Lycée ORT: le système concentrationnaire du Struthof

Le Pas-le-Choix-Business

Le lycée ORT expose un remarquable travail franco-allemand sur le système concentrationnaire du Struthof et ses satellites. Mais il a fallu l’officiel de trop pour transformer le vernissage en tentative de récupération.

Le camp du Struthof a une caractéristique principale : il fut politique, sans un juif — sinon le transit des cadavres pour la collection perverse du docteur Hirt. C’est pourtant le Lycée ORT, impeccable vitrine du judaïsme élégant, qui s’est chargé de coordonner le travail de trois lycées français et douze allemands. Ces jeunes ont rapporté, par leurs photographies, leurs dessins et un beau travail d’archive, la folie d’une nébuleuse de près de soixante-dix succursales du camp de concentration du Struthof. On y travaillait d’un même épuisement dans les champs ou dans les tunnels secrets…

L’exposition s’intitule « Natzweiler » mais cette germanisation du nom d’un village français d’Alsace ne tient pas à un abus des partenaires allemands, tous de la meilleure bonne volonté. Non, il reprend dans une certaine complaisance l’intitulé world-nazi du camp : il y a aussi de la préséance dans l’abject, pour ne pas parler de supériorité. Et tant pis pour les habitants de Naztzwiller.

Tout l’exercice du vernissage de l’exposition, fin janvier, fut à cette enseigne. Ne pas parler du judaïsme qui n’eut pas lieu, mais tout enrober dans un non-dit juif opérant une douce confusion : présence du consul d’Israël, témoignage d’une survivante judéo-polonaise passée par un satellite excentré du camp… Et même un kol-nidré sirupeux au violoncelle alors que la musique concentrationnaire goy existe, de Messiaen à Belifante… Là, on pouvait encore se dire que ce travail était porté par des connaisseurs, ceux qui ont le plus morflé. Ainsi se sont succédés, sereins, plusieurs discours et même en langue croisée, la professeure allemande en français et sa consœur française en allemand.

Ce n’était sûrement pas assez : il y en a qui voudraient bien faire des attentats de Paris ou de Toulouse des drames exclusivement antisémites — voir leurs plaques de marbre ségrégationnistes — alors que toute la nation a trinqué, et même nos compatriotes musulmans. Alors est apparu, sorti des plis du drapeau allemand (sic) faisant bouquet en fond de décor avec l’européen et le français, un représentant départemental du CRIF (ou quelque chose dans ce mirlitonesque) portant un tas de livres à « officiellement » offrir aux lycéens : Maus, du génial mais mal placé Spiegelman, plutôt que le souriant Sfar à la laïcité farouche et si délicieusement juive… Même pas emballés, les livres, on avait fait dans la précipitation et le catimini… A la remarque que tous ces livres étaient en français, le cacique aux petits-pieds, qui n’y avait franchement pas pensé, a répondu un vague : « Ce n’est pas très grave, on verra… ». On aimerait bien que tous les Français aient accompli la moitié du travail de la faute de nos chers voisins. Ils étaient treize lycées et nous trois, cela se passe de commentaire…

Victimes de ce pas-le-choix-business, les gens de l’ORT faisaient des yeux tout ronds. Ils n’y étaient vraiment pour (presque ?) rien. Allons, il restait leur merveilleux riesling cachère pour noyer ça… ensemble !

Freddy Grossgosch

http://www.strasbourg.ort.asso.fr/+La-memoire-des-camps-annexes-du-KL-Natzweiler-Struthof+

Similar posts
  • Après la profanation du cimetière isr... 14? https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fourteen_Words?wprov=sfla1 Une petite foule ce matin dans le froid du cimetière israélite de Herrlisheim, dans le Bas-Rhin, récemment profané. Le ministre de l’Intérieur, Castaner, après son intervention hier soir suite à la mort du terroriste de Strasbourg, le préfet Marx, le DDSP du Bas-Rhin, des officiers de l’armée, le Grand-Rabbin du Bas-Rhin, le maire [...]
  • Non au GCO, oui à l’archéologie... Des visites étaient organisées ce matin sur le chantier archéologique de Duttlenheim, pas loin du (futur, mais encore potentiel) embranchement du Contournement Ouest de Strasbourg avec l’A 35 entre Duppigheim et Duttlenheim. Pour l’occasion, Vinci avait déroulé le tapis rouge, même aux opposants à cette autoroute inutile et obsolète, pour accéder au chantier. Merci aux [...]
  • Chasse aux lycéens de Rudloff aux Pot... Pendant près de trois heures, la police a pratiqué la chasse aux lycéens du lycée polyvalent Marcel Rudloff dans le quartier des Poteries. Vers 10, à la récréation, des lycéens sont sortis sur le parvis. Une petite poubelle a été brûlée ainsi qu’un vieux canapé près de l’entrée des profs. Les pompiers ont rapidement éteint [...]
  • Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Vincent Guillot https://www.histoiresordinaires.fr/Intersexe-Vincent-Guillot-sort-de-la-nuit_a1330.html Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Je ne vais pas manifester, je vais participer à la révolution. Je n’ai rien, rien à perdre, je ne possède rien et je vis dans la misère depuis des années, cassé par le travail d’ouvrier, torturé, mutilé par la médecine, même ma vie fut [...]
  • Mercredi, j’ai Vinci: 3 chanti... Trois chantiers du GCO bloqués ce mercredi 5 décembre! Le chantier du Matterberg a été bloqué vers 8h ce matin. Une fois évacués par les gendarmes qui nous ont coursés puis regroupés en bordure du chantier et forcés à le quitter par la gauche en regardant vers le canal de la Marne-au-Rhin, nous obligeant à [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.