliens ? Pensez-vous que la campagne BDS est en train de faire bouger les lignes du côté israélien ?

Pour soutenir la Palestine, il y a de nombreux de moyens. Y aller (en mission, en voyage touristique intelligent, en acte concret de solidarité …) et témoigner au retour. Faire pression sur les dirigeants politiques de notre pays, tant la complicité de Hollande et du gouvernement français a été scandaleuse. Mais avant tout, il y a le BDS (2).

L’UJFP fait partie de BDS-France et nous sommes pour un boycott total (économique, politique, commercial, culturel, universitaire, syndical, sportif …) à l’image de ce qui s’est fait contre l’Afrique du Sud. Il existe en Israël un mouvement appelé « Boycott de l’intérieur ».

Le BDS ne mettra sans doute pas à genou l’économie israélienne, mais il porte des coups terribles à « l’image » de cet Etat voyou. Sans sanctions, le rouleau compresseur colonial et les crimes de guerre se poursuivront. Si Israël est sanctionné, les choses changeront très vite.

Propos recueillis par Guillaume Gamblin

 

En marge :

(1) Parmi eux, il y a de nombreuses associations : le Centre d’information alternatif (AIC), les Anarchistes contre le mur, les Femmes en Noir, la Coalition des femmes pour la paix, le Bloc de la Paix, les associations de refuzniks, Zochrot (qui fait revivre la mémoire des villages palestiniens effacés de la carte), BetselemMachsom WatchAdalah (qui défend les droits des Palestiniens d’Israël), Tarabut… Il y a aussi des personnalités étonnantes : Michel Warschawski, Nurit Peled, les journalistes Gideon Lévy et Amira Hass, les historiens Ilan Pappé et Shlomo Sand, Uri Avnéry, Esti Micenmacher …

(2) La campagne Boycott-Désinvestissement-Sanction contre les intérêts d’Israël,  www.bdsfrance.org. « Les revendications de l’appel palestinien au BDS sont : fin de l’occupation, de la colonisation et du blocus, destruction du mur, libération des prisonniers, égalité des droits, droit au retour des réfugiés. Ce sont des revendications universelles et légitimes« .

Union Juive Française pour la Paix (UJFP), 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, www.ujfp.org

Similar posts
  • 1er mai à Strasbourg: rouge, jaune, v... [...]
  • Strasbourg Acte XXIV 5000 manifestant... RIC Strasbourg Étoile https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157203760243599/?t=6 Fraternisation street medics allemands-français A deux doigts du gazage place Corbeau Strasbourg Act 24 Gazage sur la passerelle et le quai Place de l’Université Vers la place de Bordeaux Sous la pluie et gazage place de Bordeaux Gazés sous la pluie Repli après gazage Acte 24 Strasbourg Retour vers le Pont [...]
  • Vélorution pour des pistes cyclables ... Près de 400 cyclistes de tout âge ont participé, après quelques discours introductifs, à la Vélorution de la place de la République à Strasbourg jusqu’à Schiltigheim afin de réclamer de la maire EE/LV de Schellige, Danièle Dambach, la réalisation de pistes et bandes cyclables. La police nationale ouvrait et fermait la voie (on les préfère [...]
  • Seder laïque de l’UJFP à Paris Animé par Richard Wagmann, créateur de l’association et ex-président de l’Union juive française pour la paix, ce Seder qui commémore la sortie (mythique) des Hébreux de l’esclavage en Egypte, et par conséquent toute lutte de libération nationale (et sociale) s’est déroulé comme depuis plusieurs années à Paris devant une vingtaine de personnes, juives ou pas. [...]
  • Liberté pour les zadistes en GAV à la... Photos: Alexande [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.