Des enfants à la rue cet hiver ?

CASAS et ses partenaires appellent à l’aide

A Strasbourg, depuis la fin de l’été, et jusqu’à ce jour, des familles en demande d’asile, dont certaines avec de très jeunes enfants, se retrouvent régulièrement, parfois plusieurs nuits de suite, sans solution d’hébergement.

Le Dispositif National d’Accueil qui regroupe les différents Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) est saturé et l’allongement du délai de réponse aux demandes d’asile (près de 2 ans en moyenne) ajoute une crispation supplémentaire à la situation.

Ainsi, les nouvelles personnes en quête de protection qui arrivent à Strasbourg dépendent de la veille sociale (n°115), qui attribue des places dans des abris de nuit aux isolés et des chambres d’hôtel aux familles. Cependant ce dispositif d’urgence a aussi des limites : les isolés, notamment les hommes, sont hébergés moins d’une nuit sur deux hors de la période de grand froid, et des familles se retrouvent à la rue quand un évènement particulier (Foire Européenne, congrès, session parlementaire…) sollicite fortement le parc hôtelier strasbourgeois.

Conformément aux normes minimales d’accueil européennes dont doivent bénéficier les demandeurs d’asile, nous demandons des solutions d’hébergement pérennes et adaptées car l’urgence et la solidarité citoyenne ne sauraient se substituer au devoir de l’Etat.

Cependant, dans cette attente et pour éviter des enfants à la rue en plein hiver, nous lançons un appel urgent pour constituer un réseau de paroisses et de particuliers prêts à héberger très simplement et durant un temps limité (une à quelques nuits) une famille en demande d’asile qui se heurte à la saturation ponctuelle du 115.

Quand une telle situation se présente, notre équipe contacte ce réseau (par téléphone, par mail) pour rechercher une solution provisoire, les personnes et/ou paroisses ayant la possibilité de répondre ce soir-là se faisant alors connaître.

Nous disons toute notre reconnaissance à plusieurs paroisses et particuliers qui, sollicités dans l’urgence ces derniers mois, nous ont déjà répondu positivement : sans leur aide, les familles qu’ils ont accueillies seraient restées à la rue.

Pour toute information et proposition d’aide,

merci de nous contacter

au 03 88 25 13 03 ou contact@casas.fr

Similar posts
  • Manifestations pour le droit au logem... Hier, les Dernières Nouvelles d’Alsace n’ont rien vu des quatre manifestations place Kléber! 150 à 200 manifestants pour le droit au logement avec des SDF, des squatters, des Gilets jaunes qui ont défilé ensuite, un rassemblement pour la Palestine au pied de la statue Kléber, un autre d’Alsace-Syrie à 17h et Extinction Rébellion contre la [...]
  • Pierre Pflimlin, le retour (dans les ... Les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce samedi 27 juin 2020 s’intéressent à Pierre Pflimlin à l’occasion de l’anniversaire de sa mort il y a vingt ans. Le Journal, dans un petit papier non signé feint de s’étonner qu’aucune biographie complète n’existe sur l’ex- maire de Strasbourg et dernier président du Conseil de la IVe République [...]
  • 30 juin: soignantes et soignants à no... [...]
  • Amazon, ni à Dambach ni ailleurs Communiqué de presse du 24 juin 2020 Les membres du collectif le chaudron des alternatives et des collectifs alliés opposés à l’implantation d’Amazon en Alsace continuent d’affirmer leur opposition à l’implantation d’Amazon dans la commune de Dambach-la-ville (Bas-Rhin) pointant ses conséquences irréversibles sur l’emploi local et le dérèglement climatique. Ce communiqué de presse fait suite [...]
  • Amazon, ni ici, ni ailleurs Communiqué de presse du 22 juin 2020 Suite au courrier adressé le 15 mai 2020 à l’ensemble des élus de la Communauté de Communes du Pays de Barr le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.