Réponse aux anti-boycott du Monde

Le boycott d’Israël est une arme pacifique et légale

Des intellectuels, amis d’Israël, s’inquiètent de la popularité du BDS -Boycott Désinvestissements Sanctions- et le jugent “indigne“.

http://la-feuille-de-chou.fr/?p=12819

C’est la preuve que ce boycott s’installe de plus en plus et les gêne.

Ils en viennent même à caricaturer le collectif BDS en prétendant que pour lui “tout ce qui est israélien serait coupable,“.

Nous savons pourtant faire la différence entre nos amis et nos ennemis. Nous avons les meilleures relations avec les Palestiniens dont des dizaines d’associations ont lancé le boycott, et avec la minorité courageuse des Israéliens qui en sont aussi.

Ils prétendant que “c’est le mot même d’Israël que l’on souhaite, en fait, rayer des esprits et des cartes.“, comme si ce n’était pas le nom de Palestine que les sionistes ont rayé des cartes!

Mais la Palestine résiste. Sous Israël, la Palestine!

Ils parlent avec assurance de “l’illégalité de la démarche“, qui reste à prouver, mais pas sa légitimité, comme au moment de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. En réalité comme on l’a vu dans l’arrêté Brita, c’est Israël qui est dans l’illégalité quand il exporte en Europe des produits des territoires occupés.

Selon ces belles âmes, les boycotteurs seraient opposés à la paix. Ils oublient que la paix s’accompagne nécessairement de justice, c’est à dire du respect de toutes les résolutions de l’ONU, y compris celle qu’Israël a signé sur le droit au retour des Palestiniens

Ils se présentent comme les défenseurs de la solution à deux États, au moment même où, y compris en Israël, on se pose la question de sa viabilité tant les positions des colons sont imbriquées dans le territoire dévolu à la Palestine, sans parler même de l’annexion et de la judaïsation de Jérusalem-Est.

S’ils sont conscients de la “délégitimation” de plus en plus grande de l’État d’Israël, qui les inquiète, ils se refusent à voir que c’est la politique criminelle de cet Etat qui produit sa propre délégitimation.

On ne peut violer le droit international avec constance sans devoir un jour en payer le prix. Des bombardements contre Gaza, que nos belles âmes n’ont en général pas condamnés, à l’attaque pirate contre les navires voguant vers Gaza, Israël multiplie les actes terroristes. Il récolte ce qu’il sème.

Ces attaques contre le boycott ne font que renforcer la détermination et le nombre des boycotteurs.

Le site du BDS

http://www.bdsfrance.org/

Le Canard de Mulhouse

http://canard68.20minutes-blogs.fr/archive/2010/11/01/les-sionistes-de-gauche-et-la-boycott-d-israel.html

Similar posts
  • 4000 manifestants selon la police, à ... [...]
  • 20 morts à Gaza, dont 9 enfants L’horreur des bombardements de cette nuit Tard hier soir Iyad nous envoie ce message “Nouveau massacre à Gaza, 3 enfants tués dans des raids israéliens”. Puis, impossible d’appeler, WhatsApp ne fonctionne plus… Cette nuit nous a ramenés 23 ans en arrière quand nous tremblions pour nos amis et nos proches bombardés (“pour leur bien” – [...]
  • BDS: TEVA contre Olivia Zemor à Lyon Chères amies, Chers amis, Nous avons été très touchés par l’extraordinaire mobilisation en France et à l’étranger concernant le procès intenté par TEVA contre Olivia Zémor. Ci-dessous un compte-rendu de ce procès qui s’est déroulé mardi à Lyon et s’est terminé à 22 H. Le tribunal rendra son jugement le 18 mai prochain. « Nos [...]
  • L’Archevêque de Paris veut ferm... Chers amis, Peut-être le savez-vous, mais le Centre pastoral St-Merry, acteur reconnu d’un Eglise ouverte sur le monde, solidaire des plus démunis et de toutes les victimes d’injustices, en France comme à l’étranger (voir par exemple l’action du groupe Gaza dont je m’occupe) est l’objet d’une attaque en règle de l’archevêque de Paris, qui a [...]
  • 14 février 1349 1200 juifs brûlés à S... Comme chaque année, le 14 février, grâce à Georges Yoram Federmann, on commémore le massacre de 1200 juifs à Strasbourg le 14 février 1349. Alors que la peste noire dévastait l’Europe, il a fallu trouver des boucs émissaires, accusés d’avoir empoisonné les puits. D’où cet holocauste de masse commis près de l’actuelle place de la [...]

30 Commentaires

  1. Mercader le Grand Mercader le Grand
    4 novembre 2010    

    Tu ne penses pas!!
    Tu produis des cliches!!

    Le degré zéro de la réflexion!!

  2. Schlomo Schlomo
    4 novembre 2010    

    belle source indépendante, la Banque mondiale qui affame les peuples!

  3. Franco Franco
    4 novembre 2010    

    – pendant le premier semestre 2010, la croissance réelle a été de 7 % ;

    http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/NEWSFRENCH/0,,contentMDK:22693235~pagePK:64257043~piPK:437376~theSitePK:1074931,00.html

  4. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    ces sites sont peu connus en France; ils permettent d’avoir un autre point de vue que celui des médias français: il suffit de rappeler le temps qu’il a fallu pour que nos TF1 et autres France Télévision montrent des images des bombardements sur Gaza;

  5. Musso Musso
    3 novembre 2010    

    Attention a ce que vous dites!!

    Veuillez noter que schlomo censure les liens vers des sites français plus que recommandables ( drzzzz.fr et causeur.fr ) alors qu’ il cite les frères musulmans, le Hezbollah ou qu’ il nous renvoie a des liens vers Al manar!
    Je commence a croire que cet homme est dangereux!!!

  6. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    idem

  7. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    le lien vers un site sioniste a sauté

  8. 3 novembre 2010    

    Gaza , une prison à ciel ouvert?

  9. 3 novembre 2010    

    Gaza , une prison à ciel ouvert??

  10. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    toujours parler d’autre chose c’est à ça qu’on reconnait les agitateurs pro israéliens qui pratiquent la guérilla informatique pour l’État voyou

  11. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    vous racontez n’importe quoi!
    les Gazaouis n’ont encore pas pu reconstruire les maisons détruites par Israël il y a près de deux ans, car l’importation de matériaux de construction est très limitée sinon interdite, des fois qu’ils serviraient à des fins militaires prétendent les sionistes

  12. Musso lit et nie Musso lit et nie
    3 novembre 2010    

    Y étais tu au moins Schlomo a gaza??
    Pourquoi ne dénonces tu pas les conditions de vie des réfugies palestiniens dans les différents camps situes dans les pays arabes limitrophes?
    Ne sont ils pas des prisons a ciel ouvert?
    Sais tu comment ces réfugies sont instrumentalises par les différents régimes plus ou moins démocratiques?
    Plutôt moins!!!
    Quand est ce que tu appelles a boycotter le couscous??

  13. Franco Franco
    3 novembre 2010    

    Probablement mais je n’ai jamais vu d’images d’une population affamée. Le hamas se serait fait une joie de nous les envoyer. La flottille humanitaire aurait servi à quoi d’autre sinon tenter de donner une reconnaissance internationale au hamas ?
    PS: pour vous aider je me permets de vous donner la croissance en Palestine (y compris Gaza) : plus de 7 %. Aux USA et en Europe on n’arrive même pas à du 2%. Pour une prison cela va faire des jaloux…

  14. Jean Claude dhusse Jean Claude dhusse
    3 novembre 2010    

    Oui on connait votre discours : et les riches sont des gros méchants alors que les pauvres sont des tout gentils!

  15. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    article du Monde du 31 10 10 sur un village rasé plusieurs fois dans le Negev

    Les expulsés du désert
    Article paru dans l’édition du 31.10.10
    Al-Arakib, un village bédouin déclaré illégal, a été rasé six fois en trois mois par les bulldozers israéliens. Mais les habitants s’accrochent à leurs terres

    n nuage ocre, accompagné de rafales de sable et de poussière, a noyé le paysage. Le khamsin, ce vent du désert venu d’Egypte, s’est abattu sur Al-Arakib comme une nouvelle mais vaine menace : il n’y a plus rien à détruire dans ce village bédouin du Néguev, situé à 7 km au nord de la ville de Beer-Sheva. Entre le 27 juillet et le 13 octobre, les forces de police israéliennes sont venues à six reprises, pour raser le village méthodiquement, afin qu’il n’en reste rien, que la vie n’y repousse pas.

    Mais les habitants sont revenus à chaque fois, reconstruisant des abris de plus en plus précaires. En cet après-midi d’octobre, des villageois et leur chef, Sheikh Sayah Al-Turi, se sont regroupés, pour raconter la violence de ces interventions, mais aussi la vie qui a repris tant bien que mal sous les tentes de plastique, par une température de 43 oC.

    Pour se rendre à Al-Arakib, il faut un guide. Le village ne figure sur aucune carte officielle. C’est un village « non reconnu », illégal donc, sans droit d’exister, comme 45 autres villages bédouins du Néguev. Il faut ralentir, viser une trouée dans la barrière de sécurité de la grande route qui va du nord de Tel-Aviv au sud du Néguev, puis suivre un ruban d’asphalte qui s’enfonce dans le désert.

    Un grillage apparaît bientôt, flanqué d’une sorte de portail et, sur la gauche, des tombes blanches aux inscriptions musulmanes, intactes. Le cimetière est désormais un sanctuaire, où les forces de police israéliennes n’osent pas pénétrer. Quelques dizaines de mètres encore et la réalité d’Al-Arakib s’offre aux yeux. Quiconque s’est rendu à Gaza depuis l’opération « Plomb durci » de l’hiver 2008 aura une impression de déjà-vu : une gigantesque main de fer a aplati les maisons, broyé les murs de ciment et les poutrelles d’acier, comme si un bombardement avait eu lieu.

    La première « descente », le 27 juillet, fut la plus impressionnante, pour les enfants surtout : 1500 policiers, accompagnés des bulldozers blindés que l’armée israélienne utilise parfois en Cisjordanie, ont investi les lieux. En trois heures, raconte Haia Noach, présidente de l’ONG israélienne Neguev Coexistence Forum, le village, composé de 46 constructions dont 30 habitations, a été détruit. Rien n’a échappé aux bulldozers : plus d’un millier d’oliviers ont été déracinés.

    Les 300 habitants ont perdu leur toit et l’essentiel de leurs possessions : tout ce qui n’a pas été enseveli sous les décombres – générateurs, tracteurs et voitures – a été saisi, emporté dans des camions.

    Les 4 et 10 août, juste avant le début du ramadan, les forces de police sont revenues. Des échauffourées ont eu lieu, des arrestations ont été opérées, et les bulldozers ont achevé leur besogne. Un scénario qui s’est répété les 17 août, 12 septembre et 13 octobre.

    Cet acharnement à faire disparaître Al-Arakib ne doit rien au hasard. Le 26 juillet, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, avait lancé un avertissement : selon lui, laisser certaines zones du territoire israélien, « par exemple au Néguev », sans majorité juive, constitue une « réelle menace ».

    Titres de propriété

    Israël s’inquiète depuis des années de la situation difficilement contrôlable des quelque 180 000 Bédouins semi-sédentarisés du Néguev. Cette population arabe israélienne connaît l’un des taux démographique les plus rapides du monde : 4,2 %, contre 2,6 % pour l’ensemble des Palestiniens. A ce rythme, dans dix ans, les Bédouins du Néguev seront 300 000.

    « Le vrai problème, explique Haia Noach, est que, pour Israël, la terre doit aller aux Juifs, pas aux Arabes. » L’Etat a réagi en créant, entre 1968 et 1990, sept villes nouvelles pour regrouper et sédentariser les Bédouins. Il s’agissait officiellement de combattre le sous-développement de la population d’Israël la plus mal lotie : 71 % des familles bédouines se situent sous le seuil de pauvreté.

    Pour l’essentiel, cette politique de townships a été un échec. Sheikh Sayah Al-Turi explique pourquoi : « Ma famille vit à Al-Arakib depuis huit générations. Les Turcs et les Anglais nous laissaient vivre tranquilles, pourquoi les Israéliens ne peuvent-ils faire de même ? Même s’ils me donnent ailleurs 100 dunams [1 dunam, mesure datant de l’empire ottoman, représente 1 000 m²] pour 1 dunam de ma terre, je ne partirai pas. »

    Les Bédouins ont présenté ce qu’ils croyaient être des titres de propriété datant de l’époque ottomane et du mandat britannique, que le gouvernement a rejetés. A ce jour, la réponse des tribunaux a été identique. Pour fragmenter l’opposition bédouine, les autorités israéliennes ont essayé, avec un succès relatif, de conclure des accords séparés, par famille et par tribu. Elles ont offert des compensations financières, des logements urbains exigus raccordés à l’eau courante, à l’électricité et au téléphone, mais l’essentiel manquait : la terre. N’ayant plus confiance dans la parole de l’Etat, les Bédouins veulent sensibiliser la communauté internationale. Des ONG israéliennes les aident, mais aussi le Mouvement islamiste israélien (proche du Hamas), ce qui n’arrange pas les relations avec les autorités israéliennes.

    Sheikh Sayah Al-Turi pense que les Bédouins ne cesseront jamais d’être des citoyens de seconde classe en Israël, et que, tôt ou tard, les bulldozers vont revenir à Al-Arakib. En attendant, il reçoit ses visiteurs dans le hangar qui jouxte le cimetière, devenu le nouveau diwan (« lieu de réunion »). « Les morts protègent les vivants », constate Haia Noach.
    Laurent Zecchini

  16. Schlomo Schlomo
    3 novembre 2010    

    cela n’empêche pas Gaza d’être une prison à ciel ouvert; comme partout il y a des riches et une majorité de pauvres

  17. Léon trop gris Léon trop gris
    3 novembre 2010    

    Viviane tu vas tous nous faire pleurer!!

  18. Arlette Laguiole Arlette Laguiole
    3 novembre 2010    

    Sources?
    Faits précis??

  19. Franco Franco
    3 novembre 2010    

    J’aime beaucoup la musique du Roots Viviane et vous?
    http://www.youtube.com/watch?v=ApVBdibXmaw
    Une prison à ciel ouvert pareille en plein Gaza , je suis d’accord pour y passer 15 jours ou plus.

  20. Franco Franco
    3 novembre 2010    

    On doit se demandre siil faut en rire ou en pleurer Schlomo

  21. Franco Franco
    3 novembre 2010    

    Vous pouvez passer un séjour dans hôtel 5 * de Gaza:
    http://www.aldeira.ps/en/main.html
    ou bien ici
    http://www.rootsclub.ps/
    Voici l’inauguration pas Habbas
    http://www.youtube.com/watch?v=n_puiuvWHQ4
    Vous pouvez aussi faire du shopping
    http://www.youtube.com/watch?v=JvOAufwwnAo
    http://www.youtube.com/watch?v=WMYxksml2fw
    Désireez vous voir des images de l’université et autre ?

  22. viviane viviane
    2 novembre 2010    

    moi ce qui m’étonne c’est qu’on prétende que le boycott empechecrait le “raprochement” entre israelien et palestiniens épris de paix, mais qui organise le blocus de Gaza ? qui fait en sorte que pour tous les palestiniens vivant dans les territoires occupés selon la designation consacrée ne peuvent se déplacer librement ? jouent a la roulette russe a chaque fois qu’ils vont en visite chez un parent refugié parce qu’ils ne sont pas surs de pouvoir rrentrer a leur retour ou de ne pas etre arretés pour avoir parlé avec un libanais donc forcement membre du hezbollah et se retrouver en taule durant des mois voire des années ? ameer makhoul… ou encore un an parce qu’on ne saurait traduire “innocent” en musulman ?http://www.haaretz.com/print-editio

  23. Schlomo Schlomo
    2 novembre 2010    
  24. Schlomo Schlomo
    2 novembre 2010    

    leurs villages sont rasés par Israël qui veut les regrouper dans des villes et implanter des juifs encore

  25. Redman Redman
    2 novembre 2010    

    Les bedouins avaient un mode de vie nomade!
    Donc pas de village!
    Les bédouins ne connaissaient pas la notion de frontières, ni de nations!
    Les bédouins du Neguev sont aujourd’ hui des citoyens israéliens a part entière, ils servent dans l’ armée et sont reconnaissant a Israël pour tout ce qui a été fait au niveau du developpement économique de cette région!

  26. Redman Redman
    2 novembre 2010    

    Tu as bien fait de corriger!
    On en rit encore!!
    Sacre Monsieur le professeur!

  27. Schlomo Schlomo
    2 novembre 2010    

    Maalé Adumin est une énorme colonie de 40 000 habitants à l’ouest de Jérusalem dont la fonction entre autres est de couper en deux la Cisjordanie

    je ne crois pas au miracle, surtout ce genre là, comme la destruction répétée des villages de nomades Bédouins dans le Néguev

    voici l’histoire de la colonisation de Maale Adumin
    http://www.ism-france.org/news/article.php?id=3148&type=analyse&lesujet=Colonies

  28. 2 novembre 2010    

    Je ne joue pas, je vous demande d’être précis et de ne pas faire de la propagande monsieur le professeur…

    Quant à Maalé Adumin, il s’agit d’une beauté née en plein désert, symbole du miracle israélien…
    En plein désert !!!!

  29. Schlomo Schlomo
    2 novembre 2010    

    il y avait un mandat de la SDN sur la Palestine!
    faut arrêter de jouer sur les mots

    et quand je dis “sous Israël la Palestine” cela signifie que Jaffa (une banlieue de Tel-Aviv à ce jour) n’est pas moins palestinienne que Maalé Adumin…

  30. 2 novembre 2010    

    ” ls prétendant que « c’est le mot même d’Israël que l’on souhaite, en fait, rayer des esprits et des cartes.« , comme si ce n’était pas le nom de Palestine que les sionistes ont rayé des cartes!

    Mais la Palestine résiste. Sous Israël, la Palestine! ”

    1 : désinformation ou manque de culture historique : il n’y avait plus de palestine au sortir de la première guerre mondiale !!!

    2 : Ce n’est pas la Palestine qui résiste mais le peuple palestinien!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.