CGT Eurométropole Strasbourg

La CGT EMS constate que les conditions pour la reprise des cours, mais aussi des autres services dès le 11 voire le 14 mai ne sont pas réunies.
De façon générale :
· Tout d’abord, nous restons dans une zone ROUGE, où les services hospitaliers sont encore sous tension (et nos contacts sur place nous le confirment chaque jours) et où le virus se déplace encore rapidement.
· Ensuite, rien n’est clairement prévu ni anticipé en terme de tests, condition à la maîtrise de la propagation du virus.
· De plus, le conseil scientifique national y est tout à fait opposé (le même qui dès le début avait sollicité l’obligation du port du masque alors que notre gouvernement était contre et, finalement, vient de lâcher prise!).
· Enfin, notre revendication de protection complète des différentes structures accueillant du public n’a pas été entendue, et notamment la demande de fourniture de plaque de plexiglas dans tous les bureaux accueillant des citoyen-ne-s. De même, la collectivité a refusé, ailleurs qu’au Centre Administratif, la présence de personnels pour réguler l’afflux prévisible des usagers-ères à l’extérieur des structures pour éviter le rassemblement de personnes dans des endroits confinés et assurer, ainsi, la protection de toutes et tous.
Concernant les écoles :
· Le retour des enfants dans les écoles rend difficile (clairement impossible pour les tout-petits et les petits) le maintien des mesures de distanciation et de protection entre les élèves de cet âge. Tous-te-s les professionnel-le-s de l’éducation ou les ATSEMS peuvent le dire.
· Par ailleurs, quel serait donc l’impact psychologique sur ces enfants, tenu-e-s à distance les un-e-s des autres, sans pouvoir jouer ensemble, rire, manger ensemble, se chamailler aussi, d’une telle “rentrée” où toute la sociabilisation des enfants (tant vantée par certaines personnes) est impossible?
· Pour terminer, nous n’avons aucun élément de nature à nous éclairer sur le nettoyage préparatoire des écoles censées rouvrir et, surtout, dans quelle mesure vont intervenir les sociétés privées, avec quel matériel, quel produit, quand et à quel rythme.
C’est pourquoi, et pour toutes ces raisons:
· La CGT EMS demandent à ce que les Services accueillant du public non équipés restent fermés ;
· De même, que les écoles restent fermées et que la situation reste en l’état jusqu’à ce que les différents éléments ci-dessus soient favorables à une reprise en toute sécurité et dans l’intérêt unique et impérieux des enfants.

Karim HADI
Secrétaire général
CGT Territoriaux de Strasbourg – Eurométropole
Téléphone : 0368987030
unnamed

Similar posts
  • Mobilisation dans la culture: Strasbo... Le théâtre de l’Odéon envahi, comme en 1968! La culture mobilisée devant la préfecture “Je veux travailler“ Mobilisation de la culture sur le parvis du TNS à Strasbourg Stanislas [...]
  • 3e semaine de grève chez Kéolis-Strie... La Feuille de chou a accompagné des syndicalistes et des Gilets Jaunes venus soutenir les conducteurs grévistes de Kéolis-Stiebig. Nous avons été successivement sur deux des quatre sites de l’entreprise, à Illkirch-Graffenstaden, puis à Strasbourg. Mise à jour du 2 mars Correspondante Des nouvelles de la négociation avec la direction de l’entreprise. La direction a [...]
  • L’islamo-gauchisme selon Olivie... Intéressant éclairage d’Olivier Roy sur le terme islamo-gauchisme et plus généralement sur cette offensive réactionnaire, séparatisme … “D’où vient le terme ? Quels rapports entretiennent progressistes et islamistes ? Que révèlent ces polémiques, de nos dirigeants et du monde universitaire ? Le politologue Olivier Roy, professeur à l’Institut européen de Florence, analyse la polémique et [...]
  • La grève des conducteurs de Striebig ... La direction de Striebig a assigné les grévistes au tribunal. La séance s’est déroulée cet après-midi à 14h. Deux conducteurs CFDT et un conducteur CGT étaient présents, ainsi qu’une responsable CGT de l’UL-Molsheim et le correspondant de la Feuille de chou, gilet jaune par ailleurs. Deux autres soutiens étaient sur le parvis pendant le procès. [...]
  • Avant et après la manifestation du 20... Chaque manifestation à Strasbourg est suivie, et parfois précédée de répression policière ciblée donnant lieu à des inculpations pour des motifs divers, souvent très légers. Et des gardes à vue, GAV, en série. Plusieurs manifestants ont ainsi été interceptés, par la BAC en général, au centre ville, après la manifestation près de l’Hôtel de ville [...]