Alsace: La traque des étrangers démunis de titre de séjour

 

Informations sur la situation des demandeurs d’asile en Alsace :

1°) Depuis quelque temps, la préfecture du Bas-Rhin rationne l’accès à ses locaux aux étrangers venant d’arriver en France et se signalant comme demandeurs d’asile. Depuis un peu plus d’un mois : arrestation, à ses abords immédiats, des étrangers refoulés, au motif qu’ils ne se sont pas signalés immédiatement en préfecture, comme la loi le requiert. Leur demande d’asile est alors traitée en urgence, comme « abusive », et l’expulsion les attend sous trois semaines.


2°) Le deuxième est la mise à la rue de nombreux demandeurs d’asile. Ils étaient plus de cinquante il y a quelques jours. Ces familles attendent le jugement de leur cas par la Cour Nationale du Droit d’Asile. Cela comprend la préparation attentive de leur dossier et dure plusieurs mois.

La préfecture place en « procédure prioritaire » beaucoup de demandes de statut de réfugié. Cette procédure aboutit plus rarement et surtout, permet l’expulsion avant le jugement de la Cour Nationale du Droit d’Asile, et élimine au bout de quelques semaines l’obligation de logement des demandeurs.

(Le premier motif de « procédure prioritaire » est la provenance des étrangers : une liste de pays « sûrs », établie par l’OFPRA, la permet automatiquement. Mais l’administration y place aussi toute demande qu’elle estime « abusive », et en fait un usage très large . Des centaines de demandes ainsi classées « abusives » ont abouti positivement, rien que dans le Bas-Rhin.
Une circulaire ministérielle du 24 mai dernier enjoint aux préfectures de ne loger les demandeurs d’asile que quand la loi y contraint absolument. Le résultat est actuellement plus de cinquante personnes sans logement. Il ne s’agit pas d’un problème financier : quand elle y est contrainte, la préfecture utilise des hôtels, solution ponctuelle plus chère que le logement à plus long terme dans d’autres structures des quelques dizaines de personnes concernées).

3°) Expulsion violente d’une demandeuse d’asile Tchétchène , et d’une partie de ses enfants. La brutalité de cette expulsion a coupé sans recours la famille en deux. Elle n’est Pas passée par le Centre de Rétention de Geispolsheim. Elle n’a eu accès à aucun recours ni assistance juridique.
La police l’a frappée et ligotée pour l’embarquer.

Similar posts
  • GCO: vélos un jour, camions toujours! De nombreux cyclistes se sont embauchés dimanche, ce ouiquende pour assurer une publicité gratuite pour le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Cette randonnée cycliste a, hélas, été un succès pour Socos, filiale de Vinci qui a réalisé l’autoroute à péage de 24 km pas encore ouverte, mais qui devrait l’être vers mi-décembre, malgré les irrégularités [...]
  • Rencontre militante franco-turco-kurd... Une petite quarantaine de militants turcs, kurdes et Gilets Jaunes de Strasbourg République se sont rencontrés cet après-midi pour débattre de la situation respective de la France et de la Turquie du point de vue des luttes sociales et politiques. D’autres échanges seront programmés. Des échanges intéressants ont suivi les exposés [...]
  • Des Soudanais manifestent à Strasbour... Place Kléber, juste à côté de la manifestation anti-passe, quelques dizaines de Soudanais, hommes, femmes et enfant manifestaient contre le putsch et la dictature dans leur [...]
  • De plus en plus d’anti-vax et d... La Feuille de chou a compté les manifestants à la hauteur de la librairie La tache noire: ils-elles étaient environ 1300, ce qui n’est pas négligeable. Parmi eux, peu de masques et probablement peu de vaccinés. Un quart de la population ne l’est pas, au moment où on constate une légère augmentation du taux d’incidence. [...]
  • Soignantes et pompiers ont défilé à S... Collectif des soignantes 67 Elles-ils étaient 24 habillé.e.s de blanc, masqué.e.s de blanc aussi à défiler en silence de la place Kléber à la place Gutenberg en passant par Grand-Rue à Strasbourg. La protestation des soignantes et des pompiers solidaires visait l’obligation vaccinale et surtout la sanction qui a suivi, la suspension pure et simple [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.