Communiqué intersyndical contre la censure à l’université

sai0214

Semaine contre l’apartheid israélien, mars 2014 : Pas de censure dans les universités !

AURDIP, CNT-F, CNT-FTE, CNT-SO, Émancipation, Génération Palestine, GUPS, SNESUP-FSU, Solidaires étudiant-e-s, SUD Éducation, SUD Recherche

21 février 2014

Chaque année depuis 2005, une “Semaine contre l’apartheid israélien” se déroule dans des universités du monde entier, en Afrique du Sud, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Jordanie, Liban, Mexique, Palestine, Pays-Bas, Suède, Suisse et Israël.

Chaque année en France, des événements organisés dans ce cadre sont censurés voire interdits. On se souvient de l’Université de Montpellier-3 en 2010 et en 2013, du débat avec Stéphane Hessel à l’ENS en 2011, des colloques de Paris 8, de l’EHESS et de l’IEP Lyon en 2012, parmi d’autres…

Ces atteintes à la liberté de réunion sont d’autant plus dangereuses qu’elles nous concernent tou.te.s : elles créent un précédent et compromettent par la suite la tenue de n’importe quel événement qui n’aurait pas les faveurs de la direction de l’université ou du gouvernement en place.

Cette année encore, en mars 2014, des étudiant.e.s vont organiser des événements politiques et culturels, des débats dans les universités de France, pour discuter de la question palestinienne, de l’apartheid en Palestine et de la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions comme moyen d’y mettre fin. La situation des palestinien.ne.s est trop grave pour que les universitaires soient exclus de ces débats.

Nous, associations et organisations syndicales d’étudiant.e.s, d’enseignant.e.s et de travailleur.euse.s de la recherche, exigeons de la direction des universités et d’autres institutions d’enseignement supérieur, que soit protégée la liberté pour les étudiant.e.s de disposer de l’espace universitaire pour débattre de sujets politiques, selon les termes de l’article L811 -1 du code de l’éducation (1).

L’université doit rester le foyer de la liberté d’expression.

(1) « Ils (les étudiant.e.s) disposent de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels. I ls exercent cette liberté à titre individuel et collectif, dans des conditions qui ne portent pas atteinte aux activités d’enseignement et de recherche et qui ne troublent pas l’ordre public ».

Similar posts
  • Un squat à l’Espace Gruber à St...   Depuis une semaine un squat s’est installé dans un bâtiment appartenant à la Ville de Strasbourg depuis peu mais autrefois ayant abrité les Brasseries Gruber. Il se situe au 91, route des Romains, à l’entrée de la cour à gauche, juste en face des luminaires Salustra. Ce squat est ouvert à tous ceux qui [...]
  • De l’eau, de l’eau, Stra... D’ailleurs Nous Sommes dIci 67 le 23 juillet 2019 (suite) De l’eau,de l’eau Strasbourg ouvre les robinets Ouf, la ville de Strasbourg a installé aujourd’hui au camp des migrant-es aux Canonniers, un point d’eau et une toilette, mais toujours pas de poubelle. C’est grâce a la mobilisation des acteurs et actrices de la solidarité, par [...]
  • Commémoration à Strasbourg de la rafl... Cent cinquante personnes environ se sont rassemblées dimanche 21 juillet à Strasbourg, Allée des Justes, sur l’emplacement de l’ancienne synagogue incendiée par les nazis lors de l’annexion de l’Alsace-Moselle par Hitler. Comme chaque année, il s’agissait de commémorer la rafle du Vel d’Hiv les 16/17 juillet 1942 à Paris où plus de 12000 juifs, dont [...]
  • Des réfugiés est-européens sans eau n...   Plusieurs familles de pays de l’est se sont une fois de plus installées dimanche dernier près de la rue des Canonniers à Strasbourg-Neuhof. Elles viennent d’Albanie, de Serbie, du Kosovo, de Macédoine. Il y a aussi un Français sans domicile ni travail. Sur ce campement, il n’y a ni eau, ni WC, ni poubelles. [...]
  • 1er mai à Strasbourg: rouge, jaune, v... [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.