Censure sioniste à l’Université de Strasbourg

Le directeur des éditions scribest demandait une salle à l’Université de Strasbourg pour la tournée d’Ofra Yeshua-Lyth en avril …

Son dernier livre a été traduit en français et elle fait une tournée en France où il sera présenté entre le 13 et le 23 avril à Paris, Marseille, peut-être Lyon. L’éditeur a cherché à ajouter Strasbourg à ces dates. Il s’agissait d’une table ronde qu’il voulait organiser à l’Université de Strasbourg.

Il s’est adressé, sur recommandation de Jean-Luc Nancy, à un professeur de philosophie de l’Université de Strasbourg. Nancy disait être prêt à participer à la table ronde.

En réponse à cette demande, le professeur de philosophie, mélangeant volontairement sionisme et judaïsme, a refusé de s’entremettre pour réserver une salle. Pire, il a menacé de saisir la LICRA et ajouté qu’il interviendrait si nécessaire auprès du président de l’Université, pour empêcher l’événement!

Et répondant par anticipation à l’objection selon laquelle l’auteure israélienne du livre est juive, il a remis sur la table la notion de haine de soi juive, une pathologie selon son expression!

Que penser d’un professeur de philosophie, auteur par ailleurs d’ouvrages estimables, qui s’abaisse ainsi, en s’opposant à la libre communication des idées?

Voilà le plus récent, mais sans doute pas le dernier, épisode de confusion volontaire entre antisionisme et antisémitisme. Cela ne démontre qu’une seule chose, la faiblesse toujours plus grande de l’État d’Israël et de ses partisans sionistes.

Mise à jour 06 04 18
Ofra Yeshua-Lyth sera à Strasbourg à la mi-avril!

Accès égal des Israéliens aux terres palestiniennes volées

par Ofra Yeshua-Lyth

Publié sur AIC le 27 novembre 2016

Les cris des Cosaques dans les collines de Samarie en Cisjordanie ne sont pas destinés à susciter la compassion dans le cœur du libéral israélien moyen, qui croit que l’évacuation de tous les territoires occupés par Israël en 1967 serait un baume sur les blessures de son pays problématique. . Pourtant, les appels à l’aide provenant des collines d’Amona qui pleurent l’oppression de leurs résidents ont en réalité une base solide. La loi de régularisation révoltant, qui vise à légaliser les vols de terres sur la Ligne Verte, vise simplement à égaliser leur situation avec celle du reste des Israéliens, dont la plupart bénéficient de la version antérieure de cette loi, connue sous le nom Absentee Property Loi, 1950 .

En effet, les résidents des colonies et des avant-postes (qui sont fermement illégaux selon le droit international) ont dépossédé les Palestiniens de leurs terres – avec la permission de leur état et sous la protection de son armée – et l’ont transformé en leur propriété. Quelle est en fait la différence entre les colons et les millions d’autres Israéliens, dont beaucoup d’électeurs pour le Meretz, le camp sioniste et même la liste commune, résidant sur des terres précédemment habitées par des peuples autochtones qui ont été déportés ou se sont enfuis? Un quart des millions de personnes dépossédées sont des citoyens israéliens auxquels il est interdit de retourner dans leurs foyers, villages, terres et lieux de culte.

Le «quartier hap» (hap, en yiddish, connote la terre) était autrefois le nom donné aux régions de Ramat Gan et de Givatayim que les Juifs, qu’ils soient nouveaux immigrants ou anciens résidents, ont pris la relève au début des années 1930 quand la rumeur s’est répandue était une terre sans propriétaire. Rétrospectivement, selon le site Internet Online Nostalgia (en hébreu), il semble que ces terres appartenaient effectivement à plusieurs résidents juifs d’Égypte qui les avaient acquis plusieurs années auparavant. Il a fallu quelques bonnes années pour que «l’acquisition des terres et le développement du quartier soient rendus possibles». Rien de nouveau sous le soleil en Terre Sainte.

Une immense manne immobilière est tombée comme un fruit mûr entre les mains des colons juifs suite à l’occupation de la majorité de la terre en 1948. Des centaines de milliers de nouveaux immigrants – réfugiés par choix ou par la force – de tous les coins de l’Europe et du Moyen-Orient. Orient, qui a déménagé ou a été déplacé à l’état des Juifs vers 1948, a obtenu un «arrangement». L’arrangement était immédiat: dans les maisons abandonnées pour ceux avec de la chance, des raccordements et une origine correcte; dans les camps de transit temporaires, qui ont été transformés en quartiers pauvres, pour la plupart des autres; ou lointain dans la «périphérie» aux retardataires et ceux sans connexions. Les kibboutzim et moshavim n’ont pas non plus été négligés, et les colons juifs sont allés labourer profondément dans des terres qui ne leur appartenaient pas. Ces colonies devinrent plus tard des lotissements haut de gamme.

