Hollande et Merkel passent, la liberté de la presse trépasse!

république 001

Témoignage

Alors que j’attendais, vers 17 h, le tram, avec une amie, place de la République en direction de l’avenue de la Paix, j’ai été surpris de voir de nombreux policiers en civil et des camionnettes tournant autour de la place.

Nous avons supposé que ce déploiement de forces pouvait être en rapport avec la présence annoncée à Strasbourg de Mme Merkel, avec François Hollande et Martin Schultz.

Aussi, pour rendre compte de cette ambiance particulière autour d’une place quasi déserte et des va-et-vient des policiers en civil et des véhicules, dans les parages de la Passerelle des Juifs, du Pont de l’Opéra, de la station de tram, j’ai sorti ma caméra pour prendre des images.

A ce moment, un policier en civil s’est approché de nous en sifflotant et, en me retournant, je l’ai vu nous désigner du doigt à ses collègues.

Comme nous traversions la place de la République, ce policier et son collègue nous ont suivis et, à la hauteur du monument aux morts, ils nous ont demandé de stopper avant de contrôler nos papiers et de transmettre les informations.

De plus j’ai subi un contrôle physique: poches vidées, palpation des manches et des jambes.

L’un des policiers a insisté, en me nommant, et en précisant m’avoir reconnu à l’arrêt de tram, sur le fait que je les avais déjà filmés à d’autres occasions.

C’est pourtant un droit, pour l’instant, pas remis en cause par l’état d’urgence http://copwatch.fr/agir/connaitre-ses-droits/article/filmer-la-police.

C’est donc bien en tant que responsable de la Feuille de chou que j’ai subi ce contrôle, ainsi que la personne qui m’accompagnait.

Comme nous demandions le motif du contrôle, il nous a été répondu:
« Vous avez raté un épisode; vous n’êtes pas si bien informés que ça; on n’a plus besoin de motif. »

J’ai alors commenté: « Ah, oui, police administrative! »

On a ajouté qu’ils perdaient leur temps et le nôtre et qu’ils avaient une curieuse manière de rechercher des terroristes.

C’est alors que celui qui avait les papiers en main nous a répondu: « C’est ce qu’on est en train de faire« …

Si on en croit cette dernière réponse, un média libre comme la Feuille de chou est donc considéré comme un danger terroriste potentiel!

Et cela vaut interpellation, contrôle, palpation et intimidation en pleine rue sans aucun motif.

En ce moment on constate une accélération d’attaques de tout genre contre les médias libres et contre les défenseurs des libertés fondamentales.

Qui veut la peau de la presse libre?

Il est grand temps de mettre le holà à ces méthodes de police dignes de la RDA ou de Vichy!

Le directeur de publication de la Feuille de chou

07/02/16

 

Similar posts
  • Lettre à Nicolas Hulot contre le GCO « Lettre à Nicolas Hulot contre le GCO ». Principe : chacun peut reprendre le modèle de lettre ci-dessous, tel quel ou en le modifiant, en le signant et en indiquant son adresse pour la réponse. A envoyer EXCLUSIVEMENT PAR COURRIER POSTAL à l’adresse : Monsieur Nicolas HULOT 1, Bd des Falaises 35800 SAINT-LUNAIRE Faire connaître cette [...]
  • Marche anti-GCO contre le gouvernemen... [...]
  • Curieuse histoire de la Palestine à l... MaIF-17avril -2pages MAIF-Alerte aux [...]
  • Les Gilets Jaunes du QG Strasbourg Ré... En réponse à l’allocution de Macron le lundi 15 avril 2019 Notre Dame brûle… le gouvernement nous enfume. Hier, Macron, aurait dû faire ses annonces après les 3 mois de son Grand Blabla, qui avait pour unique objectif de gagner du temps en espérant que notre mouvement s’arrête. Mal lui en a pris, notre capacité [...]
  • Salariés de Wisches: opération escarg... Des salariés de Wisches ont organisé une opération escargot depuis leur usine menacée de 47 licenciements sur 52 employés en se rendant avec plusieurs véhicules jusqu’à l’usine mère Punch Powerglide au Port du Rhin à Strasbourg où sont produites les boites de vitesse qu’ils conditionnent dans la vallée de la Bruche. Wisches : maire Alain [...]

1 Commentaire

  1. Phoebus Phoebus
    8 février 2016    

    Fallait pas voter Hollande … Vous vouliez le socialisme ? Vous avez le national Socialisme.
    Le fascisme n’est pas toujours celui qu’on montre du doigt.