Où est la ville refuge dont nous parle notre maire, Anne Hidalgo ?

Où est la ville refuge dont nous parle notre maire, Anne Hidalgo ?

thomas sansom afp migrants la chapelle

Madame, Monsieur,

Je viens de recevoir les messages qui suivent plus bas.

Trop c’est trop.

Je viens vous demander, à vous, élus « de gauche » de la ville de Paris, quelles actions ont été engagées par la ville pour faire face à la violence sans cesse croissante des réponses -ou non-réponses- publiques qui sont opposées depuis deux ans à l’attente des personnes exilées venues chercher refuge sur le territoire parisien.

J’habite près du métro La Chapelle, où avait été dressé, on s’en souvient, l’un des premiers camps d’exilés pendant l’été 2015.

Voilà bientôt deux ans que s’expose sous nos yeux, chaque jour, d’une façon ou d’une autre, la honte de l’échec de la ville de Paris à offrir une hospitalité minimale à des personnes dévastées par la guerre et les conflits qu’elles ont fuis dans leur pays : espaces grillagés et gardés par des chiens, personnes poussées d’une friche à l’autre, déplacements et expulsions employant la force, grilles protégeant honteusement du vide quand des personnes ont été forcées de séjourner un temps sur un trottoir, pierres sans cesse plus monumentales pour empêcher qu’on s’y tienne…

Et aujourd’hui on interdit le simple acte d’offrir à manger et à boire.

Où est la ville refuge dont nous parle notre maire, Anne Hidalgo ?

Je ne peux pas comprendre, je ne pourrais pas comprendre, si c’était vraiment le cas, que les élus « de gauche » pour lesquels je n’ai cessé de voter depuis que je suis électrice à Paris n’interviennent pas face à une telle escalade de cynisme et de cruauté.

Je n’ose croire que cette violence et cette politique hallucinantes soit exercées en mon nom, au nom de tous les Parisien.ne.s que nous sommes, et qui n’ont jamais été consultés sur ces choix.

Je souhaite que cette question soit inscrite à l’ordre du jour des prochains conseils de quartier de mon arrondissement.

Je souhaite que nos élus viennent y exposer les raisons de leur(s) (non)intervention(s) face à la honte de cette politique menée depuis deux ans : d’un côté toute latitude laissée à une préfecture de police sans cesse plus inhumaine et plus violente ; de l’autre, le lâchage d’associations plus ou moins laissées à l’abandon (on l’a vu aux heures les plus froides de l’hiver), et empêchées chaque jour un peu plus dans leur action.

Comptant sur votre réaction,

je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations.

Dr Federmann Georges Yoram

Psychiatre Gymnopédiste

Strasbourg

Download/Télécharger (voeu-migrants-intervention.docx,DOCX, 12KB)

Download/Télécharger (Voeu-MA-10-2017-18-migrants-police.pdf,PDF, 171KB)

Read

1 Commentaire

  1. bibifricotin bibifricotin
    17 février 2017    

    Ouh là…c’est un peu confus : j’ai cru l’espace d’un instant que l’ami Georges Yoram s’était fait opéré pour devenir “électrice” à Paris !
    Mais bon, avec mon petit cerveau plein de trous, je crois avoir fini par comprendre qu’il s’agit d’un relais de message d’une amie parisienne…
    Espérons juste que les lecteurs-trices qui ne connaissent pas Federmann, seront restés concentré-es eux-elles sur le fond (effroyable) du sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Traduire cette page

AfrikaansAlbanianArabicEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Abonnez-vous !