200 manifestants à Colmar, Gilets jaunes et Cégétistes

160 manifestants selon la police, 200 selon la Feuille de Chou. Essentiellement des Gilets Jaunes mais aussi des syndicalistes de la CGT, des régionalistes alsaciens et même quelques royalistes avec leurs fleurs de lys.

A Colmar tout est différent des manifestations de Strasbourg. Très peu de policiers visibles. Ceux qui sont là assurent la sécurité des manifestants. Et la Commissaire de police donne le feu vert pour une manifestation pas déclarée mais autorisée sur un parcours défini y compris le centre-ville commerçant et la cathédrale.
Et après le cortège on la retrouve en train de trinquer au rouge avec des participants et de déguster du cerf en attendant que les saucisses grillent sur les barbecues. Quelques gilets jaunes se postent au bord du rond-point de la statue de la liberté de Bartholdi et suscitent les Klaxons complices des automobilistes nombreux à partir de 18h. Une sono est installé, un Barnum, des projecteurs et la fête continue pour les heureux locaux pendant que les Bas-Rhinois rentrent chez eux.

Barbecue au rond-point Liberté

Similar posts
  • ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAH... L’HUMANITE – Vendredi, 27 Mars, 2020 ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAHISON AU SERVICE DE NETANYAHOU Pierre Barbancey Dans un retournement aussi spectaculaire qu’inattendu, le chef du Parti Bleu-Blanc a rallié le camp de son rival Benjamin Netanyahou. Le communiste Ayman Odeh, chef de la Liste unie, dénonce cette volte-face. Benjamin Netanyahou en rêvait. [...]
  • Gratuité des transports CTS! Schiltigheim, le 27 mars 2020, Crise du Coronavirus : Pour la gratuité des transports pour les travailleuses et travailleurs des secteurs indispensables à la Nation et la suspension des abonnements pour le mois d’avril 2020 pour l’ensemble de usager.es Monsieur le Président, Depuis le début de la crise sanitaire, vous agissez en responsabilité pour organiser [...]
  • André Barnoin victime du Covid-19 C’était dans l’ordre (ou le désordre) des choses, la mort charriée par l’épidémie en cours a fini par frapper un visage familier. Il fallait que ça tombe sur Dédé ; le sentiment d’injustice n’en est que plus vif, bien qu’il soit absurde de penser qu’une mort soit plus ou moins juste qu’une autre. André BARNOIN [...]
  • Communiqué de presse Gilets Jaunes [...]
  • On est là… [...]