Capables et incapables. 2017 était le véritable enjeu de 2012 , par Bernard Stiegler

bernard stiegler
Le texte qui suit a été publié une première fois, dans une version très légèrement différente, le 24 février 2012, sur le site de Télérama, où il était accompagné de nombreux enregistrements vidéo développant des points de vue évoqués dans l’article.

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-stiegler/260514/capables-et-incapables-2017-etait-le-veritable-enjeu-de-2012

Similar posts
  • Un squat à l’Espace Gruber à St...   Depuis une semaine un squat s’est installé dans un bâtiment appartenant à la Ville de Strasbourg depuis peu mais autrefois ayant abrité les Brasseries Gruber. Il se situe au 91, route des Romains, à l’entrée de la cour à gauche, juste en face des luminaires Salustra. Ce squat est ouvert à tous ceux qui [...]
  • De l’eau, de l’eau, Stra... D’ailleurs Nous Sommes dIci 67 le 23 juillet 2019 (suite) De l’eau,de l’eau Strasbourg ouvre les robinets Ouf, la ville de Strasbourg a installé aujourd’hui au camp des migrant-es aux Canonniers, un point d’eau et une toilette, mais toujours pas de poubelle. C’est grâce a la mobilisation des acteurs et actrices de la solidarité, par [...]
  • Commémoration à Strasbourg de la rafl... Cent cinquante personnes environ se sont rassemblées dimanche 21 juillet à Strasbourg, Allée des Justes, sur l’emplacement de l’ancienne synagogue incendiée par les nazis lors de l’annexion de l’Alsace-Moselle par Hitler. Comme chaque année, il s’agissait de commémorer la rafle du Vel d’Hiv les 16/17 juillet 1942 à Paris où plus de 12000 juifs, dont [...]
  • Des réfugiés est-européens sans eau n...   Plusieurs familles de pays de l’est se sont une fois de plus installées dimanche dernier près de la rue des Canonniers à Strasbourg-Neuhof. Elles viennent d’Albanie, de Serbie, du Kosovo, de Macédoine. Il y a aussi un Français sans domicile ni travail. Sur ce campement, il n’y a ni eau, ni WC, ni poubelles. [...]
  • 1er mai à Strasbourg: rouge, jaune, v... [...]

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    26 mai 2014    

    “Ce qui désormais tombe en ruine est la société industrielle fondée sur l’opposition fonctionnelle entre, d’un côté, des producteurs prolétarisés, c’est à dire privés de savoir-faire, et de l’autre côté, des consommateurs eux-mêmes prolétarisés, parce que structurellement privés de leurs savoir-vivre : ceux-ci sont remplacés par les modèles comportementaux que standardise le marketing – et qui généralisent l’irresponsabilité. Emportés dans l’organisation systématique de l’obsolescence et de la jetabilité, soumis à une constante pression à la baisse exercée sur le coût d’un emploi qui n’a plus rien à voir avec un travail, producteurs et consommateurs sont devenus inexorablement insolvables.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.