Hommage à Albert WAKSMAN

albert waksman

Valiske

C’est avec la tristesse et un sentiment de vide et de solitude que nous vous annonçons le décès de notre Président, le professeur Albert WAKSMAN.

Albert né à Lódz en Pologne, une importante ville juive de l’Europe d’avant la Shoah, est parti enfant en Belgique.

Il a perdu les siens dans la nuit de la Shoah, mais a pu préserver sa vie sous une fausse identité à Couvin, Bastogne, Bruxelles et puis à Ronce.

Après la Libération, Albert s’est engagé comme éducateur, dans des mouvements de jeunesse juive laïque en Belgique, surtout auprès des jeunes qui ont perdu leurs familles, tout en poursuivant ses études de biologie.

Il a consacré sa vie professionnelle à la recherche scientifique internationale : en Belgique, en Grande Bretagne, aux États-Unis et plus tard en dirigeant une unité de recherche neurobiologique à Strasbourg (France).

En plus d’une vie familiale et professionnelle bien remplies, Albert a cofondé, avec son épouse Régine, le cercle de réflexion juive laïque « Wladimir Rabi » et plus tard notre association VALISKE qu’il a présidée depuis ses débuts.

Ce message est notre hommage à la Personne (au Mentsh) qui nous a appris :
– un attachement à la Yiddishkayt,
– une exigence éthique, humaniste et universaliste,
– une ouverture, curiosité et générosité pour l’Autre,
– une passion pour les voyages juifs ouverts à la diversité du monde et à ses difficultés (notamment aux droits de l’homme).

Nous te remercions cher Albert ! A dank tayer Avroum !

Nous exprimons notre solidarité à son épouse, notre chère Régine qui l’a accompagné avec tant de courage jusqu’à ses dernières heures et à ses enfants.

L’enterrement aura lieu au cimetière israélite de Strasbourg
à Strasbourg – Cronenbourg, ce vendredi 21 mars 2014 à 13h.

Lloica & André

Similar posts
  • Convergence des luttes à Strasbourg: ... Près de 4000 personnes ont défilé à Strasbourg ce 19 avril à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires, des étudiants, des lycéens. Ce n’est pas souvent qu’on voit réunis dans le même cortège des cheminots qui ont posé des rails place Kléber et des avocats en lutte contre une réforme néo-libérale de [...]
  • CIO et ONISEP en lutte à Strasbourg CIO en lutte au [...]
  • “Pourquoi un État juif n’... Ofra Yeshua-Lyth était hier soir au Foyer de l’Étudiant catholique de Strasbourg avec son éditeur scribest et Georges Yoram Federmann qui l’a présentée avec son humour habituel en reprenant la question : “Quelle est la couleur des Juifs” qui a fait rire toute la salle. Cette table-ronde devait avoir lieu à l’Unistra, mais les interventions [...]
  • Répression anti-syndicale au TGI de S... Une trentaine de personnes ce matin sur le nouveau parvis du TGI pour soutenir une camarade syndicaliste de SUD convoquée suite à une intervention très brutale de policiers à l’issue d’une manifestation impromptue contre l’esclavage en Libye qui s’est achevée place de la gare et où des flics n’ont pas hésité à poursuivre des gens [...]
  • Les curieuses méthodes de la directio... Plusieurs facs bloquées tranquillement ce matin à Strasbourg. Quelques obstacles et des étudiants peu nombreux. La direction de l’Unistra et la police laissent faire pour le moment. Trop de forces de police mobilisées pour Macron au Parlement européen? Un témoignage intéressant sur les méthodes de la direction, connues grâce à une erreur d’aiguillage d’un [...]

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    20 mars 2014    

    <>.

    Voilà le message d’allégeance que je soumettais au <> en
    septembre dernier.

    Albert souriant, espiègle, ouvert , chaleureux (comme son oncle Wolf
    qui avait quitté la Pologne en 1922 et qui avait une vision plus
    moderne des choses de la vie >> ?)

    Albert dont j’ai découvert tardivement la tragédie d’avoir été <> grâce au précieux livre (encore plus aujourd’hui) de
    Baptiste Cogitore par un article de la main d’ Agnieszka Marciewa.

    Albert dont la famille vécut <> à Bruxelles , à partir de 1931.

    <> ou <> ? Allez savoir.

    J’avais l’impression que notre cher Albert était parfois <> , comme ses parents, <>,mais c’était pour nous
    laisser plus de place.

    J’avais toujours un grand plaisir anticipé à l’idée de le croiser ou
    de le rencontrer et nous nous félicitons , avec Anja ,de lui avoir
    présenté Livia et Amos , chez vous au Rond Point de l’ Esplanade, à la
    faveur d’une rencontre inopinée ,alors que vous reveniez d’une
    promenade à la Citadelle avec Ariel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !