Hollande et les Roms : il y a urgence à corriger le tir

Déclaration d’un groupe de militants du MRAP

 

En 2010, les déclarations répétées de Nicolas Sarkozy, le démantèlement des camps et les multiples expulsions de Roms – ont constitué durant l’été une véritable campagne d’agression contre ces populations et avaient valu à leurs auteurs la vive condamnation d’une grande partie de la classe politique, des associations et même d’organisations internationales.

 

Aujourd’hui, les propos tenus en début de semaine par le candidat François Hollande montrent l’inconséquence d’hommes politiques qui, à propos des Roms, n’osent pas aller de façon déterminée à l’encontre des préjugés entretenus sur leur compte ; les Roms sont des citoyens de l’Union européenne, mais ne bénéficient pas de tous les droits reconnus aux citoyens d’autres États-membres, notamment la liberté de travail et d’établissement..

 

La campagne électorale doit être l’occasion de dénoncer ce déni d’égalité, cette injustice dont sont victimes les Roms et de développer des propositions en rupture avec les clichés brutalement assénés par Nicolas Sarkozy.

 

Les propositions faites par François Hollande sont de ce point de vue là très inquiétantes lorsqu’il déclare au sujet des Roms qu’il faut «des règles européennes pour éviter que nous re-connaissions cette circulation encore et encore, et ensuite qu’il y ait des camps qui puissent être ceux de notre propre décision, c’est-à-dire éviter que ces populations ne s’installent n’importe où».

 

A une franche rupture avec les représentations dominantes qui demande d’afficher de réelles convictions et un plan d’action crédible et soucieux du droit de tous quelles que soient les circonstances, François Hollande a préféré prendre une distance certaine avec des valeurs qui ne peuvent être négociables.

En ce sens il ne fait qu’apporter une caution à tous ceux qui désignent les Roms comme un problème pour la société française alors que seul un plan d’ensemble complet et cohérent – alliant le respect des valeurs d’égalité, de liberté et de dignité, mais également et surtout une nécessaire pédagogie envers les personnes perméables à la stigmatisation dont les Roms sont victimes, ici et dans leurs pays d’origine – reste sans aucun doute la meilleure façon de lutter contre un racisme qui, comme tous les autres racismes, ne peut être ni sous-estimé ni toléré.

Pour nombre de militants antiracistes et des droits de l’Homme, il est plus que nécessaire que François Hollande corrige le « tir », et que de façon plus générale, au cours de cette campagne électorale, tous les candidats se réclamant des valeurs républicaines se refusent à instrumentaliser la présence des Roms en France.

En cela il est plus que jamais indispensable que soit entendu et suivi d’effets l’appel du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe qui, dans son communiqué du 2 février 2012 appelait les gouvernements à « s’abstenir d’utiliser une rhétorique anti-Rom, en particulier pendant les campagnes électorales, et à condamner fermement, rapidement et en public, tous les actes de violence raciste envers les Roms, y compris les menaces et les intimidations, ainsi que les discours de haine à leur encontre ».

 

Le 16 février 2012

voir aussi: http://la-feuille-de-chou.fr/archives/29126

et: http://actu.orange.fr/politique/hollande-sur-les-roms-l-ump-choquee-le-ps-denonce-un-contre-feu-afp_483168.html

Communiqué national du MRAP

Égalité des droits – Liberté de circulation pour les Roms

Les propos, tenus  par François Hollande lors de son entretien sur la chaîne CANAL+ dimanche dernier, à propos des Roms migrants, suscitent  une grande inquiétude chez tous les démocrates soucieux de la solidarité entre les peuples, et en particulier envers les plus démunis et les plus discriminés. Nous sommes surpris que dans cette  intervention, qui venait après un reportage édifiant sur le harcèlement subi par les Roms de Marseille,  le candidat socialiste  à la Présidence de la République n’ait eu aucun mot pour condamner l’action et le discours mensonger de ces milices de quartier, aux relents douteux, ni pour démentir les propos scandaleux d’un préfet de la République assimilant les familles Roms  à des organisations maffieuses.

 Au-delà de la maladresse que constitue l’emploi du mot  « camp »  pour désigner des lieux d’habitation, c’est le principe même de la libre circulation des citoyens européens qui est mise en cause. Le MRAP ne peut qu’appuyer l’idée selon laquelle l’Europe doit se saisir de la dramatique question des Roms et du sort qui leur est réservé dans certains pays de l’Union Européenne, notamment en Roumanie. Le MRAP attend des candidats à la Présidence de la République qu’ils prennent des engagements à cet égard.

Mais les causes d’une migration souvent forcée, sous la pression du racisme et de la discrimination – qui les prive d’accès au travail en Roumanie – ne dispensent pas les candidats à la Présidence de réponses claires et précises concernant ce que doivent être leurs conditions d’accueil en France. François Hollande a malheureusement éludé ces réponses.

Plutôt que de parquer ces populations dans des lieux qui leur soient dédiés, nous préconisons leur insertion dans la société française par l’accession au droit commun, la première priorité étant de leur accorder l’accès au marché de l’emploi. Or le gouvernement vient de proroger de deux ans les mesures transitoires qui empêchent pratiquement les Roumains et les Bulgares de d’accéder au travail en France. Le MRAP, à plusieurs reprises et avec fermeté, a réclamé l’abrogation de ces mesures transitoires.

 Nous regrettons que François Hollande soit également resté muet à ce sujet. Nous savons pourtant par expérience que les familles Roms qui, grâce à la solidarité de la population, des associations et de certains élus, ont  la possibilité d’accéder en France  à un logement décent, à un travail et à la scolarisation des enfants, sont maintenant parfaitement insérés dans la société française.

Une conférence de presse s’est tenue jeudi 16 février 2012 à la FNASAT (Fédération Nationale des Associations de Solidarité avec les Tsiganes et Gens du voyage) pour rendre public  le « rapport politique » de ROMEUROPE,  dont le MRAP fait partie intégrante. Dans ce rapport qui sera envoyé aux candidats aux élections présidentielles, nous demandons :

  • La levée immédiate des mesures transitoires imposées par la France aux citoyens roumains et bulgares depuis le 1er janvier 2008 qui limite l’accès au travail et prorogées de deux ans depuis janvier 2012 ;
  • La fin des « distributions » d’Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) sur le fondement
    • d’«abus de droit», notion récemment intégrée au CESEDA (Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers en France et du Droit d’Asile) qui porte atteinte à la liberté de circulation des citoyens européens
    • et sur la « charge pour le système social français », alors que les intéressés ne perçoivent aucune aide ;
  • L’accès au droit commun ;
  • L’arrêt immédiat des expulsions de terrains sans aucune proposition d’hébergement et la prise de mesures  pour garantir un habitat digne ;
  • L’accès plein et effectif à la scolarisation pour les enfants roms vivant en squat et en bidonville et  leur protection ;  
  • La garantie d’accès aux soins et à la protection de la santé. 

 

Ces revendications relèvent de la simple  application de la Charte internationale des Droits de l’Homme ( Nations Unies) et de la Convention Internationale des droits de l’Enfant signées et ratifiées par la France.

Le MRAP sera vigilant et attend de François Hollande qu’il réponde aux attentes du MRAP relatives aux Roms migrants.

 Paris, le 18 février 2012.

Similar posts
  • Trop c’est trop: les étudiants ... Environ 200 étudiants, enseignants se sont rassemblés à 13h place de la République à Strasbourg avant de défiler vers le campus de l’Esplanade où ils ont pu débattre dans un amphithéâtre de l’Escarpe. Plusieurs témoignages ont été entendus avant le départ du cortège, sur la situation dramatique du monde étudiant. Des mois de solitude, sans [...]
  • Ramené·es à la frontière plutôt qu’à ... Communiqué de presse du Collectif Maraude du Briançonnais Ramené·es à la frontière plutôt qu’à l’hôpital Samedi 16 janvier 2021, un peu avant 16 heures, l’hélicoptère du secours en montagne a déposé une famille exilée au poste de frontière de Montgenèvre au lieu de l’amener à l’hôpital. La manière dont s’est déroulé ce secours, à plus [...]
  • Deux gardés à vue après la manifestat... Un piquet de vigilance et de solidarité avec les personnes mises en GAV samedi soir s’est tenu devant le Tribunal judiciaire toute la journée du 18 janvier de 7H à18h pour les deux interpellés qui après deux jours de Garde à Vue ont été déférés en justice. L’un d’eux était un manifestant, qui portait un [...]
  • Manifestation et Free party à Strasbo... https://taranis.news/2021/01/strasbourg-16-1-2021-pplsecuriteglobale-freeparty/ 5 à 600 personnes dans la rue, malgré le froid et les interdictions de la préfecture, dans la rue, hier à Strasbourg, de 13 à 17h contre les lois liberticides! Le QG Gilets Jaunes Strasbourg République avait donné rendez-vous, comme depuis plus de deux ans, à 13h, place de la République, pour tenir une [...]
  • Livreur condamné pour antisémitisme :... Tribune refusée de publication par les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 15 janvier 2021. Livreur antisémite : quand l’ambassade d’Israël en France s’en mêle l’antisémitisme augmente. Parce qu’il devait livrer de la cuisine israélienne, un livreur Deliveroo de Strasbourg a refusé en expliquant qu’il ne livrait pas les juifs. C’est une parole et un acte antisémites. [...]