Pinar Selek, par le GIT France


Affaire Pinar SELEK

Communiqué de Presse
du GIT France

Paris, le 1er décembre 1012

Nous, enseignants et chercheurs de France, membres du GIT, déclarons solennellement que nous sommes très inquiets pour les libertés intellectuelles et pour celle d’entreprendre des recherches en Turquie, après l’audience du 22 novembre 2012 instruisant un procès politique contre notre collègue, la sociologue Pinar SELEK. Nous appelons à la soutenir, et à travers elle, les libertés de recherche et d’enseignement en Turquie, lors de la nouvelle audience qui aura lieu le 13 décembre.

Pinar Selek, une des sociologues les plus renommées de Turquie, connue pour ces travaux innovateurs sur les marges de la société comme les femmes, les homosexuel (le)s, les enfants des rue, les Kurdes… est en danger.

En 1998, elle a été accusée d’avoir placé une bombe dans le Marché aux épices d’Istanbul. Or, toutes les expertises ont clairement démontré que l’explosion intervenue était due au gaz. Elle a été accusée en raison de ses recherches et de ses engagements pour défendre les exclus de la société turque.

Au long d’un feuilleton judiciaire interminable, elle a été acquittée à trois reprises. Mais ces verdicts d’acquittement ont été systématiquement cassés par la Cour de cassation. Le 22 novembre 2012, un tribunal d’Istanbul (dont la cour a été subitement modifiée dans sa composition) a décidé elle aussi de revenir sur les décisions de justice, en cassant l’acquittement, d’une manière totalement illégale dans la mesure où un tribunal n’est pas autorisé à modifier un arrêt définitif déjà rendu. Par cette décision, le tribunal en question s’est substitué à la Cour de cassation. A l’audience prévue du 13 décembre 2012, la cour aura la possibilité de revenir sur sa décision et de confirmer l’acquittement. Dans le cas contraire, notre collègue sera condamnée à la prison à perpétuité, alors que son innocence a été proclamée à trois reprises.

Pinar Selek mène actuellement ses recherches doctorales à Strasbourg. Elle est un membre prestigieux de la communauté scientifique de France. Nous déclarons que nous sommes solidaires de notre collègue. Nous demandons pour elle, et pour tous ceux et celles actuellement en prison, inculpés ou menacés pour leur recherche ou leur enseignement, une justice respectueuse des libertés élémentaires et des droits fondamentaux.

GIT France

Pour le GIT France,

Les co-fondateurs,
Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales/EHESS (histoire, sociologie), Yves Déloye, professeur à Sciences Po Bordeaux et à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (science politique), secrétaire général de l’Association française de science politique Vincent Duclert, professeur agrégé à l’EHESS et professeur associé à l’université de Columbia-Paris (histoire), Diana Gonzalez, enseignante à Sciences-Po Paris (sociologie, esthétique), Emine Sarikartal, doctorante à l’université de Paris-Ouest, traductrice et éditrice (philosophie), Ferhat Taylan, doctorant à l’université de Bordeaux et traducteur (philosophie).

Similar posts
  • Luttes pour la culture et manifestati... Parvis du TNS Jeanne Barseghian Manifestation contre les lois liberticides et la loi dite séparatisme Féminisme Gare de [...]
  • Strasbourg contre les lois liberticid... [...]
  • 500 féministes, et une petite centain... Blocage du quai par la police “Liberté!” Déblocage du quai par la police Hommage à Heinké avant le départ de la manifestation citoyenne Vers 14h, ce samedi, deux groupes de manifestants se sont rassemblés les unes, féministes, au nombre de 500, place de l’Etoile, pour un cortège non mixte, à l’occasion de la journée de [...]
  • Avant et après la manifestation du 20... Chaque manifestation à Strasbourg est suivie, et parfois précédée de répression policière ciblée donnant lieu à des inculpations pour des motifs divers, souvent très légers. Et des gardes à vue, GAV, en série. Plusieurs manifestants ont ainsi été interceptés, par la BAC en général, au centre ville, après la manifestation près de l’Hôtel de ville [...]
  • Strasbourg: 200 manifestants pour les... 200 personnes ont encore manifesté ce 13 février à l’appel des Gilets Jaunes, des syndicats, de partis politiques et d’associations contre la loi dite de “sécurité globale” et contre l’islamophobie qui préside à la loi sur le prétendu “séparatisme” des musulmans. Dans son débat faf à faf avec Darmanin, ex-royaliste, Marine Le Pen a demandé [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.