Appel à la grève et manifestation à la Clinique Rhéna

LE 16 JUIN, ET APRÈS ! TOUS ENSEMBLE, PRIVÉ/PUBLIC, MÊME COMBAT !

Soignants du privé comme du public, nous avons été au front pour gérer de la même façon cette crise du Covid 19.
Nous avons été forts et courageux d’aller nous battre sans protection. Nous étions là, tous, infirmières aides-soignantes, brancardiers, ASH, kiné, etc…, alors que les masques, les surblouses, et même le savon et le gel hydroalcoolique, partout en France, manquaient ! Pour certains dans le service Covid, et pour d’autres dans les autres services, parce que oui, il n’y avait pas que le Covid mais aussi tout le reste !

Affaiblis par des années d’austérité où personne ne nous a écouté, sans revalorisation de nos salaires,
sans amélioration de nos conditions de travail, en sous-effectifs et en manque de moyens chroniques, nous sommes des humains qui nous sommes dévoués pour soigner d’autres humains ; nous y sommes habitués, c’est notre quotidien.

Mais il est l’heure de rendre des comptes, de tenir les promesses. Après les belles paroles, les « Vous êtes des héros », nous exigeons des actes, et tout de suite ! Pourquoi devons-nous attendre cette prime annoncée par le président Macron ?
Avons-nous attendu pour laisser nos familles, pour combattre nos peurs, nos doutes, notre fatigue, et être présents, à nos postes, auprès des malades.
Bien sûr que non ! Nous sommes des gens responsables, et nous l’avons prouvé.
Et puis franchement, est-ce simplement d’une prime pour la période du Covid dont nous avons besoin. C’est une réelle augmentation des salaires, tout de suite, que nous exigeons, car nos difficultés ne datent pas d’aujourd’hui ! Ce sont des embauches, des moyens à la hauteur des besoins, car les cadences de travail ne nous permettent plus de nous occuper correctement des patients !

Cela suffit de faire passer la rentabilité avant les besoins réels des personnels et des patients !

Et il est temps que nous ayons notre mot à dire dans les décisions de la santé.
Qui mieux que nous, connaît les besoins et les attentes des malades ?
Nous n’avons pas craqué quand nous étions les dernières personnes à pouvoir accompagner un patient jusqu’à la mort, nous mettant devant nos propres faiblesses.
C’est pourquoi, les exigences de la grande famille des personnels de la santé est la même partout. Nous ne voulons plus être des matricules interchangeables, qu’on balade de service en service, car ce n’est pas avec des numéros qu’on soigne un pays, mais bien avec des gens compétents, formés, empathiques et coordonnés.

Alors aujourd’hui, nous sommes tous mobilisés pour une revalorisation des salaires, des embauches, des moyens et une véritable reconnaissance ! Et nous continuerons le temps qu’il faudra, jusqu’à ce que nous obtenions ce que nous voulons !

MARDI 16 JUIN

12H30
RASSEMBLEMENT SUR LE PARVIS DE LA CLINIQUE

Suivi d’un départ pour la
MANIFESTATION 14H – PLACE KLÉBER

Collectif du personnel de la Clinique Rhéna

Similar posts
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]