Yannis Youlountas contre l’union nationale

yannis youlountas
OUI,
Bien sûr,
J’emmerde les intégristes de tous bords,
Et j’emmerde aussi les pseudo-remparts fachos qui ne valent pas mieux,
MAIS,
J’emmerde AUSSI les Sarkollande et Valsuppé qui ont tué Rémi Fraisse et plusieurs de mes sœurs et frères anonymes de toutes les couleurs,
Qui raflent les Roms et détruisent leurs maisons de fortunes et leurs affaires personnelles,
Ces tyrans en cravates et limousines qui se servent cette semaine de la mort de mes confrères de Charlie
Pour justifier leurs lois sécuritaires, inégalitaires, destructrices et répressives au service du capitalisme débridé,
Ces clones du PASOK et de Nea Demokratia qui ont mis à genoux des millions de personnes martyrisées en Grèce
Et qui provoquent avec leurs copains du PSOE et du PP l’expulsion et le suicide de milliers de familles désemparées en Espagne,
Alors,
NON !
NON, C’EST NON !
Même à la mémoire de mon ami Tignous,
Je ne manifeste pas avec ces gens-là,
Qui sont tous, en réalité, derrière les mots, des ennemis de la liberté et de l’égalité
Et qui sont également des intégristes assassins,
Des intégristes du Dieu Argent.
NON !
JE NE MANIFESTE PAS AVEC LE PS ET L’UMP !

Je ne manifeste qu’avec les amoureux de la liberté et de l’égalité,
Pas avec leurs ennemis,
Pas avec les assassins de Rémi Fraisse,
Pas avec les rafleurs de Roms,
Pas avec les bourreaux des Grecs et des Espagnols en lutte.

J’emmerde les intégristes,
J’emmerde le Front National,
Mais j’emmerde aussi le PS, dont Thierry Carcenac, le président du Conseil Général du Tarn,
Vient d’annoncer sa candidature à la même fonction, avec le soutien de son parti, malgré la mort retentissante de Rémi.
Et j’emmerde l’UMP, qui servira sans vergogne de marche-pied, le moment venu,
Pour donner le pouvoir à Marine Le Pen, en échange de strapontins.

On ne transige pas avec ces gens-là : intégristes de la religion, de la nation ou de l’argent.
On ne manifeste pas aux côtés des uns contre les autres.
On les combat tous.
Car ils se servent les uns des autres
Pour nous écraser,
Pour nous empêcher de changer ce monde.
REFUSONS DE MANIFESTER AVEC EUX.
Dégagons-les.
Partout.

Yannis Youlountas

Lire aussi :

“JE NE SUIS PAS CHARLIE. ET CROYEZ-MOI, JE SUIS AUSSI TRISTE QUE VOUS.”

Je ne suis pas descendu parmi la foule.” Un @sinaute exprime, dans le forum de discussion de la dernière chronique de Daniel Schneidermann, son malaise vis-à-vis de “l’union nationale” suite aux attaques meurtrières qui ont visé Charlie Hebdo. En cause, la “dérive islamophobe” du journal et de cette gauche “Onfray/Charlie/Fourest laïcarde”.

Gros malaise. Je ne suis pas descendu parmi la foule. Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous.

Mais cet unanimisme émotionnel, quasiment institutionnel pour ceux qui écoutent les radio de service public et lisent les grands media, j’ai l’impression qu’on a déjà essayé de me foutre dedans à deux reprises. La société française est complètement anomique, mais on continue à se raconter des histoires.

Première histoire: victoire des Bleus en 1998. Unanimisme: Thuram Président, Black Blanc Beur etc. J’étais alors dans la foule. Quelques années plus tard: Knysna, Finkelkraut et son Black Black Black, déferlement de haine contre ces racailles millionnaires, mépris de classe systématique envers des sportifs analphabètes tout droit issus du sous-prolétariat post-colonial. Super l'”unité nationale”.

FHaine

Deuxième histoire: entre deux-tour en 2002. Unanimisme: le FHaine ne passera pas, “pinces à linges“, “sursaut républicain“, foule “bigarrée” et drapeaux marocains le soir du second tour devant Chirac “supermenteur“, “sauveur” inopiné de la République, et Bernadette qui tire la tronche, grand soulagement national. J’étais dans la foule des manifs d’entre deux tours.

Quelques années plus trard: le FN en pleine forme, invention du “racisme anti-blanc“, création d’une coalition Gauche/Onfray/Charlie/Fourest laïcarde et une Droite forte/UMP/Cassoulet en pleine crise d'”identité nationale” contre l’Islam radical en France, “racaille” et “Kärcher“, syndrome du foulard, des prières de rue, des mosquées, émeutes dans les banlieues, tirs sur les policiers, couvre-feu, récupération de la laïcité par l’extrême droite, Zemmour, Dieudo, Soral… Super l'”unité nationale”.

Troisième histoire: sursaut national après le massacre inqualifiable à Charlie en janvier 2015. Unanimisme: deuil national, “nous sommes tous Charlie“, mobilisations massives pour la défense de la liberté d’expression dans tout le pays. Charlie ? Plus personne ne le lisait. Pour les gens de gauche qui réfléchissent un peu, la dérive islamophobe sous couvert de laïcité et de “droit de rire de tout” était trop évidente. Pour les gens de droite: on déteste cette culture post-68, mais c’est toujours sympa de se foutre de la gueule des moyen-âgeux du Levant. Pour l’extrême droite: pas lu, auteurs et dessinateurs détestés culturellement et politiquement, mais très utile, les dessins sont repris dans “Riposte laïque” [site islamophobe d’extrême droite]. Pour beaucoup de musulmans: un affront hebdomadaire, mais on ferme sa gueule, c’est la “culture française”.

Riposte

“DIEUDO/SORAL ET LES COMPLOTISTES SONT PASSÉS PAR LÀ”

Résultat: des centaines de milliers de musulmans sommés de montrer patte blanche, quelques années à peine après la purge officielle sur l’identité nationale. Des années durant avec toujours le même message insistant: mais putain, quand est-ce que vous allez vous intégrer? Et vous, les musulmans “modérés”, pourquoi on vous entend pas plus? A partir d’aujourd’hui, “vous êtes pour nous ou contre nous”. Cabu ne disait pas autre chose: “la caricature, ils doivent bien l’accepter, c’est la culture Française“. Super l'”unité nationale”.

Réactions à chaud de jeunes de quartiers entendues dans le micro: “c’est pas possible, c’est trop gros, c’est un coup monté”. Dieudo/Soral et les complotistes sont passés par là: manifestement certains ne croient pas plus au 07/01/15 qu’au 11/09/01. La réalité est qu’on les a déjà perdus depuis longtemps, et c’est pas avec des veillées publiques à la bougie qu’on va les récupérer ni avec des incantations à la “résistance” – mais à quoi vous “résistez” au fond ? Vous allez vous abonner à Charlie? Et ça va changer quoi?

“LA MAJORITÉ VA SE SENTIR MIEUX, ET C’EST PRÉCIEUX. MAIS LA FRACTURE EST TOTALE.”

La réassurance collective est un mouvement sain et compréhensible face à un massacre aussi traumatisant, mais elle a pour versant complémentaire le déni collectif, et pour résultat l’oubli des causes réelles et profondes de l’anomie. La majorité va se sentir mieux, se faire du bien, comme elle s’était fait du bien en 1998 et 2002, et c’est précieux. Mais la fracture est totale. Et la confusion idéologique à son comble.

Personne ne se demande comment on en est arrivé là, comment des jeunes parigots en sont venus à massacrer des journalistes et des artistes à la Kalash après un séjour en Syrie, sans avoir aucune idée de la vie et des idées des gens qu’ils ont tué: ils étaient juste sur la liste des cibles d’AlQaeda dans la Péninsule Arabique. Personne ne veut voir que cette société française, derrière l’unanimisme de façade devant l’horreur, est en réalité plus que jamais complètement anomique, qu’elle jette désespérément les plus démunis les uns contre les autres, et qu’elle a généré en un peu plus d’une décennie ses propres ennemis intérieurs.

“LA PLUS GROSSE FABRIQUE À SOLDATS D’AL QAEDA SUR NOTRE TERRITOIRE, C’EST LA PRISON”

Personne ne veut voir que la plus grosse fabrique à soldats d’Al Qaeda sur notre territoire, c’est la PRISON. Personne n’a compris que la France n’a pas basculé en 2015, mais il y a dix ans déjà, lors des émeutes. Personne ne veut voir que nous vivons encore les conséquences lointaines de l’immense humiliation coloniale et post-coloniale, et que vos leçons de “civilisation” et de “liberté d’expression” sont de ce fait inaudibles pour certains de ceux qui l’ont subie et la subissent ENCORE.

Prison

Et on continue à se raconter des histoires, après la fiction des Bleus de 1998, après le mythe du “Front républicain” de 2002, en agitant cette fois-ci comme un hochet la liberté d’expression, dernier rempart d’une collectivité qui n’est plus capable de se donner comme raison d’être que le droit fondamental de se foutre de la gueule des “autres”, comme un deus ex machina qui allait miraculeusement réifier cette “unité nationale” réduite en lambeaux.

Vous n’arriverez pas à reconstruire la “communauté nationale” sur ce seul principe, fût-il essentiel. Je vous le dis, vous n’y arriverez pas. Car ce n’est pas CA notre problème. Notre problème, c’est de faire en sorte qu’il n’y ait plus personne en France qui n’ait tellement plus rien à espérer et à attendre de son propre pays natal au point d’en être réduit à n’avoir pour seule raison de vivre que de tuer des gens en masse, chez nous ou ailleurs.

Car on ne peut rien contre ceux qui leur fournissent la liste des cibles une fois qu’ils sont conditionnés. Il faut donc TOUT mettre en oeuvre pour agir avant qu’ils en soient là: ce n’est pas facile mais c’est la seule chose qui compte si on ne veut pas progressivement tomber dans le gouffre de la guerre civile, qui est la conséquence ultime de l’anomie.

Après, c’est trop tard. Et c’est déjà trop tard….

http://www.arretsurimages.net/articles/2015-01-08/Je-ne-suis-pas-Charlie-Et-croyez-moi-je-suis-aussi-triste-que-vous-id7366

 

Similar posts

8 Commentaires

  1. 11 janvier 2015    

    Salut Yannis
    comme tu verras tu n’est pas le seul
    Voici notre Communiqué

    Pas d’unité nationale, avec aucun fauteur de guerre
    Au-delà de l’émotion suscitée par cette horrible assassinat, nos pensées vont d’abord vers les parents et amis des victimes, dont beaucoup furent des compagnons de luttes et de résistance contre cette société mortifère.
    Cet attentat renoue avec les méthodes fascistes de la terreur, en niant le droit à l’existence et à l’opinion de l’autre. Nous devons combattre toutes les formes de violences totalitaires, qu’elles soient d’origine religieuses, politiques, militaires ou étatiques .
    Car les buts de ces politiques de terreur sont clairs : restreindre la liberté d’expression, dresser les communautés les unes contre les autres, dans une prétendue « guerre de civilisation ».
    Comment d’ailleurs ignorer que l’une des causes de la radicalisation de certains jeunes, c’est la politique néo-colonisatrice des pays occidentaux, qui, en provoquant des conflits armés pour conforter leur approvisionnement en matières premières et énergies fossiles, suscite une réaction de haine contre l’injustice qui frappent les peuples dominés. Conflits qui permettent à notre industrie de l’armement de conserver son leadership.
    L’abandon de cette jeunesse dans des quartiers ghetto où seuls les prédicateurs ont encore une présence, alors que l’ensemble des services publics a déserté (ainsi que les militants !), ne peut que renforcer ce sentiment de révolte .
    La haine n’est pas défendable, la démocratie, si !
    Faisons attention que les communautés musulmanes ne deviennent pas les prochaines victimes de cette « unité nationale » guerrière. Nous devons au contraire mettre en évidence les responsabilités de nos gouvernements et non pas défiler derrière leurs chefs de file, comme s’ils n’avaient aucune responsabilité dans la situation actuelle.
    Pour défendre une presse libre et indépendante, les Objecteurs de Croissance réaffirment que ce n’est pas d’unité dont nous avons besoin mais de la diversité culturelle et cultuelle des communautés sur notre territoire. Il ne faut ni stigmatiser les populations immigrées, ni laisser les fascistes installer la terreur dans ces populations, ni laisser nos états renforcer leur arsenal répressif ou criminaliser des mouvements sociaux.
    Nous faisons nôtre la déclaration de Fabian Stang, maire d’Oslo, après la tuerie de l’Île Utøya perpétrée par le néo-nazi Anders Breivik en 2011 (69 morts parmi les jeunesses socialistes norvégiennes): « Nous allons punir le coupable. La punition, ce sera plus de générosité, plus de tolérance, plus de démocratie ».
    La coopérative du MOC (Mouvement des Objecteurs de Croissance)

