A Jénine, Zakaria Zubeidi menacé

 

 

Communiqué de presse du Freedom Theatre du 30 décembre 2011.

 

Zakaria Zubeidi, l’un des fondateurs du Théâtre de la Liberté et un des leaders de la résistance est menacé.

 

Aujourd’hui, 29 décembre 2011, Zakaria Zubeidi, le cofondateur, le supporter ardent et guide du Théâtre de la Liberté, a été averti par l’Autorité Palestinienne que les autorités israéliennes ont révoqué son amnistie. Cette amnistie lui avait été accordée en 2007 par le cabinet du premier ministre israélien lorsqu’il s’est retiré de la résistance armée. Selon l’accord d’amnistie il pouvait demeurer en sécurité dans le district de Jénine contrôlé par l’Autorité Palestinienne sans que l’armée israélienne ne cherche à l’arrêter ou à l’assassiner.

 

Après avoir été le leader de la résistance armée pendant la seconde intifada, depuis 2006, Zubeidi s’est consacré à la résistance culturelle non-violente à travers le théâtre. Il a fondé le Théâtre de la Liberté avec Juliano Mer Khamis qui a été assassiné cette année par des assaillants inconnus. Dans le camp de réfugiés de Jénine, le Théâtre de la Liberté est un lieu culturel qui utilise l’art comme forme de résistance à l’occupation.

 

Zubeidi est devenu un des principaux avocats de la résistance non-violente par l’art. Ainsi que le dit Zubeidi : “nous avons utilisé la résistance armée pour représenter notre cause dans l’Intifada, puis nous avons décidé de suivre le programme d’amnistie de l’Autorité Palestinienne et de cesser la résistance armée ; ainsi j’ai continué ma résistance contre l’occupation par la résistance culturelle et le Théâtre de la Liberté est l’une des institutions que je soutiens pleinement.”

 

Pourtant, aujourd’hui à 16h l’Autorité Palestinienne a été contactée par l’armée israélienne qui l’informait que l’amnistie dont jouissait Zakaria Zubeidi était révoquée et qu’il avait une heure pour se présenter. Son téléphone lui a été retiré et il est en grand danger.

 

Aucune raison n’a été donnée pour cette soudaine suppression de son statut d’amnistié. Le Théâtre de la Liberté considère cela comme une nouvelle étape dans les attaques et le harcèlement continus auxquels le Théâtre de la Liberté est soumis depuis quelques mois; y compris des attaques contre le théâtre par les Forces Spéciales israéliennes, des arrestations nocturnes répétées de ses membres et des convocations de son personnel comme de ses étudiants à se présenter à des interrogatoires.

 

– Quelles que soient les raisons que donneront les autorités israéliennes pour ce revirement cynique, il compromet le suite du travail du Théâtre de la Liberté dans sa défense de la résistance non-violente et il met Zakaria en danger, dit Jonatan Stanczak, le troisième cofondateur du Théâtre de la Liberté.

 

– Zakaria s’est toujours conformé aux conditions mises à son amnistie, tout en soutenant une intifada culturelle, aussi cette nouvelle est un réel choc dit Jacob Gough, un ami de Zubeidi, associé de longue date du Théâtre de la Liberté.

 

Le Théâtre de la Liberté condamne vigoureusement ces actions et tient à insister sur le fait que la vie de Zubeidi est vraiment en danger. Le Théâtre de la Liberté exhorte tous ses amis à contacter l’Autorité Palestinienne, la DCO israélienne de Jénine, les représentations israéliennes de vos pays, les parlementaires, pour exprimer l’opposition à cette mesure et soutenir Zakaria Zubeidi.

 

Pour plus d’information contacter:

 

Jonatan Stanczak, cofondateur et directeur actuel du Théâtre de la Liberté, jonatan@thefreedomtheatre, +46 (0)70 7908296

 

Nabeel al(Raee, directeur artistique du Théâtre de la LIberté, nabeel@thefreedomtheatre.org, +972 (0)59 996 8673

 

Numéros contacts:

 

Le commandant du district israélien: +972 (0)4 6407312

 

Taiseer Shrakah, représentant de l’AP: +972 (0) 599800009

 

Version originelle :

 

New Press Release

 

by: The Freedom Theatre date: 2011-12-30

 

Press Release – 29 December 2011

 

Zakaria Zubeidi one of the founders of the Freedom Theatre and leaders of the resistance under threat

 

Today, 29th December 2011 the co-founder, avid supporter and mentor of the Freedom Theatre, Zakaria Zubeidi, has been told by the Palestinian Authority that his amnesty is being revoked by the Israeli authorities. This amnesty agreement, granted in 2007 by the Israeli Prime Minister’s office was in return for Zubeidi’s ending of armed resistance. The amnesty agreement allowed him to remain safe inside the Palestinian Authority district of Jenin where the Israeli military would not seek to arrest or assassinate him.

 

After having been the leader of the armed resistance during the second Intifada, Zubeidi has since 2006 committed to cultural, non-violent resistance through theatre. He founded The Freedom Theatre together with Juliano Mer Khamis, who was assassinated earlier this year by unknown assailants. The Freedom Theatre is a cultural venue in Jenin Refugee Camp, that uses the arts as a form of resistance against occupation.

 

Zubeidi has become one of the main advocates for non-violent resistance through the arts. As Zubeidi states: “We used armed resistance to represent our case in the Intifada, and then we decided to follow the PA’s amnesty program and give up armed resistance, so then I continued my struggle against occupation through cultural resistance, and The Freedom Theatre is one of the institutions that have my full support.”

 

However, today at 16:00 the Palestinian Authority was contacted by the Israeli Army informing them that Zakaria Zubeidi’s amnesty was removed and that he has an hour to hand himself in. His phone has been taken from him and he is in grave danger.

 

No reason has been given for this sudden withdrawal of Zubeidi’s amnesty. The Freedom Theatre regards this as yet another stage in the continued attacks and harassment that The Freedom Theatre have been facing for several months; including attacks on the theatre by Israeli Special Forces, repeated nightly arrests of its members and demands that both staff and students hand themselves over for interrogation.

 

– Whatever reasons the Israeli authorities will give for this cynical turn-around, it further jeopardizes the work of The Freedom Theatre in advocating non-violent resistance and puts Zakaria’s safety at risk, says Jonatan Stanczak, the third co-founder of The Freedom Theatre.

 

– Zakaria has always kept to the conditions of the amnesty whilst supporting a cultural intifada, so this news comes as a complete shock, says Jacob Gough a friend of Zubeidi’s and long time associate of The Freedom Theatre.

 

The Freedom Theatre strongly condemns these actions and wishes to emphasize that Zubeidi’s life is in real danger. The Freedom Theatre urges all its friends to contact the Palestinian Authority, the Israeli DCO in Jenin, your local Israeli representation and parliamentarians to

 

voice opposition to this move and show support to Zakaria Zubeidi.

 

For more information contact:

 

Jonatan Stanczak, co-founder and present managing director at The Freedom Theatre: jonatan@thefreedomtheatre, +46 (0)70 7908296

 

Nabeel al-Raee, artistic director at The Freedom Theatre, nabeel@thefreedomtheatre.org, +972 (0)59 996 8673

 

Contact numbers:

 

The Israeli district commanding officer: +972 (0)4 6407312

 

Taiseer Shrakah – PA representative: +972 (0) 599800009

Similar posts
  • Commémoration du 17 octobre 1961 à St... [...]
  • La face cachée de Pierre Pflimlin, pa... [...]
  • 14 ème manifestation contre le passe ... Encore deux vidéos censurées par Facebook! InterQG 67 Un homme en uniforme de gendarme interpellé en fin de manifestation [...]
  • Le massacre du 17 octobre 1961 à Pari... Quelques dizaines de participants ont assisté hier soir au FEC de Strasbourg à une conférence d’Olivier Lecour-Grandmaison, à la veille de la commémoration du soixantième anniversaire de ce massacre commis par les policiers dirigés par Maurice Papon, sous la présidence du général de Gaulle. L’orateur a souligné particularisme français où aucune reconnaissance ni réparation n’ont [...]
  • Manifestants gazés au début de la Mar... Arrivée de 14 cars de police rue du 22 novembre La préfète du Bas-Rhin annonçait la couleur dès 17 h, où pas moins de quatorze véhicules de police stationnaient devant Kohler-Rehm, en prévision de la seconde Marche aux flambeaux organisée par les anti-passe et anti obligation vaccinale. La préfète avait interdit l’usage de flambeaux, comme [...]