Persécutions quotidiennes des exilé-e-s: un parc parisien leur est interdit

Persécutions quotidiennes des exilé-e-s: un parc parisien leur est interdit

· 20 AOÛT 2017 – PAR LA CHAPELLE EN LUTTE

https://blogs.mediapart.fr/la-chapelle-en-lutte/blog/200817/persecutions-quotidiennes-des-exile-e-s-un-parc-parisien-leur-est-interdit

Une scène quotidienne pour les exilé-e-s : police, violence, racisme. Une scène parmi d’autres dans le quotidien insupportable des exilé-e-s à la rue en France. Ce témoignage d’une intervention policière au Jardin d’Eole dans le XVIIIème arrondissement de Paris cherche à briser un morceau du silence qui règne autour de ces humiliations quotidiennes.

Il est 8h30 ce samedi 19 août, quand l’équipe qui distribue bénévolement chaque matin un petit-déjeuner aux exilé-e-s, s’installe à l’entrée du jardin d’Éole, dans le XVIIIème arrondissement de Paris. Les policiers sont déjà là et ordonnent aux exilé-e-s de “dégager”.

Il leur est expliqué qu’un petit déjeuner va être donné. Réponse : ” Ok mais après ils dégagent du secteur. On ne veut plus les voir dans le XVIIIème, ni dans le XIXème… consignes de l’Elysée.”

Le p’tit dej commence.

Il est 9h30, la police fait une énième ronde pendant que les exilé-e-s font la queue pour un café. L’équipe du p’tit dej fait passer le mot, la police repassera et il faudrait mieux partir après le café. Mais pour allez où ?

Il est 10h dans le jardin d’Éole, les exilé-e-s sont assis au soleil, discutent ; d’autres lavent leurs vêtements avant de les étaler sur le sol pour les faire sécher. Des sirènes retentissent. Un camion de police pile devant l’entrée du jardin – six policiers, fusil à la main, descendent. À peine le temps de se retourner, les exilés sont cernés par les policiers de tous les côtés : “Allez ! Allez ! Tout le monde dégage ! ”

Des exilé-e-s expulsé-e-s d’un jardin public © Usagers du jardin d’Eole – Voir la vidéo à https://vimeo.com/230360822

À la sortie du parc un policier nous explique qu’il n’y a pas de délit de faciès “juste du professionnalisme” :

“- Depuis quand on interdit le parc aux migrants ?

– Non, juste aux illégaux

– Qu’est-ce que vous en savez qu’ils n’ont pas de papiers ?

– Ça se voit sur leur visage

– Oui, ça s’appelle du délit de faciès

– Non ! Retournez à l’école, c’est pas ça le délit de faciès. Ça s’appelle du professionnalisme!”

Nous, ça nous rappelle une époque pas si lointaine où une population ciblée était interdite dans les parcs et autres lieux publics. “On ne va pas faire ça tout la journée, il faut faire fermer le parc” avait conclu l’un des policiers, depuis le jardin d’Eole à portes closes.

Collectif du p’tit dej à Flandres

Similar posts
  • Roland Gori: La nudité du pouvoir Com... [...]
  • Après la profanation du cimetière isr... 14? https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fourteen_Words?wprov=sfla1 Une petite foule ce matin dans le froid du cimetière israélite de Herrlisheim, dans le Bas-Rhin, récemment profané. Le ministre de l’Intérieur, Castaner, après son intervention hier soir suite à la mort du terroriste de Strasbourg, le préfet Marx, le DDSP du Bas-Rhin, des officiers de l’armée, le Grand-Rabbin du Bas-Rhin, le maire [...]
  • Non au GCO, oui à l’archéologie... Des visites étaient organisées ce matin sur le chantier archéologique de Duttlenheim, pas loin du (futur, mais encore potentiel) embranchement du Contournement Ouest de Strasbourg avec l’A 35 entre Duppigheim et Duttlenheim. Pour l’occasion, Vinci avait déroulé le tapis rouge, même aux opposants à cette autoroute inutile et obsolète, pour accéder au chantier. Merci aux [...]
  • Chasse aux lycéens de Rudloff aux Pot... Pendant près de trois heures, la police a pratiqué la chasse aux lycéens du lycée polyvalent Marcel Rudloff dans le quartier des Poteries. Vers 10, à la récréation, des lycéens sont sortis sur le parvis. Une petite poubelle a été brûlée ainsi qu’un vieux canapé près de l’entrée des profs. Les pompiers ont rapidement éteint [...]
  • Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Vincent Guillot https://www.histoiresordinaires.fr/Intersexe-Vincent-Guillot-sort-de-la-nuit_a1330.html Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Je ne vais pas manifester, je vais participer à la révolution. Je n’ai rien, rien à perdre, je ne possède rien et je vis dans la misère depuis des années, cassé par le travail d’ouvrier, torturé, mutilé par la médecine, même ma vie fut [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.