Lycée ORT: le système concentrationnaire du Struthof

Le Pas-le-Choix-Business

Le lycée ORT expose un remarquable travail franco-allemand sur le système concentrationnaire du Struthof et ses satellites. Mais il a fallu l’officiel de trop pour transformer le vernissage en tentative de récupération.

Le camp du Struthof a une caractéristique principale : il fut politique, sans un juif — sinon le transit des cadavres pour la collection perverse du docteur Hirt. C’est pourtant le Lycée ORT, impeccable vitrine du judaïsme élégant, qui s’est chargé de coordonner le travail de trois lycées français et douze allemands. Ces jeunes ont rapporté, par leurs photographies, leurs dessins et un beau travail d’archive, la folie d’une nébuleuse de près de soixante-dix succursales du camp de concentration du Struthof. On y travaillait d’un même épuisement dans les champs ou dans les tunnels secrets…

L’exposition s’intitule « Natzweiler » mais cette germanisation du nom d’un village français d’Alsace ne tient pas à un abus des partenaires allemands, tous de la meilleure bonne volonté. Non, il reprend dans une certaine complaisance l’intitulé world-nazi du camp : il y a aussi de la préséance dans l’abject, pour ne pas parler de supériorité. Et tant pis pour les habitants de Naztzwiller.

Tout l’exercice du vernissage de l’exposition, fin janvier, fut à cette enseigne. Ne pas parler du judaïsme qui n’eut pas lieu, mais tout enrober dans un non-dit juif opérant une douce confusion : présence du consul d’Israël, témoignage d’une survivante judéo-polonaise passée par un satellite excentré du camp… Et même un kol-nidré sirupeux au violoncelle alors que la musique concentrationnaire goy existe, de Messiaen à Belifante… Là, on pouvait encore se dire que ce travail était porté par des connaisseurs, ceux qui ont le plus morflé. Ainsi se sont succédés, sereins, plusieurs discours et même en langue croisée, la professeure allemande en français et sa consœur française en allemand.

Ce n’était sûrement pas assez : il y en a qui voudraient bien faire des attentats de Paris ou de Toulouse des drames exclusivement antisémites — voir leurs plaques de marbre ségrégationnistes — alors que toute la nation a trinqué, et même nos compatriotes musulmans. Alors est apparu, sorti des plis du drapeau allemand (sic) faisant bouquet en fond de décor avec l’européen et le français, un représentant départemental du CRIF (ou quelque chose dans ce mirlitonesque) portant un tas de livres à « officiellement » offrir aux lycéens : Maus, du génial mais mal placé Spiegelman, plutôt que le souriant Sfar à la laïcité farouche et si délicieusement juive… Même pas emballés, les livres, on avait fait dans la précipitation et le catimini… A la remarque que tous ces livres étaient en français, le cacique aux petits-pieds, qui n’y avait franchement pas pensé, a répondu un vague : « Ce n’est pas très grave, on verra… ». On aimerait bien que tous les Français aient accompli la moitié du travail de la faute de nos chers voisins. Ils étaient treize lycées et nous trois, cela se passe de commentaire…

Victimes de ce pas-le-choix-business, les gens de l’ORT faisaient des yeux tout ronds. Ils n’y étaient vraiment pour (presque ?) rien. Allons, il restait leur merveilleux riesling cachère pour noyer ça… ensemble !

Freddy Grossgosch

http://www.strasbourg.ort.asso.fr/+La-memoire-des-camps-annexes-du-KL-Natzweiler-Struthof+

Similar posts
  • Mettre des enfants en cage… Mettre des enfants en cage, séparer des familles: La guerre contre l’immigration est-elle allée trop loin ? (Caging Children, Separating Families: Has the War on Immigration Gone Too Far? ) https://www.rutherford.org/publications_resources/john_whiteheads_commentary/caging_children_separating_families_has_the_war_on_immigration_gone_too_far par John W. Whitehead “ Jamais notre future n’a été plus imprévisible, jamais nous n’avons tellement dépendu de forces politiques auxquelles on ne peut [...]
  • Retraité.e.s en colère, on va pas se ... Strasbourg 2 à 300 retraité.e.s ont défilé cet après-midi de 14 à 15 h de la place Kléber à la Préfecture place Broglie. L’appel était intersyndical. Les responsables syndicaux n’ont pas sollicité de rencontre avec le préfet Marx vu que ça ne sert à rien. Au niveau national, depuis la rencontre de septembre 2017, rien [...]
  • Journée sans cheminots/ Strasbourg Les cheminots unis dans leur intersyndicale continuent la lutte! Ils-elles étaient rassemblé.e.s dès 11 h ce 12 juin place de la gare à [...]
  • L’opposition juive au sionisme,... [...]
  • Bourgeois et soldats/ Burger und Sold... Présentation au Centre culturel alsacien par Armand Peter, Jean-Claude Richez, Jean-Paul Sorg, le 9 juin 2018 à [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !