15 novembre : pour une alternative à l’austérité et au statu quo sur la question des médias (communiqué d’Acrimed)

siteon0-2

 

Un appel à une mobilisation nationale le 15 novembre 2014 a été lancé par le « collectif 3A » (Alternative À l’Austérité). Ce collectif regroupe les syndicats, associations et partis qui ont organisé la manifestation unitaire du 12 avril 2014. « Maintenant ça suffit ! », disaient-ils alors pour appeler à marcher « contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses ». Et nous ajoutions « Maintenant, ça suffit !… sur la question des médias aussi », expliquant ainsi pourquoi l’association Action-Critique-Médias (Acrimed) avait décidé de se joindre à cette manifestation. Les organisateurs de la mobilisation du 15 novembre en appellent aujourd’hui à une « alternative à l’austérité ».

Bien qu’elle ne figure pas parmi les urgences économiques, sociales et écologiques, la question des médias ne saurait être négligée. C’est pourquoi l’association Acrimed s’associera à la mobilisation pour en appeler à une alternative à l’austérité et au presque rien sur la question des médias.

Austérité d’un côté : le gouvernement taille dans le budget consacré aux médias (tout en maintenant un système d’aides à la presse particulièrement opaque et revenant à subventionner les grands groupes capitalistes de presse). Presque rien de l’autre : le gouvernement est à ce point mobilisé pour réduire les dépenses publiques (exception faite des dons sans contreparties destinés aux entreprises), qu’il oublie des réformes – lui qui prétend « réformer la France » – qui ne coûteraient pourtant pas un centime d’euros (notamment une loi reconnaissant un statut juridique aux rédactions pour lutter contre le pouvoir des actionnaires, et une autre protégeant le secret des sources). Or, ne rien faire, c’est entériner une situation qui, dans les médias aussi, ne cesse de s’aggraver : en ce qui concerne aussi bien l’emploi (suppressions de postes, précarisation généralisée, etc.) que la qualité de l’information, le pluralisme et l’indépendance des rédactions. À quelques nuances près, nous ne pouvons donc que réaffirmer ce que nous écrivions il y a six mois :

« Sur la question des médias, le candidat François Hollande avait peu promis. Mais il n’a à ce jour presque rien tenu. Une réformette du CSA tient lieu de transformation de la régulation démocratique des médias. L’appropriation des médias par des groupes qui dépendent des marchés publics est restée inchangée. La refonte des aides à la presse, timidement envisagée, a été reportée sine die. La loi sur le secret des sources, pourtant adoptée en commission, a disparu. Des propositions de lois, notamment sur le statut juridique des rédactions et sur le statut d’entreprise de presse sans but lucratif, ont été déposées ou pourraient l’être : il n’existe aucune certitude qu’elles soient effectivement discutées. Les lois Loppsi et Hadopi sont, pour l’essentiel, toujours en vigueur : simplement, au lieu de les abroger, elles sont, faute de moyens, courageusement rendues inapplicables. La financiarisation des entreprises médiatiques continue à faire des ravages, la précarité d’une grande partie des journalistes (notamment les jeunes) ne cesse de se développer, la distribution de la presse imprimée est déstabilisée, les concentrations et les instrumentalisations capitalistes des médias s’intensifient : sur tout cela le gouvernement este de marbre. Mais, notamment pour obéir aux injonctions de l’Europe libérale, le statut de l’AFP est menacé et France Télévisions risque en 2017 d’être privée du soutien du budget public, sans réelle contrepartie. »

C’est pour toutes ces raisons, qu’Acrimed se joindra à la mobilisation du 15 novembre. Et pour les mêmes raisons Acrimed organisera, le 31 janvier 2015, une journée de critique des médias, avec un seul mot d’ordre : si un autre monde est possible, d’autres médias le sont aussi ; pour qu’un autre monde soit possible, d’autres médias sont nécessaires.

- La liste des manifestations du 15 novembre est disponible sur le site du collectif 3A.

http://www.acrimed.org/article4498.html

 

Similar posts
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]
  • Extinction-Rébellion à Strasbourg et ... A 4’10, intervention de Extinction-Rébellion devant les officiels, puis la police municipales enlève une [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.