Rassemblement de soutien aux réfugié.e.s, le 5/11

Rassemblement samedi 5 novembre 2016 de 14h à 16h place Kléber, Strasbourg

14657271_538127343050293_3986319723081373897_n

Le démantèlement du camp de réfugiés à Calais a commencé ce lundi 24 octobre. Les réfugié.e.s vont être dispersé.e.s dans 80 départements, dans des centres d’accueil et d’orientation (CAO) temporaires. Que leur arrivera-t-il ensuite ? Ils seront ensuite pour la plupart expulsés, quelques mineurs seront acheminés en Grande-Bretagne (actuellement, 16 sur 1300…).

« Une mise à l’abri humanitaire » ?
Le premier ministre Cazeneuve et l’ancienne dirigeante des Verts Emmanuelle Cosse parlent d’une « mise à l’abri humanitaire ». Pour le gouvernement, l’humanitaire signifie donc : laisser plusieurs milliers de personnes survivre dans le bidonville de Calais pendant des mois sans fournir d’infrastructures, frapper et gazer à l’occasion, accueillir 5000 Syriens alors que la Suède en accueille 50000 et l’Allemagne plus d’un million.
Le gouvernement vient de trouver un hangar et 3 000 m2 de terrain pour faire transiter les réfugié.e.s alors qu’il n’a fourni aucune aide jusqu’ici. Il trouve 1300 CRS pour démanteler le camp alors qu’il n’a pas fourni le minimum d’aide humaine. Il trouve 10000 places en CAO alors qu’il refuse d’accueillir des hommes et des femmes qui fuient la guerre et/ou la misère. On nous fait, une fois de plus, le coup de l’opération humanitaire déclenchée en pleine nuit à grands renforts de bus et de CRS.

Le gouvernement court après le FN
Tout cela montre en tous cas que ce qui manque pour accueillir les réfugié.e.s, ce ne sont pas les moyens mais la volonté politique. Le gouvernement, avec son discours « humanitaire », tente de faire croire à qu’il lui reste des valeurs de solidarité.
Mais, en réalité, le démantèlement du camp ne résoudra en rien les problèmes des réfugié.e.s et, au contraire, il leur interdit toute solution collective, toute capacité à revendiquer, en les dispersant sur le territoire pour les isoler puis les virer. Le gouvernement a d’ailleurs interdit les manifestations de soutien à Calais.

Imposer de vraies solutions !
Faire croire aux réfugié.e.s comme à la population de Calais que le démantèlement est une solution est un mensonge honteux. Tant que les frontières seront fermées, à Calais comme à Vintimille (frontière italienne), des réfugié.e.s s’agglutineront dans des bidonvilles dans l’espoir de passer. Tant que la France refusera aux réfugié.e.s la liberté de s’installer où ils veulent, de chercher du travail et un logement, ils/elles chercheront à se rendre dans un autre pays, un peu moins inhospitalier.
La solution pour les réfugié.e.s, c’est la liberté de circulation et d’installation: l’ouverture des frontières.
À Strasbourg comme ailleurs, nous serons présent.e.s dans la rue dès ce samedi 5 novembre pour témoigner de notre solidarité et organiser la solidarité concrète, tant matérielle que politique, face à cette situation d’une injustice révoltante.

https://www.facebook.com/events/733729750112864/

14572443_10211341526233377_7726791002010601613_n

14938339_10211341526193376_2925404679587344832_n

Similar posts
  • GCO : lettre ouverte sur les effets e... GCO : lettre ouverte sur les effets et les conséquences de la grève de la faim De Monique Lescoute, Anny Zorn, Christian Michel, Fanny Rinaldo, Kevin Marco, Georges Yoram Federmann : « Le groupe de médecins, qui s’est rapidement constitué à la demande des grévistes [de la faim opposé au GCO], a aussi mené une [...]
  • Maurice Wintz, vice-président d’... [...]
  • 26ème jour de jeûne contre le Contour... De 12 à 14 h ce vendredi, place Kléber à Strasbourg, de nombreuses personnes sont venues soutenir les cinq grévistes de la faim qui poursuivent leur jeûne depuis 26 jours dans le silence des élus, du préfet, afin d’obtenir un moratoire des travaux. Ceci au lendemain d’une recours déposé par Alsace Nature, et mis en [...]
  • Stolpersteine: action franco-allemand... Les Stolpersteine sont, littéralement des pierres de trébuchement. A Kehl-am-Rhein, sur la rive droite du Rhin, en face de Strasbourg, les deux cités étant maintenant reliées directement par le tram, il y a 63 de ces petits cubes de laiton collés sur du béton, entre les pavés. Ces pierres de mémoire portent les noms et [...]
  • Place publique, par Raphaël Glucksman... Raphaël Glucksmann était à Strasbourg pour présenter son livre, Place publique, et le mouvement homonyme qu’il a lancé pour tenter de redonner du lustre à ce qu’il ne nomme pas “la gauche”, tant le terme en a été dévalué, pas seulement depuis 1982-83 par Mitterrand lequel prétendait “changer la vie”, et a entamé le tournant [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !