Après la profanation du cimetière israélite de Herrlisheim (Bas-Rhin)

14?
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fourteen_Words?wprov=sfla1

Une petite foule ce matin dans le froid du cimetière israélite de Herrlisheim, dans le Bas-Rhin, récemment profané.

Le ministre de l’Intérieur, Castaner, après son intervention hier soir suite à la mort du terroriste de Strasbourg, le préfet Marx, le DDSP du Bas-Rhin, des officiers de l’armée, le Grand-Rabbin du Bas-Rhin, le maire du village et une adjointe, le Consistoire, et des membres de la communauté juive. Peu de non-juifs, ce qui n’est pas rassurant, comme si chaque “communauté” n’honorait que les siens.

Un curieux incident répété est survenu au correspondant de la Feuille de chou. Sur la route vers le cimetière, successivement deux gendarmes lui ont posé la même question “vous êtes qui?” à quoi il fut répondu “un citoyen de Strasbourg”. Puis, à l’entrée même du lieu, un gradé demande “vous êtes membre de la communauté?”, ce qui n’est pas vraiment conforme à l’idéal républicain officiel qui ne distingue pas entre les origines des Français. Même réponse “un citoyen”. Enfin le gendarme demande à vérifier les papiers d’identité. Admis après à pénétrer dans le cimetière. A se demander si la cérémonie était réservée aux juifs? Curieuse République laïque. Il est vrai qu’on est en Alsace-Moselle où la loi de 1905 ne s’applique pas!

Tous les journalistes font un demi-cercle à l’entrée du cimetière pour l’arrivée de Castaner. Il est accompagné de gardes du corps et de personnalités qui se dirigent vers les stèles dont celle, souillée aussi, des déportés. Il se recueille, touche la pierre, dépose un caillou, selon la tradition juive en compagnie du rabbin.

Ensuite, tout le monde traverse les lieux en observant les tombes souillées. Les malfaiteurs ont choisi celles qui ont une partie plus claire, afin de faire mieux ressortir les croix gammées. Il y a d’autres inscriptions, croix celtique, nombre 14, 88, pour Heil Hitler, ou bien 11-1 suivi de “jog” et un tag contre Macron à l’entrée.

Longs échanges entre le ministre et des personnalités. Puis retour vers la stèle des déportés, parole du rabbin, et prière par l’aumônier militaire.

Il faut remarquer que depuis quelques mois, il y a une multiplication des inscriptions antisémites, racistes anti-migrants et anti Macron.

De nombreux gendarmes assuraient la sécurité, cinq cars aux alentours, plus les brigades locales, des policiers en civil.

Ajoutons que le correspondant de la Feuille de chou, quoique juif et membre de la Communauté israélite du Bas-Rhin, a été l’objet d’un traitement particulier de la part probablement d’un membre du SPCJ (Service de protection de la communauté juive) qui a mis sa kippa vers la fin: lors de l’enregistrement filmé du grand-rabbin, puis du président du conseil départemental, l’homme en question s’est ostensiblement placé devant le cameraman et se déplaçait en même temps que lui…

Encore un qui confond volontairement antisémitisme et antisionisme!

Similar posts
  • Amazon, ni à Dambach ni ailleurs! Communiqué de presse du 28 juillet 2020 En guise de réponse face au chantage à l’emploi proposé par la multinationale Amazon sur le territoire de Dambach-la-ville, Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de [...]
  • Amazon: ni à Dambach-la-Ville ni aill... Communiqué de presse du 18 juillet 2020 Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de France Nature Environnement ou encore de l’association Nature et Vie, a adressé un courrier le 17 juillet 2020 à [...]
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.