Fondation de l’Œuvre Notre-Dame en grève

oeuvre-notre-dame

COMMUNIQUE – Strasbourg : Fondation de l’Œuvre Notre-Dame sont en lutte

Les tailleurs de pierre, sculpteurs, maçons, forgerons, menuisiers et conservateurs-restaurateurs de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame sont en lutte.
Les artisans de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame sont dévoués à la cathédrale de Strasbourg et à sa préservation depuis près de 800 ans. Leurs pratiques, leurs expertises, acquises, transmises et enrichies au fil des siècles au service d’un édifice unique, sont toujours reconnues aujourd’hui.
Ces agents relèvent en vérité de deux situations : l’une statutaire, l’autre liée à la spécificité et à la singularité de la Fondation de l’Œuvre Notre Dame et à la nature de leurs missions.
C’est d’ailleurs la reconnaissance de cette spécificité qui permettait, par le passé, à ces agents d’être calibrés jusqu’à la Catégorie B.

Hélas, la grande majorité de ces artisans, malgré leur technicité particulière, les critères d’embauche auxquels ils sont soumis, les qualifications requises et apportées, sont maintenant “calibrés” en catégorie C, la moins bien payée de la Fonction Publique. Les derniers arrivants étant recrutés avec des traitements proche du SMIC.

Depuis 2013, les artisans demandent un retour à une reconnaissance légitime. D’autant que les missions qui leurs sont confiées, vont au-delà du cadre de la maitrise technique (actions de valorisation, études et recherches, projets transversaux…). Les élus de l’Eurométropole de Strasbourg dont M. Herrmann, alors en charge du personnel s’étaient engagés en ce sens en 2014. M. Ries, en tant qu’administrateur de la Fondation, et M. Fontanel, premier adjoint, avaient confirmé cet engagement en 2015.
Pourtant, les propositions faites en ce sens aujourd’hui par l’Administration de l’Eurométropole sont loin de satisfaire les agents. Elle s’obstine à vouloir catégoriser des métiers « uniques » selon un modèle inadapté – à vouloir classer l’inclassable…
L’ensemble des artisans a exprimé son insatisfaction par une heure de grève massivement suivie par les artisans ce mardi 20 décembre 2016.

Le lieu de travail de ces artisans se situant en plein coeur du marché de Noël, les préavis de grève initialement prévus et déposés par la CGT EMS pour l’ensemble de la semaine ont été suspendus en raison de l’actualité récente qui a endeuillé l’Allemagne.
Le combat continue cependant et la prochaine étape se situe en janvier 2017 date à laquelle l’administration décidera des suites qu’elle donnera aux nouveaux préavis de grève déposés la semaine du 9 janvier.

CGT Territoriaux de Strasbourg – Eurométropole
1 place de Lattre de Tassigny – 67000 Strasbourg

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !