Des dizaines d’arbres abattus à Ergersheim

Version modifiée le 27 septembre

Une correspondante de la Feuille de chou a signalé l’abattage cette semaine de très nombreux arbres, parfaitement sains, sur la commune d’Ergersheim après le canal et la Bruche, en sortant par la route en direction de Molsheim.

Pour une fois, ce n’est pas, ici, Vinci-Socos. Juste à côté des arbres abattus, se dresse un panneau d’affichage d’un promoteur vantant les appartements qu’il va construire. On a cru d’abord que c’est ce projet qui a entraîné le désastre, mais un blogueur de Molsheim nous a fait observer que les immeubles se situeraient dans le village et non près des passerelles anciennes proches qui pourraient être remplacées.

En tout cas, une circulaire du maire, autorisant donc l’abattage, interdit le stationnement des véhicules pendant la durée des travaux des bucherons et le transport des grumes, ainsi que les deux stationnements donnant accès au chargeur de véhicules électriques, sous peine de mise en fourrière.

Et c’est une coopérative qui a abattu ces arbres: http://www.cosylval.fr/

Similar posts
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... Table ronde animée par Charles Fichter, Jean-Michel Niedermeyer, Armand Peter et Jean-Paul Sorg Maxime Alexandre from feuille de chou on [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]
  • Conférence de Laurent Jeanpierre sur ... In girum-les leçons politiques des ronds-points (La découverte, [...]