Il y avait un problème avec l’énorme quantité de terres à cueillir: une grande partie appartenait légitimement à ceux qui sont devenus des réfugiés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’État. Pourtant, l’esprit juif n’a pas déçu. Les meilleurs penseurs et législateurs ont créé un chef-d’œuvre intitulé Loi de 1950 sur les propriétaires absents. La loi a simplement «donné à Israël» la propriété de ceux qui «l’ont abandonnée au territoire des pays ennemis pendant la guerre d’indépendance». avec ceux qui n’ont pas réellement quitté le territoire de l’Etat mais y sont restés. Pourtant, l’État convoitait toujours leurs biens: les résidents arabes d’Israël ont été déclarés «absents de leurs terres» pour diverses raisons. Les «absents présents» étaient un terme inventé juste pour eux – un oxymore qui rivalise pour l’absurdité avec son homologue, un «état démocratique juif».

Les années ont passé, et il y avait encore des terres insuffisantes pour les descendants des immigrations de masse. Le peuple élu a alors gagné une nouvelle manne terrestre, un don de puissance militaire massive. A partir de 1967 il y a des “territoires occupés”. Bien qu’une “population” sans droits soit assise sur ces terres, le potentiel pour “hap” des quartiers avec des maisons couvertes de rouge, un approvisionnement régulier en eau, électricité, routes sinueuses et une vaste infrastructure des services publics “pour les seuls juifs” est apparemment inépuisable.

“Pourquoi un Arabe réclame-t-il ces terres? Que va-t-il faire d’eux de toute façon? », Demande Rabbi Menachem Druckman, colon, avec surprise. Lui et ses amis rabbins – qui ont déjà apporté une ou deux catastrophes à leurs troupeaux – promettent de continuer à «sacrifier» (qui exactement?) Pour les «manières des pères», un concept cher à leurs coeurs et à leurs cohortes. accès à des logements de négociation. Les membres de la Knesset, Shuli Moalem et Betzalel Smotrich (Maison juive), rivalisent pour savoir qui va insister davantage sur la législation raciste, ou pour dire: “un processus qui corrigera une injustice et apportera la normalisation aux familles”.

Avant de les appeler les noms nécessaires, jetez un coup d’œil par la fenêtre. Peut-être que les arbres qui poussaient là ont été plantés par des gens qui ont été retirés d’ici il y a presque soixante-dix ans. La première «loi de régulation» garantissait qu’eux-mêmes et leurs descendants ne reviendraient jamais ici. Celui qui est las de la législation raciste est invité à considérer un nettoyage en profondeur, car le moment est venu.

Vidéo

Israel: unheard perspectives – Ofra Yeshua-Lyth

https://vimeo.com/11927261

Similar posts
  • François Ruffin à Strasbourg et Kolbs... Après les provocations propagandistes des pro GCO dans les DNA, une nouvelle mobilisation s’est déroulée devant le Tribunal administratif de Strasbourg pendant le référé d’Alsace Nature sur l’ensemble du projet de COS. Un peu après 10 h, François Ruffin de Fakir, et député La France Insoumise s’est adressé au opposants et à travers eux aux [...]
  • Offensive des fanatiques de la rocade... Il faut toujours se méfier des bêtes blessées; elles sont encore plus dangereuses. C’est manifestement le cas pour les quatre signataires d’une page entière de propagande mensongère (à quel tarif?) dans les Dernières Nouvelles d’Alsace ce 18 septembre 2018. Après le nouveau succès de la manifestation de plus de 2000 personnes samedi dernier à Kolbsheim, [...]
  • Le populisme de gauche, par Chantal M... Populisme et révolution La philosophie politique de Chantal Mouffe c’est le soubassement des politiques réelles de Podemos en Espagne et de J L Mélenchon en France. Si elle n’y ajoute par Syriza en Grèce, c’est précisément parce que tout a compris que se faire élire sur un programme anti-capitaliste pour finir par obéir au néo-libéralisme [...]
  • 1500 manifestants à Kolbsheim constat... On était encore plus nombreux que la fois dernière, par familles entières, massés dans la rue de Kolbsheim au pied de la mairie. Après les discours qu’on peut écouter dans les vidéos qui suivent, on a marché pour rejoindre la piste cyclable du canal de la Bruche devenue piste piétonne. Ceux qui ne connaissent pas [...]
  • L’extrême-droite tue! [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !