Strasbourg 1349 le massacre des Juifs à la Saint-Valentin

massacre_juifs_strasbourg_1349_f2c

Une vingtaine de participants, hier, près du Ginko Biloba, place de la République, ex-Kaiserplatz, à Strasbourg, pour une nouvelle commémoration, par Georges Yoram Federmann, du massacre des Juifs en 1349, accusés de la peste de l’époque par l’empoisonnement prétendu des puits. Nicole Dreyer, adjointe au maire le représentait. La ville de Benfeld était aussi présente par un adjoint. Peter Schwarber, Ammeister, y avait été banni, après avoir pris la défense des victimes.

1349, c’est aujourd’hui en un sens au vu du racisme et de la violence qui frappe, comme l’actualité récente le montre, en France, et ailleurs, tel ou tel humain, ou partie de l’humanité, ostracisé, rejeté, et trop souvent tué, comme cette altérité que nous rejetons, d’abord en nous-même.

Archives

https://www.youtube.com/results?search_query=1349+peter+schwarber

DNA

Strasbourg – Massacre de la Saint-Valentin De « la modernité » d’une tragédie

Une vingtaine de personnes ont répondu hier à l’invitation annuelle du cercle Menachem-Taffel et se sont rassemblées place de la République, en mémoire des centaines de juifs strasbourgeois massacrés le 14 février 1349 sur ce lieu même.

bougies-et-pierres-ont-ete-deposees-au-pied-d-un-des-gingkos-bilobas-de-la-place-de-la-republique-photo-dna-cedric-joubert-1487107078

Bougies et pierres ont été déposées au pied d’un des gingkos bilobas de la place de la République. Photo Dna – Cédric Joubert

C’est au pied d’un des ginkgos bilobas de la place de la République que s’est tenue peu après 12 h la cérémonie, informelle mais désormais traditionnelle, en mémoire des victimes du massacre de la Saint-Valentin.

Ici même, le 14 février 1349, les juifs de Strasbourg accusés d’être à l’origine d’une épidémie de peste noire ont été exterminés. « Stigmatisés parce que juifs », a résumé Georges Federmann, psychiatre et président du cercle Menachem Taffel.
« Au nom des damnés de la mer »

Au-delà de la seule commémoration de celles et ceux qui, à l’époque, ont été désignés comme boucs émissaires, il a invité l’assemblée à « retrouver la modernité de cette histoire », les boucs émissaires d’aujourd’hui, prônant une « position d’hospitalité inconditionnelle. Au nom de ceux qui sont morts ici. Au nom des damnés de la mer », a-t-il développé, renvoyant à l’actuelle crise des migrants et rappelant que Strasbourg était, à l’époque, « l’une des villes les plus modernes de l’Occident ».

Hommage a également été rendu à Peter Schwaber, le maire de l’époque qui s’est farouchement opposé au massacre des juifs. En vain. « Un Juste avant l’heure », selon l’expression de Georges Federmann. Une rue de Strasbourg porte son nom depuis juillet 2015.

Similar posts
  • Convergence des luttes à Strasbourg: ... Près de 4000 personnes ont défilé à Strasbourg ce 19 avril à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires, des étudiants, des lycéens. Ce n’est pas souvent qu’on voit réunis dans le même cortège des cheminots qui ont posé des rails place Kléber et des avocats en lutte contre une réforme néo-libérale de [...]
  • CIO et ONISEP en lutte à Strasbourg CIO en lutte au [...]
  • “Pourquoi un État juif n’... Ofra Yeshua-Lyth était hier soir au Foyer de l’Étudiant catholique de Strasbourg avec son éditeur scribest et Georges Yoram Federmann qui l’a présentée avec son humour habituel en reprenant la question : “Quelle est la couleur des Juifs” qui a fait rire toute la salle. Cette table-ronde devait avoir lieu à l’Unistra, mais les interventions [...]
  • Répression anti-syndicale au TGI de S... Une trentaine de personnes ce matin sur le nouveau parvis du TGI pour soutenir une camarade syndicaliste de SUD convoquée suite à une intervention très brutale de policiers à l’issue d’une manifestation impromptue contre l’esclavage en Libye qui s’est achevée place de la gare et où des flics n’ont pas hésité à poursuivre des gens [...]
  • Les curieuses méthodes de la directio... Plusieurs facs bloquées tranquillement ce matin à Strasbourg. Quelques obstacles et des étudiants peu nombreux. La direction de l’Unistra et la police laissent faire pour le moment. Trop de forces de police mobilisées pour Macron au Parlement européen? Un témoignage intéressant sur les méthodes de la direction, connues grâce à une erreur d’aiguillage d’un [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !