Egypte ou Turquie, leaders ou pions?

Analyse 7 (2010)

Paix et Justice au Moyen-Orient

STRASBOURG, le 12 juin 2010

cpjmo@yahoo.fr

Analyse publiée sur http://geopolitiquedumoyen-orient.blogspot.com

Egypte et Turquie: leaders ou pions?

Pourquoi agiter le chiffon rouge de la « bombe » iranienne qui n’existe pas ?

Bien des questions se posent après l’assaut meurtrier d’Israël, le lundi 31 mai dans les eaux internationales, contre la flottille humanitaire turque. Faut-il rappeler que la Turquie est un membre important de l’OTAN, bénéficiant de la confiance des Etats-Unis et qu’elle ne s’est pas opposée à l’entrée d’Israël à l’OCDE. Alors, pourquoi l’engagement turc en faveur de la cause palestinienne? Est-il dû au changement du rapport de forces qui se profile au Moyen-Orient et dans le monde?

Toujours est-il que les liens stratégiques de la Turquie avec les Etats-Unis et Israël n’estompent pas leurs conflits d’intérêts. Pourquoi la Turquie resterait-elle les bras croisés face à l’intrusion d’Israël au Kurdistan irakien- sous influence américaine- , et à son soutien militaire et technique à certains groupes d’insurgés kurdes qui mènent des incursions aux frontières iraniennes et turques?

La question du virage turc, si virage il y a, peut paraître plus pernicieuse. En effet, on peut se demander si le virage de la diplomatie Turque s’est opéré avec l’assentiment des Etats-Unis? Le changement du rapport de forces en faveur des anticolonialistes placerait l’Iran et la Syrie en tête des puissances régionales au Moyen-Orient. Après avoir échoué lamentablement à imposer l’Egypte comme porte-parole des pays non-alignés, les Etats-Unis cherchent-t-ils à avancer le «pion turc», afin de créer un contrepoids face à l’Iran? La question mérite d’être posée.

Les deux scénarios- conflit d’intérêts turco- israélien et complicité turco-américaine – ne sont pas contradictoires. Israël, de son côté, défend son pré carré face à la Turquie agissant en faveur de Gaza. L’assassinat de neuf humanitaires turcs par Tsahal témoigne de la grande tension qui règne entre «amis» régionaux des Etats-Unis.

Personne n’ignore qu’Israël est la grande base militaire américaine au Proche Orient. Chaque année, Israël reçoit trois milliards de dollars d’aide militaire des Etats-Unis. Ces derniers empêchent par ailleurs l’adoption des résolutions des Nations unies contre Israël, qui enfreint régulièrement le droit international. Depuis sa création, Israël n’a appliqué aucune des résolutions de l’ONU. Outre la Palestine, des territoires syrien et libanais sont occupés par l’armée israélienne qui en pille le sous sol et surtout l’eau et la nappe phréatique. Voici un trait du «caractère civilisateur» de l’Etat d’Israël : «L’Etat juif exploite 80% des ressources de la principale nappe phréatique cisjordanienne, n’en concédant que 15% aux Palestiniens (…) la consommation par habitant de Cisjordanie est de 22 m3 par an, contre 120 m3 pour un Israélien.» (Laurent Zecchini- Le Monde du 20/04/2010).

Les Etats-Unis, ont équipé Israël avec deux cent armes nucléaires. Ils s’opposent au contrôle des installations nucléaires israéliennes par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Alors, c’est quoi la prolifération? Les Etats-Unis, eux-mêmes, possèdent 5113 armes nucléaires (Le Monde du 05/05/2010). L’Iran n’en a aucune.

Alors, pourquoi agite-t-on le chiffon rouge de la «bombe iranienne» qui n’existe pas? Même les Russes et les Chinois, deux grandes puissances nucléaires, se sont mises de la partie et s’agacent de l’entêtement de l’Iran à enrichir de l’uranium. Pourtant le TNP (Traité de Non Prolifération), autorise les Etats à se doter de capacité d’enrichissement d’uranium et de retraitement de combustible nucléaire. La question, est donc ailleurs.

Le problème de l’Occident c’est l’existence d’un Iran indépendant- adversaire de l’Occident- qui mène son propre jeu au Proche et Moyen-Orient. Toutes les puissances de premier plan, grandes ou petites (la Russie, la Chine, la France, l’Inde) accepte, d’une manière ou d’une autre, le leadership américain.

