Alsace: La traque des étrangers démunis de titre de séjour

 

Informations sur la situation des demandeurs d’asile en Alsace :

1°) Depuis quelque temps, la préfecture du Bas-Rhin rationne l’accès à ses locaux aux étrangers venant d’arriver en France et se signalant comme demandeurs d’asile. Depuis un peu plus d’un mois : arrestation, à ses abords immédiats, des étrangers refoulés, au motif qu’ils ne se sont pas signalés immédiatement en préfecture, comme la loi le requiert. Leur demande d’asile est alors traitée en urgence, comme « abusive », et l’expulsion les attend sous trois semaines.


2°) Le deuxième est la mise à la rue de nombreux demandeurs d’asile. Ils étaient plus de cinquante il y a quelques jours. Ces familles attendent le jugement de leur cas par la Cour Nationale du Droit d’Asile. Cela comprend la préparation attentive de leur dossier et dure plusieurs mois.

La préfecture place en « procédure prioritaire » beaucoup de demandes de statut de réfugié. Cette procédure aboutit plus rarement et surtout, permet l’expulsion avant le jugement de la Cour Nationale du Droit d’Asile, et élimine au bout de quelques semaines l’obligation de logement des demandeurs.

(Le premier motif de « procédure prioritaire » est la provenance des étrangers : une liste de pays « sûrs », établie par l’OFPRA, la permet automatiquement. Mais l’administration y place aussi toute demande qu’elle estime « abusive », et en fait un usage très large . Des centaines de demandes ainsi classées « abusives » ont abouti positivement, rien que dans le Bas-Rhin.
Une circulaire ministérielle du 24 mai dernier enjoint aux préfectures de ne loger les demandeurs d’asile que quand la loi y contraint absolument. Le résultat est actuellement plus de cinquante personnes sans logement. Il ne s’agit pas d’un problème financier : quand elle y est contrainte, la préfecture utilise des hôtels, solution ponctuelle plus chère que le logement à plus long terme dans d’autres structures des quelques dizaines de personnes concernées).

3°) Expulsion violente d’une demandeuse d’asile Tchétchène , et d’une partie de ses enfants. La brutalité de cette expulsion a coupé sans recours la famille en deux. Elle n’est Pas passée par le Centre de Rétention de Geispolsheim. Elle n’a eu accès à aucun recours ni assistance juridique.
La police l’a frappée et ligotée pour l’embarquer.

Similar posts
  • Strasbourg: deux manifs, sinon rien, ... Alors que le premier ministre Castex était à Strasbourg à l’Hôtel de ville, avec la maire, puis en milieu universitaire, avec le président de l’Unistra et des étudiants triés sur le volet, deux manifestations se sont déroulées en dehors de l’ellipse insulaire toujours interdite par la préfète Josiane Chevalier au profit de la consommation par [...]
  • Trop c’est trop: les étudiants ... Environ 200 étudiants, enseignants se sont rassemblés à 13h place de la République à Strasbourg avant de défiler vers le campus de l’Esplanade où ils ont pu débattre dans un amphithéâtre de l’Escarpe. Plusieurs témoignages ont été entendus avant le départ du cortège, sur la situation dramatique du monde étudiant. Des mois de solitude, sans [...]
  • Ramené·es à la frontière plutôt qu’à ... Communiqué de presse du Collectif Maraude du Briançonnais Ramené·es à la frontière plutôt qu’à l’hôpital Samedi 16 janvier 2021, un peu avant 16 heures, l’hélicoptère du secours en montagne a déposé une famille exilée au poste de frontière de Montgenèvre au lieu de l’amener à l’hôpital. La manière dont s’est déroulé ce secours, à plus [...]
  • Livreur condamné pour antisémitisme :... Tribune refusée de publication par les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 15 janvier 2021. Livreur antisémite : quand l’ambassade d’Israël en France s’en mêle l’antisémitisme augmente. Parce qu’il devait livrer de la cuisine israélienne, un livreur Deliveroo de Strasbourg a refusé en expliquant qu’il ne livrait pas les juifs. C’est une parole et un acte antisémites. [...]
  • Encore un procès contre un militant s... Alain H. était convoqué ce matin devant le Tribunal judiciaire de Strasbourg pour une prétendue “rébellion” en date du 16 mai 2020. C’est à 11 h 40 seulement que son procès allait commencer. Une quinzaine de manifestants solidaires étaient présents, du NPA, d’Attac, du PCOF, de l’UJFP, des Gilets Jaunes et d’ex Zadistes anti-GCO. 13 [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.