« personnages » et « dérapages »

lmsi-logo

Réflexions sur la déferlante de Jauffrets et de Brighellis, et plus largement sur la chasse aux voilées

par Renaud Cornand 
10 octobre 2014

Le mardi 30 septembre 2014, l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence a été le théâtre d’une agression verbale raciste de la part d’un enseignant ayant conduit une jeune femme portant un foulard, accusée d’être « le cheval de troie de l’islamisme », à quitter l’amphithéatre au sein duquel elle suivait son cours. Elle n’a donc pas été exclue à partir d’une loi ou d’un règlement intérieur mais exclue de fait par la volonté d’un acteur éducatif. Le traitement médiatique de cette agression, joliment requalifiée en « incident » ou « accrochage », en simple « dérapage » de la part d’un « personnage », voire en « altercation entre un professeur et une étudiante » [1], met en lumière plusieurs formes de dominations, et tout simplement une remise en cause de la légitimité de la présence en France d’une frange de la population.

Il s’agit malheureusement d’une des « affaires du foulard » dans l’enseignement supérieur en France parmi d’autres. Le seul fait que l’on parle ici « d’affaire » peut surprendre : la loi de 2004 – déjà contraire aux modalités d’application du principe de laïcité en cours jusque là – ne s’appliquant que dans les établissements primaires et secondaires. Les institutions d’enseignement universitaire ne sont donc en rien concernées. Mais le fait est que cette loi, en actant l’islamophobie comme un principe légitime d’action de l’Etat, a permis un déferlement tendant à en repousser au plus loin les applications.

Peut on être musulmane et scolarisée ?

Concernant le cadre scolaire, la loi de 2004 ne semble ainsi pas seulement agir comme une décision juridique désignant des pratiques comme illégales et entraînant des exclusions, mais aussi comme un signal rendant envisageable toute forme de coercition envers ceux qui peuvent être, dans un contexte donné, assimilés à la religion musulmane. Cette extension des domaines de la coercition se fait au moins dans deux directions :

- la première direction concerne ce que l’on pense être en droit de considérer comme visiblement musulman, et donc potentiellement soumis à une injonction à l’invisibilité ;

- la seconde est une extension dans le temps, visant à prolonger l’invisibilisation d’attributs vestimentaires considérés comme musulmans.

La première direction s’illustre dans la volonté de certains acteurs éducatifs de chasser hors des murs de l’école des des jupes considérées comme trop longues, donc assimilées à une pudeur exacerbée – dont on voit mal en quoi elle pourrait être considérée comme contraire aux valeurs de la république. Partant de là, ces tenues sont supposées être portées par les élèves concernées en relation avec une foi religieuse – là encore, l’application du principe de laïcité devrait plutôt conduire à s’assurer que ces élèves puissent les porter sans en être inquiétées – et certains se pensent être en droit de s’interroger sur la possibilité de les interdire.

C’est la deuxième direction de l’extension des domaines de la coercition qui est concernée par l’ « affaire » mettant en scène Jean-Charles Jauffret et une étudiante de Sciences Po, celle concernant l’effacement de la limite temporelle de l’invisibilisation du foulard dans le cadre scolaire. Pour faire bref sur la dimension factuelle de l’événement, de nombreux médias s’en étant déjà fait l’écho, l’enseignant désigne l’étudiante comme « le cheval de Troie de l’islamisme » au milieu d’un flot de remarques désobligeantes visant à lui montrer que sa présence n’est pas la bienvenue. Si l’on pouvait douter de la possibilité d’aller plus loin dans le racisme explicite, ces doutes sont levés par les propos du même Jauffret devant les caméras de France Télévision :

« Elle est complètement manipulée, elle me fait pitié ».

Le même ajoutant qu’il n’aurait pas agressé l’étudiante, mais lui aurait simplement fait remarquer « qu’elle gênait ses camarades en amphi ». Difficile de ne pas relever ici le transfert d’un mécanisme bien huilé dans la société française pour justifier la stigmatisation de l’islam : on fabrique un « problème musulman » puis on prétend ensuite répondre à une volonté du peuple silencieux lorsqu’on discrimine et qu’on exclut.

Peut on être issu-e de ZEP et à Sciences Po ?

Mais plus que sur l’événement en lui-même, profondément inquiétant en ce qu’il traduit une banalisation du racisme anti-musulman, et ce d’autant plus qu’il est concomitant d’autres phénomènes du même type [2], c’est sur certains traitements qu’il a suscités que je voudrais m’étendre ici. Tout d’abord sur la façon dont les medias dominants ont présenté l’étudiante concernée.

 La suite : http://lmsi.net/Personnages-et-derapages

Similar posts
  • General Electric Belfort General Electric Belfort from feuille de chou on Vimeo. Près de 3000 personnes étaient rassemblées vers 14 h devant la Maison du peuple de Belfort par un temps de plus en plus pluvieux. Après le discours d’une responsable CGT, le cortège est parti vers l’usine General Electric, avec la CGT, les Gilets jaunes, le PCF [...]
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.