Une Française à Gaza et une Israélienne du kibboutz Kfar-Aza [à 3 km de Gaza] témoignent

Tous et toutes place Kléber à Strasbourg ce samedi 17 novembre 2012
contre l’agression israélienne!

ATMF, CJAC, Femmes en Noir, Mrap, UJFP-Alsace, etc

Attaque massive sur Gaza depuis le milieu de l’après-midi. Au cas où un quelconque empêchement ne me laisserait pas vous le dire de vive voix, à tous :

1) Il est TOTALEMENT mensonger de présenter ce qui se passe comme un
combat entre deux forces en affrontement, ni comme une action
nécessité par la sécurité d’Israël :

– La mort à Gaza est comme la colonisation en West Bank : quel que soit l’état des dites négociations de paix, la colonisation avance au même rythme en Cisjordanie, et quel que soit l’état de la Résistance, l’armée israélienne tue quotidiennement à Gaza. Treize jours que je suis à Gaza, mon journal quotidien est fait de corps déchiquetés, de parents à bout de pleurs et du silence des comas.

– La disproportion de forces est effarante. Étonnant finalement qu’il
faille un F16 pour venir à bout d’un enfant.

2) Il est TOTALEMENT mensonger de présenter la situation actuelle
comme de la responsabilité de la Résistance. Nous savons bien tous, ou croyons savoir, que résister est non seulement un droit, mais un
devoir. Ici la Résistance est petite et morcelée – décimée par les
assassinats dits ciblés, faisant face à une machine de guerre
monstrueuse -, mais elle existe. Et comme toute Résistance, elle est
présentée comme responsable des malheurs de la population. Alors allez sur le Web et relisez le texte de l’affiche rouge (je veux dire : ce que les nazis ont écrit sur cette affiche placardée dans tout Paris :

3) Non, Gaza n’est pas un endroit qui pourrait être calme et vivable
si des fous furieux ne s’acharnaient pas à lancer des rockets sur la
paisible Israël. Toute la vie économique de Gaza a été tuée par
l’interdiction d’exporter. Gaza est une cage où une puissance
étrangère décide de tout, la quantité des denrées qui entre ou n’entre pas, les lieux où les gens pourront rester en vie et ceux où ils seront abattus, le moment où ses tanks entreront arroser quelques kms carrés de leurs engins explosifs et les moments où on pourra avoir l’impression de vivre (au moment où je vous écris cette phrase, l’immeuble tremble de l’impact d’une bombe proche).

4) Luttez contre la désinformation, c’est notre seule chance de survie

Douce nuit – ONA MOVE – Yalla! – Yang-Kà!
Marie-Cécile

«Ne nous défendez pas – pas comme ça»

par Mihal Wasser

Mihal Wasser est une enseignante israélienne ; elle vit au kibboutz Kfar-Aza, situé à trois kilomètres de Gaza entre les villes de Nétivot et de Sdérot. Voici la traduction d’un article qu’elle a publié le 15 novembre 2012 dans le quotidien israélien Haaretz (version originale, en hébreu: www.haaretz.co.il/opinions/1.1865593. Cet article s’adresse au gouvernement de son pays.

« La première chose que je veux dire est ceci: ne me défendez pas, s’il vous plaît. Pas de cette manière.

Je suis dans ma «chambre sûre» [la pièce prévue, dans tous les foyers israéliens, pour s’y réfugier en cas d’attaque], au kibboutz Kfar-Aza, et j’écoute les bombardements de la guerre généralisée qui se déroule à l’extérieur. Je ne sais plus distinguer «nos» bombardements de «leurs» bombardements. À vrai dire, les enfants du kibboutz font cela mieux que moi; leur «oreille musicale» s’est développée dès le plus jeune âge, et ils savent distinguer un obus d’artillerie d’un missile tiré depuis un hélicoptère, et un obus de mortier d’un Qassam (missile). Qu’ils soient bénis.

C’est à cela que ressemble la «défense du foyer»? Je ne comprends pas: est-ce que tous nos dirigeants dormaient durant leurs cours d’histoire? Ou peut-être ont-ils étudié selon le programme (scolaire) du Mapaï [le parti travailliste, au pouvoir en Israël entre 1949 et 1977] ou celui de [l’actuel ministre de l’éducation membre du Likud] Guideon Saar (je suis désolée de dire que la différence entre les deux n’est pas si grande), et ont-ils mal compris le mot «défense»? Est-ce que défendre la sécurité des citoyens, cela signifie mener une guerre totale toutes les quelques années? Est-ce qu’aucun homme politique n’a entendu l’expression «planification à long terme»?

Si vous voulez me défendre, alors, s’il vous plaît, n’envoyez pas Tsahal (l’armée israélienne NDLR) avec pour mission de «gagner». Commencez à penser sur le long terme, et pas seulement dans la perspective des prochaines élections (prévues en Israël le 22 janvier 2013 NDLR). Essayez de négocier jusqu’à ce qu’une fumée blanche sorte de la cheminée. Tendez la main à Mahmoud Abbas. Cessez les «exécutions ciblées», et regardez aussi les civils d’en face droit dans les yeux.

Je sais que la majorité du public m’accusera d’être «une belle âme». Mais c’est moi qui suis ici, au moment où les obus de mortier tombent dans mon jardin, et pas Saar ni le premier ministre Binyamin Netanyahou – et pas non plus [la dirigeante travailliste] Shelly Yacimovich ni [le dirigeant du parti centriste Yesh Atid] Yaïr Lapid. C’est moi qui ai choisi d’élever mes enfants ici, bien que j’aie eu et que j’aie encore d’autre options.

On peut m’accuser de manquer de sionisme, on peut m’accuser de mollesse et de faiblesse de caractère, mais il est impossible de m’accuser de pratiquer un double langage. Mes enfants ont servi dans des unités combattantes, en plus de l’«année de service» (service civique NDLR) qu’ils ont effectuée, à titre bénévole, pour le pays. Nous vivons ici, et nous aimons ce pays.

Notre combat à nous est un combat pour la forme que revêt l’Etat, pas pour ses frontières. Pour sa nature démocratique, et pour la dignité humaine en son sein. Pour la raison. Alors, cessez de tuer des civils de l’autre côté de la frontière afin de protéger ma vie.

Si vous voulez mettre un terme aux actions hostiles qui proviennent de l’autre côté, ouvrez vos oreilles et commencez à écouter. Si vous vous souciez de nous, cessez de nous défendre par des missiles, des actions «ciblées» et des «vols dissuasifs». En place de l’opération « Pilier de Défense » (nom de code de l’opération militaire en cours NDLR) lancez-vous dans une opération “Espoir pour l’Avenir”. C’est plus compliqué, il faut pour cela de la patience, et c’est moins populaire. Mais c’est la seule issue possible. »

Paru aujourd’hui en première page du quotidien Haaretz, cette annonce conjointe de la Coalition des Femmes pour la Paix, New Profile, le Centre d’information alternative et Yesh Gvul:

“Non à la guerre électorale!

Nous refusons de participer à la guerre et à l’effusion de sang.

Nous refusons de participer à la vague de haine et d’incitation à la haine contre les habitants et les habitantes de Gaza.

Nous refusons d’abandonner le sud (d’Israël) pour un vertige politique.

Joignez-vous à nous dans les manifestations et les actions de protestation dans tout le pays.”

No to the election war!

We refuse to take part in war and blood shed

We refuse to participate in the wave of hate and incitement against the citizens of Gaza

We refuse to abandon of Israel’s south for a political spin

Join us in demonstrations and protests all over the country

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.