Alsace: La traque des étrangers démunis de titre de séjour

 

Informations sur la situation des demandeurs d’asile en Alsace :

1°) Depuis quelque temps, la préfecture du Bas-Rhin rationne l’accès à ses locaux aux étrangers venant d’arriver en France et se signalant comme demandeurs d’asile. Depuis un peu plus d’un mois : arrestation, à ses abords immédiats, des étrangers refoulés, au motif qu’ils ne se sont pas signalés immédiatement en préfecture, comme la loi le requiert. Leur demande d’asile est alors traitée en urgence, comme « abusive », et l’expulsion les attend sous trois semaines.


2°) Le deuxième est la mise à la rue de nombreux demandeurs d’asile. Ils étaient plus de cinquante il y a quelques jours. Ces familles attendent le jugement de leur cas par la Cour Nationale du Droit d’Asile. Cela comprend la préparation attentive de leur dossier et dure plusieurs mois.

La préfecture place en « procédure prioritaire » beaucoup de demandes de statut de réfugié. Cette procédure aboutit plus rarement et surtout, permet l’expulsion avant le jugement de la Cour Nationale du Droit d’Asile, et élimine au bout de quelques semaines l’obligation de logement des demandeurs.

(Le premier motif de « procédure prioritaire » est la provenance des étrangers : une liste de pays « sûrs », établie par l’OFPRA, la permet automatiquement. Mais l’administration y place aussi toute demande qu’elle estime « abusive », et en fait un usage très large . Des centaines de demandes ainsi classées « abusives » ont abouti positivement, rien que dans le Bas-Rhin.
Une circulaire ministérielle du 24 mai dernier enjoint aux préfectures de ne loger les demandeurs d’asile que quand la loi y contraint absolument. Le résultat est actuellement plus de cinquante personnes sans logement. Il ne s’agit pas d’un problème financier : quand elle y est contrainte, la préfecture utilise des hôtels, solution ponctuelle plus chère que le logement à plus long terme dans d’autres structures des quelques dizaines de personnes concernées).

3°) Expulsion violente d’une demandeuse d’asile Tchétchène , et d’une partie de ses enfants. La brutalité de cette expulsion a coupé sans recours la famille en deux. Elle n’est Pas passée par le Centre de Rétention de Geispolsheim. Elle n’a eu accès à aucun recours ni assistance juridique.
La police l’a frappée et ligotée pour l’embarquer.

Similar posts
  • L’affaire Dreyfus vue d’A... Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées hier au FEC pour une séance organisée conjointement par le Centre culturel alsacien et le Foyer de l’étudiant catholique consacrée à l’Affaire Dreyfus vue d’Alsace. C’est l’historien Jean-Claude Richez qui présentait le résultat de son travail de recherche en particulier dans la presse alsacienne (fort abondante!) des dernières [...]
  • 500 manifestants à Strasbourg et une ... 500 manifestants pour cette rentrée sociale de lutte avec CGT, Sud, CNT,FSU, etc et PCF, PCOF, NPA, Sans Papiers d’Alsace… Cortège tranquille animé par un pôle radical formé en chemin. Il a fallu que les policiers emmerdent quelques gilets jaunes à l’issue de la manifestation. Totalement injustifié! Comme si la nouvelle préfète déjà rétoquée 3 [...]
  • Rentrée des luttes en Alsace Gilets jaunes, Marche pour le climat, Vélorution contre la Start up Nation Israël, femmes contre les violences machistes, on avait le choix des bonnes causes ce samedi 10 septembre. Le 11 septembre anniversaire du putsch de Pinochet au Chili Colmar Statue de la liberté à Colmar   Intervention UJFP-Alsace Vidéo de Christan Bonardi Publiée par [...]
  • Les sans-papiers d’Alsace LSPA [...]
  • Hamza, sans-papier algérien, expulsé ... CALVAIRE ET SOUFFRANCE DE NOTRE FRÈRE HAMZA UN SANS-PAPIERS ALGÉRIEN ET DE TOUS LES SANS-PAPIERS VICTIMES DE LA MACHINE À EXPULSER ! Le jeudi 27 août 2020, notre camarade Hamza, membre du collectif des sans-papiers d’Alsace et marcheur de la Marche des Solidarités, a été arrêté par la police aux frontières (PAF) à Entzheim et [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.