Tortures en Israël

Communiqué de presse de la famille d’Ameer Makhoul

le 26 Mai 2010

Cela fait 26 jours aujourd’hui qu’Ameer Makhoul a été arrêté à son domicile,à la faveur de l’obscurité, par des officiers de l’Unité d’Enquête sur la criminalité internationale et de la Sécurité Générale ( GSS ou Shabak). Ce fut une arrestation brutale et terrifiante. Notre maison a été mise à sac et différents objets et équipements qui avaient une valeur particulière à nos yeux nous ont été confisqués. Nos droits fondamentaux à la dignité humaine et à la vie privée ont été violés; nous avons été soumis à des violences physiques,verbales et psychologiques, et ce devant nos deux filles. Aujourd’hui, nous,famille d’ Ameer, exprimons notre extrême inquiétude sur ce qui lui arrive et sur les conditions de sa détention.

Nous savons qu’Ameer a souffert et souffre de douleurs aiguës à la tête, au dos, et aux deux jambes: ses douleurs sont la conséquence des actes de torture graves auxquels il a été soumis, en violation de ses droits humains les plus élémentaires. Ces droits incluent le droit au sommeil, à la boisson, à la nourriture et à ne pas être soumis à des traitements humiliants et dégradants. Il a été totalement coupé du monde extérieur, interrogé sans cesse pendant des heures et des jours entiers sans pouvoir dormir, et ce en étant menotté et attaché par les mains et les pieds à une chaise basse , ce qui lui interdisait tout mouvement et provoquait une intense douleur dont il souffre toujours à ce jour : il en a perdu le sens du temps et la capacité à se concentrer et s’est retrouvé en état de confusion mentale. Ces méthodes sont illégales selon les lois israéliennes et internationales.

Jusqu’à ce jour, 26 Mai, le tribunal a refusé que les avocats d’Ameer lisent le rapport médical établi par un docteur qui lui a rendu visite deux fois au cours de l’interrogatoire. Il a également refusé qu’il soit examiné par un médecin indépendant de l’association israélienne “Medecins pour les Droits humains”, comme cela était demandé par Adalah, Médecins pour les Droits Humains-Israël et le Comité contre la Torture en Israël. Ces refus soulèvent de nombreuses questions au sujet des informations que le GSS,avec l’aide du tribunal, entend dissimuler sur ses conditions de détention et leurs méthodes d’interrogatoires. Nous nous demandons ce que cache le GSS et pourquoi il cherche à gagner du temps?
Est-ce-pour cacher des signes des violences physiques et psychologiques qu’ils ont infligées à Ameer? Et pourquoi le tribunal a-t-il approuvé cette façon de faire?

Ce qui nous inquiète particulièrement est qu’Ameer continue à se plaindre de douleurs aiguës et que sa vue s’est détériorée, ce qui l’a obligé à demander des lunettes plus fortes. La question est comment et pourquoi cette baisse importante de la vision a été causée au cours de sa détention et quelles méthodes d’interrogatoire ont été utilisées pour amener cette baisse et les violentes douleurs dont il se plaint.

Les questions plus importantes sont: qu’essaie de cacher la sécurité israélienne? Pourquoi le tribunal fait-il collusion avec Le GSS en cachant les conditions de détention et les méthodes d’interrogatoire/ la torture qui ont été utilisées contre Ameer?

Pourquoi le tribunal a-t-il bloqué la publication des détails de la déclaration d’Ameer en relation avec les méthodes d’interrogatoire illégales utilisées contre lui, et dont il a parlé à ses avocats dans le premier entretien avec eux, entretien qui a eu lieu environ après deux semaines d’interdiction d’accès à tout conseil juridique?

Nous faisons appel aux communautés locale et internationale et aux individus afin qu’ils agissent rapidement et exercent des pressions sur le gouvernement israélien et ses institutions judiciaires afin qu’une enquête indépendante soit ouverte sur les méthodes d’interrogatoire utilisées contre Ameer par le GSS et que des mises en accusations soient prononcées contre les responsables de l’usage de la torture contre lui. Nous demandons aussi aux communautés locale et internationale et aux individus de considérer que toute mise en accusation par le GSS a été fabriquée de toutes pièces, que d’éventuels aveux ont été obtenus sous la torture et seulement en niant les droits humains et les libertés démocratiques. Ces actes sont illégitimes et n’ont aucune valeur et en violation flagrante de la loi internationale.

Nous demandons aux autorités israéliennes d’annuler immédiatement ce procès basé sur une enquête au cours de laquelle Ameer n’a pas eu la possibilité de se défendre de façon légitime. On a refusé à Ameer les droits humains élémentaires auxquels il a droit d’après la loi israélienne et internationale. L’indépendance de l’appareil judiciaire et les libertés démocratiques ont été dangereusement soumises aux diktats du GSS dans cette affaire.

Nous apprécions beaucoup toutes les formes de solidarité avec Ameer,qu’elles soient locales,internationales, communautaires ou individuelles ainsi que tous les efforts fournis pour défendre sa liberté. Nous sommes conscients de l’importance du rôle joué par tous les partis et mouvements politiques qui dénoncent les circonstances de l’arrestation d’Ameer, l’attaque contre la population arabe et ses dirigeants, ainsi que sur la liberté démocratique et les droits humains. Nous sommes pleinement conscients que le choix stratégique clair de la population arabe d’Israël a été et continue à être celui de la lutte politique légitime et inflexible.

Ameer Makhoul n’appartient à aucun parti politique. Il préfère se réserver une position indépendante ce qui indique clairement que la cible principale de cette attaque est la population palestinienne et des dirigeants, leurs droits et leurs libertés. Défendre la liberté d’Ameer et ses droits en tant que détenu, et rejeter la mise en cause des citoyens arabes à la lumière de sa détention n’est pas une question de personne ou de classe, mais une mission nationale et démocratique.

La vraie mise en accusation doit se faire contre le GSS et les institutions israéliennes qui foulent au pied les libertés démocratiques et les droits humains et ont recours à des méthodes illégales d’interrogatoire et à la torture.

Janan Abdu, compagne d’Ameer Makhoul (+972-54-756-2171)

Issam Makhoul, frère d’ Ameer Makhoul (+972-50-551-0433)

Similar posts
  • Encore 1500 manifestants à Strasbourg... [...]
  • 4000 manifestants selon la police, à ... [...]
  • 20 morts à Gaza, dont 9 enfants L’horreur des bombardements de cette nuit Tard hier soir Iyad nous envoie ce message “Nouveau massacre à Gaza, 3 enfants tués dans des raids israéliens”. Puis, impossible d’appeler, WhatsApp ne fonctionne plus… Cette nuit nous a ramenés 23 ans en arrière quand nous tremblions pour nos amis et nos proches bombardés (“pour leur bien” – [...]
  • 14 février 1349 1200 juifs brûlés à S... Comme chaque année, le 14 février, grâce à Georges Yoram Federmann, on commémore le massacre de 1200 juifs à Strasbourg le 14 février 1349. Alors que la peste noire dévastait l’Europe, il a fallu trouver des boucs émissaires, accusés d’avoir empoisonné les puits. D’où cet holocauste de masse commis près de l’actuelle place de la [...]
  • Livreur condamné pour antisémitisme :... Tribune refusée de publication par les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 15 janvier 2021. Livreur antisémite : quand l’ambassade d’Israël en France s’en mêle l’antisémitisme augmente. Parce qu’il devait livrer de la cuisine israélienne, un livreur Deliveroo de Strasbourg a refusé en expliquant qu’il ne livrait pas les juifs. C’est une parole et un acte antisémites. [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.