Chasse aux lycéens de Rudloff aux Poteries à Strasbourg





Pendant près de trois heures, la police a pratiqué la chasse aux lycéens du lycée polyvalent Marcel Rudloff dans le quartier des Poteries.

Vers 10, à la récréation, des lycéens sont sortis sur le parvis. Une petite poubelle a été brûlée ainsi qu’un vieux canapé près de l’entrée des profs. Les pompiers ont rapidement éteint le feu. Des dizaines de policiers de la sécurité publique et de la Bac sont arrivés et ont pris positions à l’entrée du lycée, sur les trottoirs et pistes cyclables. Le tram ne circulait plus ni les voitures, l’avenue étant bloquée, non par les jeunes, mais par les policiers.

S’en est suivie une série de manoeuvres aux alentours, jusque dans le Parc des Poteries qui fait face au lycée. Des poursuites vers le terminus du tram Poteries. D’après les policiers, ils auraient subi quelques tirs (rares en fait) de cailloux. Fait remarquable, aucune vitrine n’a été endommagée ni même attaquée. L’origine ethnique des commerçants, y compris deux banques, et d’une partie des lycéens, en particulier du lycée professionnel, expliquant peut-être cette situation. Les lycéens d’après plusieurs témoignages ont répondu à un appel sur Instagram.

Les forces de police ont de fait bloqué l’avenue Mitterrand jusque vers 13H30. Deux interpellations ont eu lieu dont une filmée en direct par la Feuille de chou. On s’est étonné qu’aucun professeur ne soit sorti aux côtés de leurs élèves. Seule une surveillante était auprès d’eux. Des membres du personnel ont été aperçus derrière les portes vitrées et à l’Accueil qui de fait était “assuré” par des policiers armés de gazeuse, de matraques, boucliers et flash-ball. On a entendu quelques détonations pendant les 3 heures de cette opération dont on se demande si elle n’avait pas pour objet réel d’entretenir la révolte des jeunes déjà échaudés par les images des humiliations subies par leurs camarades de Garges-les-Gonesses.

On se demande ce que Macron va pouvoir annoncer qui amènerait la paix publique alors que sa police nationale, au service du capital, ne cesse d’entretenir la révolte.

Similar posts
  • Une victoire juridique de trois anti ... Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 [...]
  • Metz Gilets Jaunes Manifestation de l... On était environ un millier rassemblés place Mazelle à Metz en attendant que le camion s’ébranle en tête de cortège. La pluie tombait un peu, mais elle a cessé le reste de l’après-midi. Des véhicules de l’armée française sont passés tout klaxon dehors avec le succès qu’on imagine. Le cortège était très coloré, le jaune [...]
  • Extinction-Rébellion à Strasbourg et ... A 4’10, intervention de Extinction-Rébellion devant les officiels, puis la police municipales enlève une [...]
  • Les anti-GCO s’invitent au lanç... Une petite vingtaine d’anti-GCO résolus ont pris l’air ce matin à Vendenheim pour assister au lançage du viaduc qui doit permettre au GCO de franchir le canal de la Marne-au-Rhin, le TGV Paris-Strasbourg, la voie ferrée Strasbourg-Haguenau et la route. Les journalistes, peu nombreux d’ailleurs, – DNA, Alsace 20 et Radio France- avaient été invités [...]
  • Marche pour le climat Strasbourg Germaine de Kolbsheim toujours présente! Pôle anticapitaliste La Roue tourne interdite de parole par les [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.