DNA: plus d’un millier (le double en fait) pour l’arrêt des bombardemens

DNA
Plus d’un millier (plus en fait!) pour l’arrêt des bombardements

Strasbourg Manifestation de solidarité avec le peuple palestinien Plus d’un millier pour l’arrêt des bombardements

Sous une chaleur écrasante, les manifestants ont défilé dans le centre-ville de Strasbourg pour dénoncer les bombardements israéliens. Photo DNA – Laurent Réa

Sous une chaleur écrasante, les manifestants ont défilé dans le centre-ville de Strasbourg pour dénoncer les bombardements israéliens. Photo DNA – Laurent Réa
Plus d’un millier de personnes – 1 300 selon la police – ont manifesté hier après-midi à Strasbourg contre les bombardements israéliens dans la bande de Gaza, à l’appel d’une douzaine d’association

Massés derrière une large banderole, plus d’un millier de personnes ont défilé hier au centre-ville de Strasbourg pour dénoncer les bombardements meurtriers du gouvernement israélien dans la bande de Gaza.

« Nous voulons exprimer notre indignation, notre solidarité avec le peuple palestinien, mais aussi interpeller la communauté internationale. Nous demandons l’arrêt immédiat des raids meurtriers et la levée du blocus de Gaza », expose Aïcha, venue avec ses deux enfants.

« Tant qu’Israël ne respectera pas le droit international, des sanctions immédiates doivent être prises », poursuit Kader.

Au milieu des drapeaux palestiniens, certains affichent les couleurs de la France. Dont Jamel, qui distribue abondamment des drapeaux tricolores. « Nous sommes fiers d’être Français, mais on a honte de notre gouvernement. On attend qu’il réagisse enfin ». « On a honte de M. Hollande, qui se tait », renchérit Samet.

« Nous sommes avant tout Français et en tant que citoyens, nous ne pouvons accepter le silence de notre pays », observe Atif, regrettant que les seules mesures « de rétorsion vis-à-vis du gouvernement israélien soient des appels à la retenue ».
« Qu’est-ce qui peut justifier la mort d’un enfant ? »

« Qu’est-ce qui peut justifier la mort d’un enfant ? interroge Athis Durak. Partout où la dignité humaine est touchée, nous devons dire “non !”». Elle réfute d’ailleurs le terme de « pro Palestiniens. Nous ne sommes pas pour ou contre une population. Nous sommes contre l’injustice ». Et d’ajouter : « Nos frères juifs ne veulent pas que l’on commette des crimes en leur nom. » « Nul besoin d’être musulman pour s’indigner de la situation en Palestine », confirme Pierre.

Si les slogans hostiles à l’État hébreu sont scandés à tue-tête, au milieu des « Gaza, Strasbourg pense à toi » et autres « Une seule solution : arrêter l’occupation », les invocations « Allah Akbar » amenées par quelques jeunes – immédiatement reprises – sont vite refrénées par les encadrants, très attentifs au moindre mouvement de foule.

« Une bonne partie des organisateurs sont de confession juive. Ce n’est pas un conflit religieux. Tous les Palestiniens ne sont pas musulmans », annonçait-on déjà avant le départ du cortège.

Après deux heures de marche, les manifestants ont regagné la place Kléber. Avant de se séparer, Athis Durak appelle à ce que les « deux États puissent vivre côte à côte dans la paix ».
« On reste mobilisés »

« Ce rassemblement prouve que nous pouvons être en colère contre le crime contre l’Humanité, et que nous pouvons rester dignes », souligne Jean-Claude Meyer, de l’Union juive française pour la paix (UJFP), après avoir récité le verset du « Shema Israël ».

« Ce vivre ensemble que nous avons montré doit être un exemple pour la terre entière, y compris pour le Proche-Orient, à condition que la justice et l’égalité l’emportent », ajoute Athis Durak. À ses côtés, Jean-Claude Meyer prévient d’ores et déjà l’assemblée qui commence à se disperser : « On reste mobilisés. »

Similar posts
  • General Electric Belfort General Electric Belfort from feuille de chou on Vimeo. Près de 3000 personnes étaient rassemblées vers 14 h devant la Maison du peuple de Belfort par un temps de plus en plus pluvieux. Après le discours d’une responsable CGT, le cortège est parti vers l’usine General Electric, avec la CGT, les Gilets jaunes, le PCF [...]
  • 17 octobre 1961-17 octobre 2019 Stras... Chaque année à Strasbourg se tient une commémoration du massacre du 17 octobre 1961 à Paris où 200 Algériens pacifiques ont été tués par la police, certains jetés à La Seine. C’était sous le général de Gaulle, Roger Frey était ministre de l’Intérieur et Maurice Papon qui s’était illustré en 1942 à Bordeaux en déportant [...]
  • Semaine Européenne de la Démocratie L... [...]
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.