  2. 11 janvier 2015    

    Merci Yanis pour ce choix juste et lucide. Moi ce qui me révolte ce n’est pas tant cette acte terroriste que la grande naiveté du peuple qui oublie qu’il n’existe qu’en tant qu’esclave et consommateur dans leur système d’asservissement généralisé. La violence n’est pas forcément celle pointée du doigt par l’élite via leur médias . Des millions de gens en France et en europe sont VIOLENTES au quotidien par le chômage, l’expulsion de leur logement, les petits boulots, le non accès à la santé, la destructions des droits sociaux et des droits civils, bref la PAUVRETE et L’EXCLUSION. La liberté d’expression ? Mais quelle liberté d’expression quand le peuple vote NON à l’Europe ultra libérale et que l’oligarchie leur “chie” dessus. Les MERDIAS : “quand l’Etat nous pisse dessus, les médias nous disent qu’il pleut”.

  3. 11 janvier 2015    

    Merci Yanis pour ce choix juste et lucide. Moi ce qui me révolte ce n’est pas tant cette acte terroriste que la grande naiveté du peuple qui oublie qu’il n’existe qu’en tant qu’esclave et consommateur dans leur système d’asservissement généralisé. La liberté d’expression ? Mais quelle liberté d’expression quand le peuple vote NON à l’Europe ultra libérale et que l’oligarchie leur “chie” dessus. Les MERDIAS : “quand l’Etat nous pisse dessus, les médias nous disent qu’il pleut”.

  4. Jordan Jordan
    11 janvier 2015    

    La phrase que je cite est d’Antonio Gramsci.

  5. Jordan Jordan
    11 janvier 2015    

    Texte perturbant et déstabilisant, mais lucide.
    “Déjà trop tard” ? Vraiment ?
    J’ai en tête une phrase “Allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté.”
    Il faut aller chercher l’optimisme de la volonté avant justement qu’il ne soit trop tard pour construire un monde intelligent. Se mettre en colère comme on se met en chemin…disons avec optimisme qu’il n’est jamais trop tard pour réveiller les intelligences… ?
    Merci pour ces mots, choquants mais nécessaires.
    Jordan

  6. Mouton noir Mouton noir
    10 janvier 2015    

    Tu as tout dit Yannis…

    Salutations révolutionnaires

  7. Goiffon Goiffon
    9 janvier 2015    

    J’aurai aimé écrire ces mots, ils reflètent exactement ma pensée. Merci Yannis et reçois mon fraternel salut.

  8. Héliane Robert-Rompillon Héliane Robert-Rompillon
    9 janvier 2015    

    Merci Yannis, tout est dit !
    J’ajouterai seulement : “Qui demain lancera une réflexion sincère sur ce qui nous a conduit là et qui acceptera d’y participer ?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.