Raymond Gurème témoigne des camps d’hier et d’aujourd’hui

chez-raymond-gureme-a-breti-290x290

Alors que François Hollande prétend commémorer l’internement des Tziganes dans les camps sous Vichy et jusqu’en 1946, en oubliant la situation des mêmes populations de nos jours, écoutons le témoignage de Raymond Gurème capté l’an dernier à Strasbourg.

Responsable de l’internement des nomades, la république doit se saisir aussi des discriminations actuelles

La voix des Rroms salue la reconnaissance par le chef de l’Etat de « la responsabilité de la République » française dans le « drame » que fut l’internement des nomades entre 1940 et 1946. Elle appelle à une action déterminée et volontariste de l’Etat afin d’assurer à tous les conditions d’un exercice normal de leurs droits fondamentaux. 

Il n’est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs, et la république grandit à chaque fois qu’elle reconnaît les siennes, dès lors que cette reconnaissance ne s’inscrit pas dans une repentance stérile quant aux effets sur le présent.

Le fait est qu’encore aujourd’hui, des survivants de cet internement et leurs descendants subissent une discrimination systémique et violente, cristallisée entre autres dans la loi discriminatoire de 1969 sur les « gens du voyage » que le législateur ne semble pas disposé à abroger. Le présent reste marqué par des expulsions forcées de « gens du voyage » et de « roms » dont la dignité d’êtres humains est sacrifiée à l’autel de l’incohérence des politiques publiques. Il reste marqué par des milliers d’enfants privés de leur droit fondamental à l’éducation, pourtant garanti par des textes nationaux et internationaux. Ce seront bientôt autant d’adultes exclus d’un exercice normal de la citoyenneté, leurs parents l’étant déjà très souvent.

Il y a de la grandeur à reconnaître ses erreurs, à quoi nous ajoutons les mots de Jules Vallès : « de l’instruction naît la grandeur des nations ». La France grandirait à effacer cette tache qui subsiste dans sa loi par le régime discriminatoire des « gens du voyage ». Elle grandirait à mettre fin aux expulsions sans alternative que subissent ces derniers comme les « roms ». Il est impossible de réparer le mal qui a déjà été fait, mais il est temps d’éviter d’autres maux qui ont toujours cours.

Similar posts
  • Albert Schweitzer, avec Jean-Paul Sor... [...]
  • Liberté pour Israa Jaabis! Israa Jaabis, 32 ans, habitante de Jérusalem-Est, a été condamnée à 11 ans de prison, alors qu’une bonbonne de gaz (domestique) avait explosé en octobre 2015 dans sa voiture, lui arrachant 8 doigts et la défigurant. Cela s’est passé alors qu’elle déménageait et que sa voiture transportait d’un appartement à l’autre de nombreux objets dont [...]
  • Edgar Morin à la librairie Kléber [...]
  • Strasbourg, laboratoire d’Europ... à [...]
  • Le devoir d’hospitalité, par Ed... La Salle blanche de la librairie Kléber à Strasbourg était archi-comble hier, comme à chaque venue du patron de Médiapart. Et pendant plus de deux heures, Edwy Plenel a défendu, contre les gouvernements français successifs, et la xénophobie galopante dans certains milieux, le devoir d’hospitalité. Si la plus grande partie de l’assistance était acquise à [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !