L’insanité, et non la logique, régit le pouvoir israélien

par Gidéon Lévy

Les hommes qui menacent l’Iran aujourd’hui sont les vrais ” lâches des lâches”. Les courageux sont ceux qui tentent de contrer l’insanité, depuis l’ancien chef du Mossad Meir Dragan jusqu’au Ministre de l’Intérieur Eli Yishai

Si l’Iran ose monter une attaque nucléaire contre Israël, l’Iran commettra un suicide de masse, douloureux et public. Israël répondra et le monde ne restera pas silencieux. Jérusalem le sait, et le plus important est que Téhéran le sait aussi. Mais à Téhéran, nous répète-t-on du matin au soir, le pouvoir ” fou” peut franchir le pas.

Donc Israël menace de bombarder Téhéran avant qu’il ne soit trop tard. Beaucoup d’israéliens sont d’accord. Mais le débat sur la possibilité de bombarder l’Iran, mené désormais avec un sérieux terrible, peut laisser penser que c’est plutôt ici, en Israël, que le trouble mental prévaut. Le trouble mental iranien doit encore être prouvé ; en Israël, désormais, il ne fait pas un pli.

Israël n’a pas une gouvernance rationnelle. Ses orientations n’ont en général aucune explication logique. Ce n’est pas la logique qui dicte la poursuite de la construction dans les territoires ; ce n’est pas la logique qui explique la guerre que le gouvernement d’Israël a déclarée à l’Autorité Palestinienne, sans considération sur ce qui la remplacera. Pas plus n’y a-t-il de logique à renforcer le Hamas, depuis la poursuite du siège de Gaza jusqu’à la libération des seuls prisonniers du Hamas. Il n’y a pas de logique à retenir Marwan Barghouti en prison ; il n’y a pas de logique en provoquant la détérioration des relations avec la Turquie, et il n’y avait pas de logique dans l’opération Plomb Durci, qui a fait plus de torts qu’elle n’a apporté d’avantages à Israël. Et aussi, il n’ y a pas de logique à répandre la peur à propos du Printemps Arabe, qui, en vérité, peut assurer à Israël quelques années de calme, avec des pays dont les armées se sont disloquées, où la société est concentrée sur des questions domestiques et les régimes sont sur les genoux. Et bien sûr, il n’y a aucune logique à continuer l’occupation qui met en danger Israël plus que tout autre chose.

Quelque chose d’autre guide la direction israélienne, et ce n’est pas la logique. On ne peut pas plus soupçonner l’opinion publique israélienne de ne s’être jamais conduite rationnellement. La majorité des israéliens croit que le bombardement de l’Iran va entraîner une déflagration régionale, et cependant il y a plus d’israéliens pour cette attaque que contre elle. Si c’est de la santé, qu’est-ce que l’insanité ?

Il n’y a pas d’explication rationnelle à battre le tambour contre l’Iran. Les risques d’une attaque israélienne sont clairs et ils sont horribles. Il n’y a pas de danger de voir l’Iran utiliser une arme nucléaire, et cependant Israël joue avec le feu de l’enfer. Les israéliens, en fait, disent qu’ils préfèrent un barrage de milliers de missiles – qui vont entraîner du sang et de la destruction immédiate – au risque imaginaire d’une attaque suicide par l’Iran “fou” dans le futur ; qu’ils préfèrent une insanité de grandeur systémique, avec des menaces claires et des préparations ouvertes pour ce qui pourraient devenir une mission suicide israélienne.

Même si toutes ces déclarations bien orchestrées, ces manoeuvres et cette fumée tournoyante ne sont que des menaces , elles ne sont pas avisées. Un Iran menacé est tout aussi dangereux. Il peut lancer une attaque préventive désespérée contre Israël.

L’Iran veut l’arme atomique pour protéger son régime. Il a vu l’ancien leader de l’Irak, Saddam Hussein et celui de la Libye, Moamar Kadhafi se faire bombarder, et a compris – en toute logique, il faut le dire- que s’il possédait une option nucléaire, le monde ne toucherait pas à lui, comme il ne touche pas à la Corée du Nord ni au Pakistan.

De surcroit, l’Iran veut être une puissance régionale au Moyen Orient, et il sait que les centrifugeuses sont un moyen d’y parvenir. Il aurait été préférable, bien sûr, qu’il n’arrive pas à ses fins, préférable que le monde exerce une pression pour qu’il ne puisse pas acquérir d’armes atomiques, mais il est clair que ce n’est pas un bombardement qui empêchera à jamais l’Iran de les obtenir.

La seule conclusion qu’on puisse tirer est qu’il y a bien un gouvernement illogique au Moyen Orient mais qu’il n’est pas obligatoirement à Téhéran. La peur, peur en partie sans fondement, a saisi Jérusalem, fruit des semeurs de peur et de diabolisation que l’on trouve ici, que ce soit à propos de la grippe porcine ou du programme nucléaire iranien. En même temps que la mégalomanie qui déclare qu’Israël peut déclencher des tirs dans la région où bon lui semble. Les hommes des hommes qui menacent l’Iran sont les vrais lâches des lâches. Les courageux sont en fait ceux qui essayent de contrer l’insanité de l’ancien chef du Mossad Meir Dragan au Ministre de l’intérieur Eli Yishai.

Gideon Levy

Haaretz, 6 11 2011

Similar posts