Tous les scénarios sont bons pour soumettre l’Iran. Le dernier en date c’est la conférence du TNP à New York, dont le document final insiste sur «l’établissement d’un Moyen-Orient libre d’armes nucléaires et de toutes autres armes de destruction massive» (Le Monde du 30-31 mai 2010). Or, Israël est le seul pays du Moyen-Orient détenteur d’armes atomiques. Obama le «pacifique», de son côté, s’est dit «fermement opposé aux efforts pour singulariser Israël» (Le Monde du 30-31 mai 2010).

La conférence du TNP a préparé le terrain aux sanctions contre l’Iran; votées par l’ONU, le 9 juin 2010. En effet, le communiqué final de la conférence, impliquant l’Egypte- promue par la presse occidentale de chef de fil du groupe arabe ainsi que des non-alignés – a pour objectif de désarmer l’opinion publique des pays arabo-musulmans. Celle-ci est très critique vis à vis des gouvernements arabes et de la «communauté internationale», qu’elle accuse de pratiquer deux poids et deux mesures envers Israël, d’une part et l’Iran, d’autre part.

L’opinion des pays arabo-musulman découvrira, une fois de plus, qu’aucun blâme n’atteindra Israël, malgré ses deux cent armes nucléaires, tandis que le blocus sera renforcé contre l’Iran qui n’en a aucune. L’ONU, la «communauté internationale» et leurs obligés arabes continuent à se discréditer aux yeux de l’opinion des pays arabo-musulmans.

Le retournement relatif de la Russie et de la Chine pose question. Il est vrai que les deux puissances asiatiques préfèrent avoir affaire avec un Iran faible et soumis. Ont-elles pris peur de l’importance prise par l’Iran dans les régions musulmanes russes et chinoises? L’avenir nous en dira plus sur les dessous des relations irano-russes et chinoises.

L’avenir des relations Occident-Iran se joue sur le terrain. D’escarmouches en guerres- éclaires en Palestine, au Liban, en Irak, en Afghanistan, au Pakistan, voire sur le sol iranien, on s’achemine incontestablement vers l’affaiblissement de l’un des protagonistes, et le vainqueur finira par imposer sa volonté.

Les Israéliens n’ont pas gagné les guerres du Liban et de Gaza et n’osent plus attaquer leurs voisins. Les Américains s’enlisent en Afghanistan, sont en mauvaise posture en Irak, traversent une crise financière et économique, n’osent pas attaquer l’Iran. Par contre, pour calmer certaines guérillas au Moyen-Orient, ils ont besoin de l’Iran.

En Iran même, la division de la classe politique, la contestation du pouvoir militaro-millénariste par le peuple, la répression de l’opposition, la pression croissante sur les femmes, l’inflation à deux chiffres, la gestion chaotique de l’économie et le chômage sont les vrais talons d’Achille du pouvoir islamique.

Similar posts
  • Gaza sous double confinement [...]
  • Des élus français au secours de l’apa... Des élus français au secours de l’apartheid samedi 16 mai 2020par Coordination nationale de l’UJFP Il y a 72 ans aujourd’hui, c’était la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens de leur propre pays en 1948. En Israël, le nouveau gouvernement prépare, sans masquer ses intentions, l’annexion de la Cisjordanie au mépris [...]
  • UJFP [...]
  • Soirée littéraire à Gaza Soirée littéraire à Gaza Iyad Alasttal, le cinéaste publie chaque semaine un film qui raconte la résistance des Palestiniens de la Band e de Gaza. Celle-ci s’exprime par la volonté des habitants de mener une vie “normale” malgré les 13 ans de blocus, les privations, les tireurs d’élite israéliens et les bombardements de Tsahal. Chaque [...]
  • En période de pandémie, embargo, bloc... Lu dans l’Humanité EN PÉRIODE DE PANDÉMIE. EMBARGO ET BLOCUS, ATTEINTES À L’INTÉGRITÉ DES PEUPLES La tribune de Mireille Fanon-Mendès France Fondation Frantz-Fanon Adda Bekkouche Ancien enseignant à l’université Paris-I, Panthéon-Sorbonne une violence illégitime Mireille Fanon-Mendès France Fondation Frantz-Fanon  et  Adda Bekkouche Ancien enseignant à l’université Paris-I, Panthéon-Sorbonne Les embargos et blocus sont aujourd’hui, plus qu’hier, des agressions [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.