Lycéens à la rue ! La FIDL interpelle Anne Hidalgo, Maire de Paris par une lettre ouverte.

Sidebar

 

Madame la Maire de Paris,

Nous vous interpellons sur une situation de détresse. Des centaines de lycéens dorment dans la rue et le froid le soir, rien que sur Paris et sa proche banlieue. Ces lycéens que nous côtoyons quand nous sommes en cours la journée n’ont nulle part où rentrer dormir au chaud le soir. Seuls et livrés à eux-mêmes, ils sont en danger !

Madame, vous qui êtes une mère de famille, nous vous demandons de comprendre la détresse de ces jeunes isolés, livrés à eux-mêmes, sans ressources. Nous vous demandons de comprendre les nuits sans fins qui s’enchainent pour eux, jour après jour. La galère d’entreposer des sacs de vêtements à droite et à gauche, de trouver des espaces où se laver, boire un café, ou simplement parler. Comprenez leur fatigue et la souffrance que peut engendrer la vie dans la rue. Ecoutez ce qu’ils ont à dire, les nuits qu’ils passent à déambuler de peur de s’endormir trop longtemps et de ne pas se réveiller. Pour certains, cette vie dure depuis des semaines voire des mois, mais une chose est sure : l’hiver arrive. Une mère de famille se pose toujours face à de telles situations cette question toute simple : « Et si c’était mon enfant ? ».

Malheureusement, se loger n’est pas leur seul problème, loin de là ! Manger est aussi une difficulté du quotidien pour eux. Oui, des lycéens vont en cours mais ont souvent le ventre vide ! Il arrive que des professeurs ou des personnes solidaires arrivent à leur négocier un accès gratuit à cantine mais ce n’est pas vrai pour la majorité. On ne peut pas vivre normalement avec 5 repas par semaine, on ne peut pas écouter, apprendre et étudier le ventre vide…

Avoir faim ponctuellement est une chose mais ne pas manger suffisamment et être à la rue le soir pendant des mois en est une autre. Pour certains, le manque d’accès aux soins de base les laisse avec des  maux, des maladies ou des blessures non soignées. Pour d’autres, cette précarité extrême, la faim et la fatigue les conduisent à une sous-nutrition, à l’épuisement ils doivent parfois être hospitalisés. Ces lycéens sont en danger !

Nous ne comprenons pas pourquoi aujourd’hui, en 2014, des lycéens sont isolés, seuls, abandonnés, alors-même qu’ils étudient et vont en cours. Ces lycéens veulent un avenir, ils ont des projets et se démènent pour étudier au mieux. Ils croient en l’éducation mais notre pays croit-il en eux ?

Nous le savons, vous qui êtes sensible à la jeunesse et aurez à cœur de faire de la ville de Paris l’exemple d’une ville solidaire et fraternelle qui n’accepte pas que sa jeunesse dorme dans la rue. Paris a toujours été un précurseur de la protection de l’enfance. Cette richesse et cet esprit nous devons les conserver et le faire avancer ! Nous vous demandons de mettre le sujet de ces lycéens livrés à la rue au premier plan de vos actions pour la jeunesse.

A partir d’aujourd’hui, ce lundi 15 octobre, le Conseil de Paris va s’ouvrir pour trois jours. Tous les acteurs qui pourront permettre de trouver une solution durable à cette situation de détresse seront présents. Oui, nous vous faisons cette demande en urgence mais comprenez que la situation de ces lycéens est bien plus qu’urgente. S’il vous plait, prenez le temps de trouver une solution avec l’Aide Sociale à l’Enfance afin que des hébergements durables leurs soient trouvés au plus vite avec un suivi régulier.

Il y a une semaine nous avons décidé de placer sous notre protection ces lycéens en danger que nous avons rencontrés. Nous les hébergeons et avons organisé un appel à la solidarité pour leur permettre de manger, de leur payer des tickets de transport pour le lycée ou encore de trouver de nouveaux vêtements. Mais us n’avons ni la vocation ni les moyens de nous substituer à l’État, cette situation ne peut être que provisoire.

Madame Hidalgo, cela fait une semaine que nous trouvons porte close face à ce sujet. Nous vous demandons de trouver une solution ou de nous rencontrer au plus vite ! Votre ville ne peut pas laisser des lycéens comme nous contraints d’héberger d’autres lycéens à la place de l’Etat. Ou alors, cela voudrait dire que le monde des adultes est vraiment défaillant…

Dans l’attente d’une réponse, nous continuons donc à installer les matelas et à préparer des plats pour 20 camarades. C’est sympa, mais pas trop longtemps…

Bien cordialement.

Les lycéens de la FIDL, le syndicat lycéen.

http://www.metronews.fr/paris/19e-arrondissement-mobilisation-lyceenne-autour-de-sans-papiers/mnjp!UNtVuoBwtRGQ/

Similar posts
  • GCO: destruction du spot de la D 45 p... On s’y attendait, les zadistes comme leurs amis, opposés au Grand Contournement Ouest. La destruction du spot de la D 45, près de la route de Kolbsheim avait été programmée pour la mi-août, période de tous les mauvais coups, qui a vu aussi la destruction non programmée du bâtiment d’entrée de la Foire européenne  qui [...]
  • Halte à la répression policière et ju... [...]
  • Coup de pompes au Wacken… Après la destruction du bâtiment de la Foire européenne à Strasbourg… Freddy Grosskosch revient… Avec 3 photos de ce matin sous la pluie (voir infra) + Capa Coup de pompes au Wacken… Le quinze août est la fête des marris. C’est alors que se démolissent, dans la ville vide, les îlots sensibles. Soit le patrimoine [...]
  • Le ministère de la transition écologi... Au moins les choses sont claires maintenant depuis que l’ex ministre des transports a en charge l’écologie. L’aménagement de la N4 d’Ittenheim à Strasbourg-Hautepierre en 2×3 voies lié au GCO-COS est de son ressort. A quoi sert EE/LV à part se macroniser ? http://www.grand-est.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/a351-rn4-comm-lettre_infos_01.pdf?fbclid=IwAR3SPpzHY-fdGvT2LbVppq6lkHIuU2fiiLV2X-m7jcQdNQELUOeO47Dl_XE Source: Anny Barth qui a trouvé ce document de propagande dans [...]
  • Se mobiliser pour défendre l’Hôtel de... Deux huissiers se sont présentés ce matin au squat Gruber 91 route des Romains où sont abritées 140 personnes qui étaient à la rue. Cette visite fait suite à une plainte de la Ville de Strasbourg au TGI. Un seul occupant a été identifié alors que cette occupation humanitaire est une œuvre collective. Nous nous [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.