Nancy Acte 44: 1500 gilets jaunes et des gaz sur une manifestation pacifique

DNA, menteurs!

700 manifestants selon police, DNA, EBRA

feuille2chou photo

Gazage des manifestants, et de la Feuille de chou, devant l’Hôtel de police (6’44)

14 septembre, Nancy acte 44. La presse aux ordres donne 700 manifestants à Nancy! C’est le comptage de la police, de l’Est républicain (appelé aussi Est répu-gnant), repris par les Dernières Nouvelles (poubelles?) d’Alsace du groupe EBRA (m’en tombent)-Est Bourgogne Rhône-Alpes-, propriété du Crédit Mutuel, qui publie une dizaine de quotidiens régionaux, depuis les Ardennes jusqu’à Grenoble et dont le bureau mutualisé, sis à Paris, rédige et diffuse partout les mêmes informations mensongères complice de la caste macronienne au pouvoir. Un Pravda à la française?

La Feuille de chou y était avec le QG Gilets jaunes République de Strasbourg et tous les Gilets jaunes de l’Est, plus grand que le Grand-Est officiel, puisque s’ajoutaient la Franche-Comté, des Belges, des Allemands, etc, aux Alsaciens, Lorrains, Vosgiens, …

Le parcours de la manifestation avait été déclarée. Le préfet avait publié la veille une circulaire qui autorisait le défilé et en même temps citait un certain nombre de rue interdites. De plus le centre ville de Nancy était occupé, outre les CRS en nombre, par une fête du livre sur la place Stanislas, ce qui expliquait que toutes les rues menant étaient barrées par les Robocop en surnombre. A chaque intersection, des manifestants pacifiques s’avançaient et s’adressaient aux FOD.

Tout allait bien. On était entre 1500 et 2000 jusqu’à ce qu’à un carrefour avant l’Hôtel de police ait lieu le premier gazage. On n’y était pas mais il semble que des manifestants au contact des policiers aient été gazés sans qu’on en connaisse le motif.

Par contre, ayant remonté tout le cortège, la Feuille de chou était devant l’Hôtel de police avec des manifestants qui discutaient calmement avec un policier en civil qui gardait seul la porte vitrée dont le rideau avait été baissé à l’intérieur.

Puis on s’est dirigé vers l’entrée de la cour où, même tableau, des manifestants s’adressaient aux Robocop.

La vidéo ci-dessus montre qu’à un moment un fumigène rose a été déposé aux pieds des FOD et immédiatement les flics ont balancé à la main des dizaines de grandes lacrymogènes. Elles roulent en produisant un peu de gaz, puis tout le gaz s’échappe et l’air devient irrespirable. La gorge picote, les yeux brûlent, on pleure, on tousse, on crache.On essaye tant bien que mal de sortit complètement aveuglé par les gaz ne sachant où on se trouve. Enfin on en sort, on crache, etc. N’ayant pas eu le temps de mettre lunettes et masque, j’en ai eu ma dose. Un peu plus loin le cortège se reforme. Une personne me gicle du Maalox sur le visage et dans la bouche: ça va mieux! On repart.

Un peu plus loin, au pied de l’Hôpital, nouveau gazage de la foule sans aucun motif. La manifestation se reforme, on est là! Plus loin encore, des manifestants font tomber quelques palissades de chantier. On se dirige par un boulevard à droite des lignes de chemin de fer vers la gare. Au carrefour où se trouvent la Fnac, l’Est répugnant, des Robocops bloquent. Sur l’arrière aussi on voit les gyrophares bleu. Peu à peu les manifestants sont repoussés sur le pont de l’autre côté des rails. Là on s’est arrêtés. Un nancéen, originaire d’Algérie, nous parle longuement de son pays qu’il a quitté il y a 25 ans. Il regrette l’inculture démocratique de la masse des habitants tout en soutenant la révolution en marche et espérant un sort meilleur et démocratique pour son pays. Tous ses enfants ont fait de brillantes études en France et ont réussi, mais ces têtes manquent à l’Algérie, victime des généraux et de la bourgeoisie accapareuse depuis le putsch de Boumedienne en 1966. On a su par d’autres que les pires gazages ont eu lieu dans une ruelle avant le retour place Carnot, et sur la place elle-même!

d’autres documents à suivre…

Strasbourg République

Nancy départ de la manifestation Acte 44

La caste a peur et viole toutes les libertés.

Stop dictature!

Un homard de papier saisi par la police!

DNA
SOCIAL Acte 44 des gilets jaunes : 35 interpellations à Nantes, 5 policiers blessés
Des gilets jaunes ont manifesté samedi dans toute la France, notamment à Nantes où ils avaient appelé à un rassemblement national, à l’occasion de leur acte 44 marqué par des heurts avec les forces de l’ordre, des interpellations, des blessés et de nombreuses dégradations.

20 heures : Selon un dernier bilan, 35 personnes avaient été interpellées, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), qui a fait état de cinq blessés chez les forces de l’ordre.

