Salah Hamouri est en France [ le 4 mai à Mulhouse]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salah Hamouri est palestinien comme son père, résident de Jérusalem Est

occupée. Salah est français comme sa mère, originaire de Bourg-en-Bresse et

professeur de français dans une école de Jérusalem. Salah a passé près de

sept ans en prison pour un dossier vide, condamné par un tribunal militaire

d’occupation après trois années de détention administrative. Mais Israël ne

l’a pas condamné à l’âge de 20 ans par hasard : étudiant, il était déjà

convaincu de devoir se mobiliser pour défendre les droits du peuple

palestinien. Sept ans plus tard, c’est un militant conscient, réfléchi et

déterminé que nous avons rencontré.

 

Salah, tu es arrivé en France depuis trois semaines déjà, et tu as pu te

rendre dans de nombreuses villes*, presque une par jour, pour rencontrer

les comités qui avaient réclamé ta libération. Impressions ?

C’est d’abord bien sûr une immense joie d’être avec les gens qui m’ont

soutenu, qui ont réclamé ma libération (et celle de tous les prisonniers

politiques) que je peux remercier pour leur combat.

Je constate que les gens nombreux qui viennent à ces rendez-vous veulent

savoir ; ils veulent savoir ce qu’est vraiment la vie des prisonniers

palestiniens, les conditions de leur condamnation, les conditions de leur

détention.

Et moi, je leur apporte une confirmation : l’importance considérable du

soutien à l’extérieur pour ceux qui vivent dans ces prisons. Tout le

courrier n’arrive pas. Tous les messages n’arrivent pas. Mais beaucoup

passent, des lettres arrivent. Ce sont autant de signes que nous ne sommes

pas seuls. C’est déterminant pour nous. Je suis venu dire que votre défense

des valeurs de l’être humain, c’est ce qui nous a permis d’effacer le mot

désespoir de notre vocabulaire.

 

L’actualité des prisons israéliennes, c’est la grève de la faim.

C’est un mouvement extraordinaire qui est en train de se dérouler.

Aujourd’hui, au 10e jour, 2 000 prisonniers sur 4 600 participent à ce

mouvement. Il faut que vous l’imaginiez : pour que simultanément dans les

23 lieux de détention, autant de prisonniers participent à une même date à

un tel mouvement, sur les mêmes revendications, malgré l’isolement, c’est

près de deux ans de travail.

Si un tel mouvement a pu être mis en place, c’est le signe de

l’exaspération des prisonniers. 123 sont prisonniers depuis plus de 25 ans.

On en compte 400 qui sont malades, dont 18 de cancers. Certains ont des

handicaps lourds (chaises roulantes, handicapés mentaux, aveugles…). Des

enfants ont été condamnés à cinq ans de prison pour des actes qui n’ont

blessé personne, quand des colons prennent six mois pour avoir tué des

Palestiniens ou sont acquittés pour « légitime défense ».

Les revendications qui sont avancées doivent être connues et popularisées,

car elles montrent ce que sont les prisons de la « seule démocratie du

Moyen-Orient » :

Fin de l’solement, qui est reconnu par les organismes internationaux

comme une forme de torture ; cela concerne en ce moment 24 prisonniers.

Fin de la détention administrative, cela concerne 300 prisonniers pour

lesquels aucune procédure judiciaire n?est engagée, simplement un avis sur

le fait que leur mise en liberté présenterait un risque pour la sécurité

nationale (c’est une formule qui date du mandat britannique !) ; une

décision renouvelable de six mois en six mois, et cela peut durer des

années et des années, sans jugement et sans avocat !

Droit aux études et accès aux livres, en particulier pour les enfants ;

il y a 90 enfants de 8 à 16 ans dans les prisons israéliennes, condamnés

par des tribunaux militaires et ils sont actuellement interdits d?études et

de lecture ; pas d?autorisation aux associations pour les rencontrer, pas

d?autorisation aux adultes de les aider; six à sept mois parfois sans

visite, et quand les parents viennent la rencontre se fait derrière une

vitre et par téléphone ; Israël assassine l?enfance de ces enfants.

Droit de visite des familles pour les emprisonnés de Gaza (actuellement

400); les Gazaouis sont interdits de toute visite depuis des années.

Amélioration des conditions de détention qui sont franchement sordides.

 

Quel est ton message au mouvement de solidarité en France ?

Nous en sommes au 10e jour (au 26 avril) pour les 1 600 qui ont commencé la

grève le17 avril, d’autres se sont joints depuis. Il y a urgence absolue que

partout dans le monde ce mouvement soit connu et soutenu, que les

gouvernements du monde entier soient obligés d’interpeller Israël et mettre

cet État devant ses responsabilités.

Au-delà, vous avez une responsabilité pour l’élargissement du mouvement qui

doit obtenir la fin de l’impunité d’Israël et son régime qui est pire que

l’apartheid car il s’agit d’une volonté d’évacuer les Palestiniens.

Pendant mon incarcération, les deux événements les plus importants ont été

la victoire du peuple libanais en 2006 et le printemps arabe en cours, où

des dictateurs qui avaient vendu les intérêts de leurs peuples ont été

chassés.

Votre première responsabilité ici, c’est d’obtenir un changement politique

en France, que la France retrouve une attitude indépendante et cesse son

alignement sur la politique des USA et d?Israël.

 

* À Paris, est organisée une soirée de soutien aux prisonniers politiques

palestiniens détenus en Israël, en violation flagrante du droit

international .

 

Propos recueillis par Roger Devaneuse, le 26 avril

 

Similar posts
  • Les hospitaliers des HUS devant lR... 80 manifestants devant l’Agence Régionale de Santé à Strasbourg à l’appel de trois syndicats hospitaliers, FO, la CGT et la CFTC. Après des prises de parole, ils se sont dirigés vers les quais et au passage ont “décoré” le siège du candidat macédonien Fontanel avec des tenus blanches trouées et des vielles baskets pour souligner [...]
  • La police évacue des grévistes à l... [...]
  • Commémoration du massacre des juifs d... [...]
  • Débrayage chez Punch Powerglide à Str... 70 salariés de l’équipe du matin ont débrayé chez Punch Powerglide, usine du Port du Rhin à Strasbourg contre le PSE qui comprend des départs volontaires et des suppressions d’emploi. De l’autre côté des grilles d’entrée des délégués CGT de plusieurs entreprises privées et publiques s’étaient rassemblés avec des Gilets Jaunes en soutien: cheminots, fonctionnaires [...]
  • Rassemblement devant le rectorat de S... https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157987388948599/ Une petite centaine de personnels de l’Education nationale et des gilets jaunes devant le rectorat de Strasbourg rue de la Toussaint, de la maternelle à l’Université. Tous s’opposent à la casse des retraites solidaires. Les profs de lycée s’opposent à la destruction du bac national avec des épreuves locales qui comptent pour un tiers [...]