Le procureur général de Colmar fait appel contre la relaxe des boycotteurs de Mulhouse

Mme Alliot-Marie n’est plus ministre de la justice, mais la circulaire qu’elle avait envoyée aux procureurs les enjoignant de poursuivre les boycotteurs d’Israël produit toujours ses effets délétères!

Bonjour à toutes et à tous,

Alors que le tribunal correctionnel de Mulhouse avait prononcé la relaxe des douze militants du collectif Boycott68 et en l’absence d’appel du procureur de Mulhouse, le procureur général (Cour d’appel de Colmar) vient de faire appel comme le procureur général de Paris l’a fait pour le procès d’Olivia Zemor à la 17è chambre correctionnelle de Paris. Il fallait se douter que les intentions du gouvernement via le ministère de la justice de poursuivre tous les militants actifs de la campagne BDS n’allait pas faire de discrimination entre les militants poursuivis à Paris et à Mulhouse !

La mobilisation continue tant pour le boycott d’Israël jusqu’à ce que cet État respecte le droit international, que pour soutenir les militants et la liberté d’expression en France, seul pays européen où des militants sont poursuivis pour leur critique de l’État d’Israël et leurs actions en faveur de la reconnaissance des droits fondamentaux des Palestiniens.

Je vous souhaite à toutes et tous de joyeuses fêtes de fin d’année et une très bonne année 2012 qui puisse voir se réaliser vos vœux personnels les plus chers et des actions collectives qui projettent un avenir meilleur sur le plan de la justice et de la paix.

Farida Trichine

Coordinatrice de Justice Pour La Palestine Alsace

Prévenue dans le procès du boycott

 

Ci-dessous l’article des DNA et le communiqué des douze militants daté du 22/12 avant la décision d’appel

Mulhouse

Appels au boycott des produits israéliens Le parquet fait appel de la relaxe

Les militants de Boycott 68, ici avec leur avocat Me Thomas Wetterer, vont repasser en jugement Photo DNA – A. C.

Rebondissement dans l’affaire des appels au boycott des produits israéliens : le parquet général fait appel du jugement de relaxe des douze militants du collectif Boycott 68 poursuivis pour provocations à la discrimination.

La question s’était posée dès l’énoncé du jugement rendu le 15 décembre dernier : le parquet général allait-il faire appel du jugement de relaxe rendu par le tribunal correctionnel de Mulhouse ? La réponse est oui et l’affaire sera donc rejugée devant la Cour d’Appel de Colmar. Ce n’est qu’une demi-surprise, la Chancellerie ayant initialement adressé une lettre à l’ensemble des parquets afin de les inciter à des poursuites dans ce type d’affaires.

Provocations à la discrimination nationale, raciale, religieuse ?

Les douze militants pro palestiniens étaient poursuivis pour avoir distribué des tracts à deux reprises appelant à boycotter des produits exportés par Israël en vente dans les rayons de l’hypermarché Carrefour d’Illzach pour sanctionner l’État hébreu de la politique qu’il mène à l’égard des Palestiniens. Les premiers faits remontaient au 26 septembre 2009, les suivants au 22 mai 2010. les militants avaient dénoncé « un procès politique diligenté par le gouvernement suite à des plaintes déposées par des organisations soutenant la politique de l’État d’Israël »

Alors que le parquet mulhousien avait requis des peines d’amende de 500 € à l’encontre des douze militants, les juges avaient opté en première instance pour une relaxe générale.

Il revient désormais à la Cour d’appel de Colmar de réexaminer le dossier.

publié le 27/12/2011 à 20:40 par Dernières Nouvelles d’Alsace

Source : http://www.dna.fr/edition-de-mulhouse-et-thann/2011/12/27/le-parquet-fait-appel-de-la-relaxe

Similar posts