NON, VOUS N’AUREZ PAS LA COOP D’ALSACE ! et la Lorraine…

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

A LECLERC ET A CASINO :

 


 

 

 

 

 

 

 

Que se passe-t-il à la COOP ?

 

Depuis des années la COOP perdait de l’argent et des clients, alors que ses grands concurrents en gagnaient beaucoup. Ses dirigeants expliquent cela par des raisons essentiellement extérieures – Loi de Modernisation Economique (LME)…. Nous, en experts de ce dossier, affirmons au contraire que la première des raisons réside dans l’impéritie et l’incompétence du Conseil d’Administration de la COOP à la rénover et à la gérer. Ce que nous affirmons n’est nullement un jugement de valeur : c’est un constat étayé.

 

Ainsi le groupe COOP – constitué d’hypermarchés, de supermarchés, de petits magasins de proximité, d’une fameuse charcuterie, d’une boulangerie, d’une plate-forme de distribution avec une flotte de camions et un entrepôt, d’un siège social important – a accumulé des pertes d’exploitation et des dettes très importantes, tout en vendant ses « bijoux de famille ». Pour quels montants et pour quelle structure de dette ? Seuls le Conseil d’Administration et les commissaires aux comptes en connaissent le chiffrage précisément : alors que leur communication à propos de ces chiffres auprès des partenaires – sociaux, collectivités locales et territoriales, publics, et même …bancaires -, a été des plus fluctuante, voire hasardeuse, au point d’être sujette à caution !

 

Quel avenir pour la COOP ?

 

Aujourd’hui, les mêmes responsables – ceux qui ont amené le groupe coopératif à des pertes considérables, à un vieillissement général des magasins et des structures d’exploitation – proposent, pour sortir la coopérative de l’impasse, un plan capitalistique qui consiste à vendre le bien de tous les Alsaciens sociétaires à Casino et à Leclerc. Leclerc était déjà dans la place : mais pas comme le propriétaire qu’il deviendrait demain si cette solution était mise en œuvre. Nous sommes persuadés que les Alsaciens rendront responsables et redevables Casino et Leclerc de la disparation de leur coop.

 

Cette solution est-elle la bonne ?

 

La « Coopé », qui est le fruit d’une longue histoire alsacienne de solidarité et de redistribution, appartient depuis 1902 à ses sociétaires. Elle serait vendue à des intérêts privés, Casino et Leclerc. Que deviendraient alors, après les élections nationales prochaines, les 3 500 emplois directs et les 1 500 emplois indirects du deuxième employeur privé d’Alsace ? Que deviendront alors les 1 988 salariés au statut particulier des Hypermarchés et supermarchés, quand on sait qu’en Alsace, dans un magasin déjà vendu à Leclerc, plus de 80% des employés ont dû quitter leur poste ? Que deviendront les 161 magasins de proximité quant on sait comment Casino impose ses prix élevés à ses gérants pressurisés ?

 

Nous savons que cette solution aboutira à la disparition de la plupart des magasins de proximité, à la disparition de la charcuterie COOP, à la disparition programmée, après les élections nationales prochaines, de nombreux emplois et enfin à la disparition pure et simple de la coopérative d’Alsace ; alors qu’autour de nous, la gestion de notre monde capitalistique est devenu fou.

 

Peut-on faire mieux ?

 

Il existe un plan alternatif ! Nous voulons qu’il soit chiffré et étudié pour que les sociétaires puissent réellement choisir l’avenir de ce qui leur appartient !

 

Ce plan alternatif repose sur une idée très moderne de la coopérative comme un ensemble de services gérés localement avec des points d’exploitation multimodale. Concrètement, les magasins de proximité peuvent devenir dès demain plus proches de leurs clients, distribuant aussi des produits de producteurs locaux et régionaux, proposant d’héberger des services complémentaires en fonction des situations de terrain, développant les circuits courts, vendant plus de produits bio. Les hypermarchés et super peuvent compléter leur activité en devenant l’école moderne de la grande distribution. La plateforme de Reisttett, elle-même constituée en unité d’exploitation, peut devenir un outil innovant de logistique multi-partenariale mais aussi un acteur exemplaire de distribution écologiquement responsable. Enfin qui ne comprend que le Groupe Coop, sa charcuterie et l’Alsace sont un puissant vecteur d’identité régionale. La valorisation commerciale de cette grande marque Alsacienne tombe sous le sens.

 

Tout cela demande des outils, des engagements et des garanties.

 

L’outil existe : c’est la Société Coopérative d’Intérêt Collectif – S.C.I.C. – et l’ensemble des outils coopératifs et solidaires.

 

Les engagements se prennent. Ils sont alsaciens par les collectivités territoriales, par les élus de toutes tendances, par tous les habitants. Ils sont européens par l’Alliance Coopérative Internationale – ACI. Ils sont les nôtres, par l’expression de la volonté collective !

 

Les garanties se mesurent : elles s’inscrivent dans un terreau alsacien, celui de la Coopérative et de la mutualité.

 

Comment faire mieux ?

 

Christian Duvillet doit rester le PDG du groupe pour porter le plan actuel si rien d’autre n’est possible mais aussi pour garantir l’étude impartiale et rapide du plan B. Il doit être aidé dans sa lourde tâche par une équipe restreinte, responsable devant les sociétaires, et par des moyens complémentaires d’expertise. L’association de soutien mobilise aux côtés de la COOP ses réseaux et ses savoir-faire. Elle apporte la garantie de l’engagement de ses membres, elle fédère les forces alsaciennes, elle a la confiance des partenaires naturels de la COOP dans la grande diversité de leurs attentes.

 

La colère monte

 

Partout dans nos Apéro’Coop, de partout des témoignages nous parviennent, les sociétaires et les alsaciens nous déclarent et affichent leur colère devant le désastre de la disparition de leur Coopérative. Ils disent ensemble : La COOOP est pleine !

 

Philippe Spitz

 

Président Association Régionale de Soutien aux Coop d’Alsace

 

Dominique Bézu

 

Vice-président Association Régionale de Soutien aux Coop d’Alsace

association régionale de soutien aux coop d’alsace

2 rue du Cimetière 67500 Weitbruch

Tél : +33 (0)960 511 237 +33 (0)689 648 856

 

Mèl contact@soutien-coop-alsace Site www.soutien-coop-alsace.org

 

Association inscrite au registre des Association Tribunal de Haguenau : Volume en cours Folio n°en cours

Siret en cours Ape en cours

CCM weitbruch IBAN en cours – BIC en cours

 

Président Philippe Spitz +33 (0)689 648 856

Vice-Président Dominique Bézu +33 (0)661 656 617

Similar posts
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]