Molières: les intermittents du spectacle passent à l’offensive. Le mouvement entre dans une phase agressive. Figaro

je marche culture

[et dans plusieurs villes de France voir des photos et bouts de récit, là : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7054]

EN IMAGES – À quelques heures de la remise des Molières diffusé sur France 2 en léger différé vers 22h15, la grogne des professionnels du spectacle monte d’un cran. Des centaines d’affiches «Annulé» ont été placardées sur la plupart des colonnes Morris de Paris.

«Camarades chômeurs! Camarades intérimaires!» hurlent les intermittents. Et de poursuivre en scandant avec les hauts-parleurs: «François Rebsamen, rendez-nous nos droits sociaux! François Rebsa-ment comme un arracheur de dents!» Voilà ce que l’on peut entendre aux abords des Folies Bergères où va se dérouler dans quelques heures la cérémonie des Molieres-2014. Une demi-douzaine de fourgons de police sont là pour calmer les ardeurs des manifestants.

On craignait pour les premiers festivals, après la montée de l’énervement qui s’était traduit en fin de semaine par un concert de casseroles adressé au président de la République venu à Rodez- inaugurer le musée Soulages. Depuis aujourd’hui, lundi, les manifestations se multiplient et déjà la grève a été votée à Montpellier où le Printemps des comédiens devait commencer demain, mardi 3 juin.

Ultimatum aux ministres, grève, banderole «festival annulé», placards collés sur tous les théâtre de Paris, de la Comédie-Française à l’œuvre et sur toutes les colonne Morris avec ces mêmes mots: «Annulé». Ces placards ont été également collés dans des gares et des stations de métro. Au bas des affiches, on peut lire le numéro tel:01.53.59.19.19 le numéro du standard du Medef.

Le mouvement entre dans une phase agressive

Outre l’épiphénomène de la soirée des Molières retransmise par France 2, le mouvement des intermittents est entré dans une phase agressive et dangereuse à la veille des débuts de deux grandes manifestations (qui font travailler des centaines d’intermittents): Le Printemps des comédiens de Montpellier, Les Nuits de Fourvière, à Lyon. À Montpellier, une grève a été votée cet après-midi. Une grève reconductible assortie d’un ultimatum aux ministres pour ce soir minuit.

A 17 h à Baillargues, Stéphane Le Foll, porte-parole du Gouvernement et Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt devait être accueilli collectivement… On imagine que la fièvre monte aussi à Lyon, comme elle monte à Paris. Tout à l’heure, a lieu la 26ème soirée des Molières. Aurélie Filippetti devrait y assister. On suppose qu’elle va être interpellée. Les représentants des intermittents de Montpellier ne précisent pas à quels ministres est adressé l’ultimatum, mais on suppose que le ministre du Travail, François Rebsamen, est concerné au premier chef ainsi qu’Aurélie Filippetti.

Drôle d’ambiance, beaucoup plus survoltée qu’il y a onze ans, lors de l’été 2003. À Avignon, une banderole «Festival annulé» a dores et déjà été accrochée sur le Pont Bénézet, avec là encore le numéro de téléphone du Médef local.

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/06/02/03004-20140602ARTFIG00296-molieres-les-intermittents-du-spectacle-passent-a-l-offensive.php

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/le-retour-des-molieres-avec-pour-invites-surprise-les-intermittents-02-06-2014-3891689.php

Le 2 juin 2014 à 22:52, Samuel Churin a écrit :

Voilà le texte lu par Nicolas Bouchaud ce soir
Mais attention, il manque la phrase sur la grève à Montpellier que Nicolas a ajouté

Le gouvernement s’apprête à ratifier la convention d’assurance chômage négociée contre les
intermittents, intérimaires, chômeurs en toute déloyauté.

Ce nouvel accord réduit encore une fois les droits des plus fragiles pour, nous dit-on, faire des économies parce que les chômeurs coûtent trop chers. Il faut donc trouver un moyen de les faire payer. Leur faire payer le fait qu’en France 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés, leur faire payer les 9 millions de pauvres, travailleurs ou non, leur faire payer la situation de chômage de masse avec près de 6 millions de privé d’emploi. Ce texte fait porter sur les seuls intermittents, intérimaires et chômeurs les 2 milliards d’économie en 3 ans que le gouvernement demande au régime d’assurance chômage. Cette volonté de partenariat avec le Medef est un massacre.

Cet accord va aggraver la situation de tous ceux qui vivent la précarité au quotidien. Nous avons bien conscience que beaucoup de professions sont en danger, pas seulement les nôtres et en luttant ensemble nous affirmons notre totale solidarité.

Avant d’arriver au pouvoir, tous les membres du gouvernement soutenaient nos propositions. Nous voulons simplement que les actes suivent les paroles.

François Rebsamen, qui nous défendait juste avant de devenir ministre du travail, se renie et annonce qu’il va agréer cet accord inacceptable. A ce titre il mérite le Molière de la meilleure trahison pour son rôle d’employé du Medef.

Dans le contexte de politique d’austérité, les budgets de la culture sont, comme bien d’autres, soumis à des coupes drastiques. La colère, le désespoir mais surtout la détermination vont entrainer des mobilisations dans tous les festivals d’été.

Les membres du gouvernement ne seront pas les bienvenus dans nos spectacles.
Luttons et résistons.

Similar posts
  • Commémoration du 17 octobre 1961 à St... [...]
  • La face cachée de Pierre Pflimlin, pa... [...]
  • 14 ème manifestation contre le passe ... Encore deux vidéos censurées par Facebook! InterQG 67 Un homme en uniforme de gendarme interpellé en fin de manifestation [...]
  • Le massacre du 17 octobre 1961 à Pari... Quelques dizaines de participants ont assisté hier soir au FEC de Strasbourg à une conférence d’Olivier Lecour-Grandmaison, à la veille de la commémoration du soixantième anniversaire de ce massacre commis par les policiers dirigés par Maurice Papon, sous la présidence du général de Gaulle. L’orateur a souligné particularisme français où aucune reconnaissance ni réparation n’ont [...]
  • Manifestants gazés au début de la Mar... Arrivée de 14 cars de police rue du 22 novembre La préfète du Bas-Rhin annonçait la couleur dès 17 h, où pas moins de quatorze véhicules de police stationnaient devant Kohler-Rehm, en prévision de la seconde Marche aux flambeaux organisée par les anti-passe et anti obligation vaccinale. La préfète avait interdit l’usage de flambeaux, comme [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.