Michel Warschawski

Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros

Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, de vacances dans la ville d’Eilat. Je comprends ceux qui choisissent de partir et d’élever leurs familles loin de la saleté coloniale et raciste ′′ made in Israel Une confession : il y a plusieurs années, lors de l’une des attaques meurtrières d’Israël sur la bande de Gaza, j’ai demandé à ma fille de partir avec sa famille pour l’étranger, dans un endroit moins pollué. Cela m’a fait mal de penser à être déchiré de mes petits-enfants, mais j’ai pensé qu’il serait préférable pour eux de rester loin de ce mauvais endroit. Je n’ai jamais considéré ceux qui choisissent de quitter le pays comme une ′′ retombée des faibles ′′ (comme l’a fait Yitzhak Rabin, pour ceux qui ont oublié).

Presque toutes les motivations exprimées par les personnes interrogées dans Après avoir perdu espoir pour le changement, les activistes et les chercheurs de la gauche laissent Israël derrière (Ha ‘ aretz, 23 mai 2020) sont clairs, logiques et même convaincants pour moi. Tous sauf un : que cette décision est une suite de la lutte qu’ils ont menée avant leur départ. Non les amis non ! Même si certains d’entre vous continuent dans leurs nouveaux pays à lutter pour la justice et les droits, y compris pour votre ancienne patrie, cela ne poursuit pas la lutte mais la quitte. Une sortie qui n’est pas difficile à comprendre vu l’effondrement quasi total de tout ce que l’on souhaite construire et l’ébranlement d’une vision politique. Une sortie facile à identifier si vous avez des enfants qui grandissent dans la société raciste israélienne. Mais c’est une sortie de la lutte pour changer notre société et construire une alternative.

Peut-être qu’il n’y a vraiment aucune chance, mais alors nous devrions admettre notre défaite dans la lutte pour changer la société et la politique. Avouez que nous avons donc choisi d’abandonner le navire qui coule, laissant les Palestiniens en ces temps difficiles tout en leur souhaitant bonne chance. La vérité est qu’à part de brèves périodes, les Palestiniens ne croyaient pas vraiment pouvoir nous faire confiance. Et vous, les héros Ha ‘ aretz, montrez-leur à quel point ils ont raison.

Ne dites pas simplement votre départ, votre défection, est un acte politique, un combat par d’autres moyens. La défection ? En effet, un mot sévère lorsqu’il s’adresse à des amis avec lesquels j’ai lutté pendant des années. Mais je suis derrière ça : des millions d’Israéliens ne peuvent pas choisir de cette façon. Ils n’ont pas de deuxième passeport, aucune formation qui leur garantit un emploi à l’étranger. Ils sont condamnés à rester sur le navire et vous, mes chers amis, avez fui sur les quelques canots de sauvetage disponibles. Comme je l’ai dit, je ne vous juge pas, mais ne présente pas votre décision personnelle comme idéologique.

Et maintenant, quelques mots sur mon propre choix personnel. Aussi étrange que cela puisse paraître venant d’un condamné pour ′′ soutenir les organisations terroristes,” la société israélienne est mon seul environnement naturel. L ‘ endroit pue, mais seulement ici je me sens chez moi. De plus, je me sens responsable de mon peuple et je veux, du fond du cœur, pouvoir vivre ici en tant qu’êtres humains libres, et non en tant qu’oppresseurs coloniaux ou en tant que minorité opprimée. En outre, je pense que la situation est réversible et que ma société peut se rétablir. En tant qu’activiste politique qui assiste à une unité nationaliste presque complète en Israël entre les guerres de 1967 et 1973, mais aussi le mouvement de guerre anti-Liban qui s’est transformé en mouvement de masse contre l’occupation, je sais que les humeurs peuvent être inversées, même si ça prend du temps.

De plus, si la société israélienne est condamnée à sombrer dans l’abîme, je choisirai de m’enfoncer avec, ne serait-ce que parce que je n’ai pas d’autre Je ne me considère pas du tout comme un héros (peut-être un peu romantique, comme le dit ma fille), mais un dicton d’un de mes héros me parle profondément. Marek Edelman, un commandant de l’insurrection du ghetto de Varsovie, a abordé le sujet de l’héroïsme, déclarant que quelqu’un qui ne quitterait pas sa mère alors qu’elle a été emmenée dans le train pour Auschwitz n’est pas moins un héros que Dans ce sens, et dans ce sens seul, je veux être un héros, et je choisis de ne pas quitter ma famille et mon peuple, même quand l’abîme est devant nous.
Traduit de mon blog en hébreu (2/7/2020)

Similar posts
  • 210 ème expulsion de Al-Araqib en Pal... Hier matin la police est encore intervenue pour détruire le village d’al-Araqib ! En fait de « village » il n’y avait que cette tente montée à la hâte 3 semaines après la dernière destruction et destinée occuper la terre où les Bédouins A-Turi se sont installés il y a 140 ans, du temps de [...]
  • Manifestation féministe à Strasbourg 500 femmes, et quelques hommes, ont manifesté samedi 19 novembre à Strasbourg, de la place d’Austerlitz au Palais de justice, comme dans des dizaines de villes, contre les violences faites aux [...]
  • 18 octobre: grève et manifestation à ... C’EST N’IMPORTE QUOI: CES VIDEOS M’APPARTIENNENT [...]
  • 17 octobre 1961- 17 octobre 2022 Stra... Deux cérémonies ce 17 octobre à Strasbourg pour commémorer le massacre des Algériens à Paris. La première organisée par le Consulat d’Algérie sous le couvert d’associations. La seconde sur le Pont du Corbeau puis dans une courte marche jusqu’à la place du 17 octobre au bord de l’Ill par diverses associations de gauche dont D’Ailleurs [...]
  • Marianne Ostwald, par Liselotte Hamm ... [...]