Calais : quand les autorités sanitaires traitent les migrants comme des animaux

Pentax Digital Camera

Syriens, Afghans ou Érythréens, ils fuient des conflits ou des persécutions. Ils sont plus de 500 à vivre dans des camps de fortune sur le port de Calais et aux alentours, attendant de passer en Angleterre ou de recevoir une réponse à leur demande d’asile en France. Leurs conditions sanitaires catastrophiques favorisent le développement d’épidémies de gale. En parallèle d’une expulsion de ces bidonvilles, la préfecture a proposé une prise en charge médicale. Dans des conditions profondément indignes. Témoignage.

En août 2009, lorsque Éric Besson, alors ministre de l’Immigration, préparait la destruction de la « Jungle de Calais » et des autres campements du Calaisis, une opération de traitement de la gale à l’attention des exilés avait été mise en place à Calais. Un examen médical était suivi de l’administration du traitement, d’une décontamination et d’une douche avec distribution de vêtements propres. Cela avait lieu dans trois tentes dressées à côté de la Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS).

L’opération a duré un peu plus de deux semaines. Cette action avait été critiqué pour son manque d’efficacité : manque de communication et d’explication en direction des exilés, traitement limité aux seules personnes se rendant sur le site de la PASS, suivi insuffisant de la décontamination de l’habitat et de la literie. Mais au moins les patients étaient-ils vus par un médecin et accueillis dans un espace garantissant un minimum d’intimité et de confidentialité.

Une nouvelle « opération gale » a été mise en place le 27 mai 2014 par l’Agence Régionale de Santé (ARS), dans le cadre de l’évacuation de trois bidonvilles de Calais habités par des exilés. Elle dépasse en inefficacité celle mise en place sous Éric Besson. Et s’est déroulée dans des conditions profondément indignes.

L’ARS a installé son dispositif sous surveillance policière sur un lieu de distribution des repas, et au moment du repas.

Au milieu d’une cour bitumée, bordée de auvents, sont installées une rangée de chaises, une rangée de tables, où s’assoient les soignants volontaires.

La suite: http://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/05/27/expulsions-de-campements-lars-confond-humains-et-animaux/

Similar posts
  • 1er mai à Strasbourg: rouge, jaune, v... [...]
  • Strasbourg Acte XXIV 5000 manifestant... RIC Strasbourg Étoile https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157203760243599/?t=6 Fraternisation street medics allemands-français A deux doigts du gazage place Corbeau Strasbourg Act 24 Gazage sur la passerelle et le quai Place de l’Université Vers la place de Bordeaux Sous la pluie et gazage place de Bordeaux Gazés sous la pluie Repli après gazage Acte 24 Strasbourg Retour vers le Pont [...]
  • Vélorution pour des pistes cyclables ... Près de 400 cyclistes de tout âge ont participé, après quelques discours introductifs, à la Vélorution de la place de la République à Strasbourg jusqu’à Schiltigheim afin de réclamer de la maire EE/LV de Schellige, Danièle Dambach, la réalisation de pistes et bandes cyclables. La police nationale ouvrait et fermait la voie (on les préfère [...]
  • Seder laïque de l’UJFP à Paris Animé par Richard Wagmann, créateur de l’association et ex-président de l’Union juive française pour la paix, ce Seder qui commémore la sortie (mythique) des Hébreux de l’esclavage en Egypte, et par conséquent toute lutte de libération nationale (et sociale) s’est déroulé comme depuis plusieurs années à Paris devant une vingtaine de personnes, juives ou pas. [...]
  • Liberté pour les zadistes en GAV à la... Photos: Alexande [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.