Pour un institut culturel européen des Rroms

9ffc2e4b1b89978a343134aec872dd74

Il y a 71 ans, le 16 mai 1944 à Auschwitz-Birkenau, l’insurrection de 6 000 prisonniers tsiganes a fait reculer la soixantaine de SS venus les «liquider». Contre l’effacement de la mémoire et pour« rendre (sa) place dans la société » à « la plus importante minorité ethnique d’Europe »Marcel Courthiade (Inalco), Saimir Mile (La Voix des Rroms), Nara Ritz (Centre européen des formations aux diversités) et Francine Schutt Jacob (Union française des associations tsiganes) soutiennent le projet d’Institut culturel européen des Rroms.

La nuit du 16 mai 1944, une soixantaine de SS armés de mitrailleuses encadrent le « camp des familles tsiganes » à Auschwitz-Birkenau et ordonnent aux prisonniers de sortir des baraques. Ceux-ci refusent d’obéir : ils avaient été prévenus la veille par le réseau de résistance interne que les nazis avaient pris la décision de « liquider » le camp, c’est-à-dire de tous les envoyer dans les chambres à gaz, hommes, femmes et enfants. Armés de bêches, de pioches et de planches cloutées et comptant bien se saisir des mitrailleuses des SS quand ils pénètreront dans les baraques, les six mille prisonniers sont prêts à tenir tête aux Allemands. Face à l’insurrection, les SS abandonnent. Les Rroms ont gagné la bataille.

Le fait que ce récit ne soit pas passé à la postérité – il n’est pas dans les livres d’histoire, il n’a inspiré ni films ni romans – et que la date du 16 mai 1944 soit tombée dans l’oubli est révélateur de l’amnésie collective sur l’histoire des Rroms en Europe et des perceptions figées de ces hommes et de ces femmes, toujours vues comme des victimes, jamais comme des résistants.

Pourtant, les Rroms sont des survivants. La plus importante minorité ethnique d’Europe – entre dix et douze millions d’individus – maintient son existence au cœur d’un continent qui lui a fait subir le pire et qui continue à doucement œuvrer à son effacement : calomnies, ignorance entêtée, accusations absurdes, expulsions, pogroms, déportations, génocide – notamment leSamudaripen des nazis, stérilisations forcées, ségrégation rurale puis urbaine, « bus spéciaux » et « écoles pratiques », corruption programmée…

Les Rroms sont des survivants, mais rares sont ceux qui se considèrent ainsi. Résultat de siècles d’humiliation, les Rroms ont parfois intériorisé les stigmatisations qui les visent. Le racisme anti-Rroms n’est plus seulement dans le regard des « autres », mais souvent dans celui des Rroms eux-mêmes. Influencés par des siècles de propagande faisant d’eux des êtres indignes de respect et de confiance, beaucoup de Rroms préfèrent, lorsqu’ils ont le choix, cacher leur identité rromani pour trouver du travail ou simplement éviter les regards et les mots qui humilient. Ce phénomène d’autodénigrement, loin d’être le propre des Rroms, est commun à tous les peuples opprimés pendant des siècles et traités comme des gens de moindre qualité par le seul fait de leur naissance.

Pour changer la façon dont la société regarde les Rroms, nous sommes convaincus qu’il nous faut investir les terrains non seulement scientifiques et juridiques mais aussi artistiques et culturels. Il est temps de rendre leur place dans la société aux Rroms. Il s’agit de réparer l’injustice d’une identité niée ou combattue à travers les siècles par un travail de reconnaissance de son apport aux sociétés européennes. En effet, les efforts juridiques et institutionnels visant à combattre les discriminations envers les Rroms ne peuvent se passer d’un mouvement plus large de valorisation des identités, des cultures, de l’histoire, de la langue et de la création artistique des Rroms.

Pour cela, nous soutenons le projet d’Institut culturel européen des Rroms, porté par des organisations rroms de plusieurs pays d’Europe et soutenu par le Conseil de l’Europe et Open Society. Cette maison de culture, d’art et de mémoire pour toutes les communautés rroms, sinti/manouches, gitanes/kalés, d’Europe, fonctionnera sur le modèle des Alliances françaises, des Instituts Goethe ou Cervantès et des autres centres culturels européens. Elle réunira les artistes, intellectuels, universitaires, linguistes, historiens, cinéastes et journalistes désirant déconstruire les préjugés anti-Rroms et la tsiganophobie pour produire un discours alternatif, innovant et créatif et ainsi remplacer les représentations figées et mensongères par la réalité d’une culture riche, ancienne, plurielle, ouverte et féconde. L’institut sera également un lieu de recherche et d’apprentissage sur la langue rromani ainsi que sur l’histoire et la culture si diversifiée des Rroms en Europe et dans le monde.

Tout ce trésor, par essence paneuropéen, doit trouver sa place dans le récit de construction des nations et d’une Europe de paix. Nous pensons que l’Institut culturel européen des Rroms permettra de combler cet espace aujourd’hui occupé par l’oubli, le malentendu et l’ignorance.

Marcel Courthiade, titulaire de la chaire de langue et civilisation rromani à l’Inalco
Saimir Mile, président de La Voix des Rroms
Nara Ritz, directeur du Centre européen des formations aux diversités, expert et point de contact national pour le programme Romed (Conseil de l’Europe)
Francine Schutt Jacob, vice-présidente de l’Union française des associations tsiganes

http://blogs.mediapart.fr/edition/roms-et-qui-dautre/article/160515/pour-un-institut-culturel-europeen-des-rroms

Similar posts
  • Ziad Medoukh: Gaza, une ville enfermé... Gaza , une ville enfermée mais une ville qui impressionne ! Ziad Medoukh Il est difficile pour un observateur étranger de comprendre la situation actuelle dans la bande de Gaza, une région en souffrance permanente, mais une région qui continue à s’accrocher à la vie malgré tout. Souvent les médias étrangers parlent de la bande [...]
  • General Electric Belfort General Electric Belfort from feuille de chou on Vimeo. Près de 3000 personnes étaient rassemblées vers 14 h devant la Maison du peuple de Belfort par un temps de plus en plus pluvieux. Après le discours d’une responsable CGT, le cortège est parti vers l’usine General Electric, avec la CGT, les Gilets jaunes, le PCF [...]
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.