19 heures : Trente personnes ont été placées en garde à vue, selon la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), qui a fait état de quatre blessés chez les forces de l’ordre. Vingt-deux cocktails molotov et dix mortiers ont été découverts avant le départ des manifestants, tandis qu’une centaine de parapluies et un extincteur ont été saisis.

Ailleurs en France, environ 700 personnes ont manifesté à Nancy, point de rassemblement des gilets jaunes du Grand Est. A Paris, quelque 500 gilets jaunes ont défilé dans le calme entre la porte de Choisy et le boulevard de Grenelle, près de la Tour Eiffel, où ils se sont dispersés dans l’après-midi. 400 personnes ont également été recensées à Lyon, entre 200 et 300 à Montpellier, Bordeaux ou encore Marseille. Ils étaient également plusieurs centaines à Toulouse.

17 h 30 : La police précise désormais que 26 personnes ont été interpellées depuis ce matin.

16 h 20 : La police a recensé quelque 1 800 personnes dans les rues de Nantes. manifestants, dont très peu arboraient le gilet fluorescent, sont partis de l’ouest cossu de la ville pour rejoindre le centre, où la situation a rapidement dégénéré, donnant lieu à des tirs de projectiles, auxquels la police a répondu par des jets de grenades lacrymogènes.

15 h 20 : près de 400 personnes défilent dans les rues de la cité ligérienne. Les manifestants s’étaient rassemblés vers midi pour un pique-nique place Mellinet, à 14 heures, heure de départ de la manifestation non déclarée

“Justice pour Steve, ni oubli ni pardon”, pouvait-on lire sur les pancartes. Dans le cortège, les manifestants ont scandé “Tout le monde déteste la police”, ou “La police mutile, la police assassine”. Le cortège s’est ensuite dirigé vers le centre-ville. Plusieurs commerces et abribus ont été vandalisés et des poubelles incendiées.

14 h 50 : La manifestation a démarré depuis moins d’une heure à Nantes mais des affrontements ont déjà lieu entre forces de l’ordre et gilets jaunes, rapporte France Bleu.

Les forces de l’ordre ont lancé des gaz lacrymogènes et les manifestants ont répliqué par des jets de pierres.

14 h 04 : Alors que les gilets jaunes ont appelé au rassemblement à Nantes, ce samedi, pour l’acte 44 de la mobilisation, la police a indiqué sur son compte Twitter avoir saisi 22 cocktails Molotov retrouvés dans la nuit dans un container poubelle, lors d’un contrôle préventif.

Dix mortiers ont également été découverts aux abords de la place Delorme dans cette ville de la préfecture de Loire-Atlantique.

[#Acte44] contrôles préventifs sur réquisition du Procureur dès ce matin dans le centre-ville de #Nantes.

Découverte et saisie de 22 cocktails Molotov en préparation dans 1 container poubelle rue Copernic à proximité de la place Delorme.#tousmobilisés #pourvotresécurité pic.twitter.com/s8NsmQNqpv
— Police Nationale 44 (@PoliceNat44) 14 septembre 2019

[#Acte44] Face au risque important d’actions violentes dans le centre-ville de #Nantes cet après-midi, 18 interpellations ont été effectuées par nos services lors de contrôles préventifs.
Découverte de mortiers rue de Gigant.
Saisie d’1 centaine de parapluies & d’1 extincteur. pic.twitter.com/BLrQRSWQw4
— Police Nationale 44 (@PoliceNat44) 14 septembre 2019

18 personnes ont été interpellées jusqu’en début de matinée à la suite de ces découvertes, rapporte Ouest-France.

Il semblerait que la police ait aussi saisi le homard en papier mâché qu’entendaient brandir les manifestants, en référence à l’affaire de Rugy.

Un homard géant en papier mâché était préparé de longue date pour la manifestation. La police a tendu un véritable guet apens : le véhicule qui devait le transporter est saisi avec son contenu et 3 personnes raflées. Absolument tout est fait pour annihiler les contestations. pic.twitter.com/THkq62ymZQ
— Nantes Révoltée (@Nantes_Revoltee) 14 septembre 2019

Similar posts
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]
  • Extinction-Rébellion à Strasbourg et ... A 4’10, intervention de Extinction-Rébellion devant les officiels, puis la police municipales enlève une [...]
  • Les anti-GCO s’invitent au lanç... Une petite vingtaine d’anti-GCO résolus ont pris l’air ce matin à Vendenheim pour assister au lançage du viaduc qui doit permettre au GCO de franchir le canal de la Marne-au-Rhin, le TGV Paris-Strasbourg, la voie ferrée Strasbourg-Haguenau et la route. Les journalistes, peu nombreux d’ailleurs, – DNA, Alsace 20 et Radio France- avaient été invités [...]
  • Marche pour le climat Strasbourg Germaine de Kolbsheim toujours présente! Pôle anticapitaliste La Roue tourne interdite de parole par les [...]