Des militants de la Cimade relatent leur expérience dans les CRA dans une série documentaire radiophonique

arton28837-cd89c

CRA de Rennes

Attendre. Il n’y a rien d’autre à faire pour ces immigrés dont l’administration française n’a pas reconnu le droit de séjour. Hommes, femmes et enfants sont privés de liberté dans ces Centres de rétention administrative (CRA) où ils peuvent rester jusqu’à 45 jours consécutifs, pendant que l’administration française organise leur expulsion. C’est cher payé pour ceux qui n’ont commis aucun crime, si ce n’est de ne pas avoir de papiers. La peur au ventre, ils ne savent ni quand, ni comment ils ressortiront de cet endroit. Et ça, “c’est bien pire que la prison“, affirme Maud Steuperaert, responsable régionale de la Cimade sur l’Arc Atlantique (Bretagne, Pays de la Loire, Sud-Ouest).

Soucieux de témoigner d’une réalité méconnue du grand public, des bénévoles de la Cimade sont allés à la rencontre des migrants au Centre de rétention de Rennes. Bénévole militante depuis un an, Julie Fillonneau raconte l’origine de cet engagement : “Témoigner, c’est un engagement politique, et c’est en même temps rassurant. J’ai beau avoir fait des études de sciences politiques, j’ai toujours buté sur la notion de frontières. Peut-être parce que je suis une amoureuse des voyages, et un peu idéaliste aussi. Mais j’avais envie de passer à l’action et d’écrire, surtout depuis que j’ai vu le film Vol spécial, de Fernand Melgar.

Face au durcissement de la politique d’immigration, marquée par la mise en place de la politique du chiffre et ses dérives dès 2003, la Cimade a dû se battre pour poursuivre sa mission de témoignage et d’aide aux personnes en rétention : “En 2008, la Cimade est accusée de monopole par Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Immigration, et soumise à un appel d’offres. Un nouveau marché prévoit alors de modifier en partie la mission d’aide à l’exercice effectif des droits des personnes retenues. La liberté de témoignage est également remise en questionraconte Maud Steuperaert, juriste de formation. Après un long combat devant les tribunaux, la Cimade gagne finalement en justice le droit de continuer à exercer sa mission de témoignage et d’aide aux étrangers dans l’application de leurs droits.

Les témoignages et capsules sonores : http://www.terristoires.info/sommaires/migrants-et-militants-1595.html

 

Similar posts
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]
  • Extinction-Rébellion à Strasbourg et ... A 4’10, intervention de Extinction-Rébellion devant les officiels, puis la police municipales enlève une [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.