UN 8 MARS POUR NOS MERES… par Michel ETIEVENT

UN 8 MARS POUR NOS MERES…

8 mars. Belle journée de la femme. Journée où il s’agit en 24 heures seulement de décliner ce que femmes et mères nous ont légué. Ouvrez un livre d’histoire. Vous y verrez, sous toutes les déclinaisons, la princesse, la manipulatrice, l’empoisonneuse. La mémoire relègue la femme au rang de l’alcôve ou de l’anecdote. Des vies d’anonymat à donner la vie en s’oubliant elles mêmes. « Combien en ai-je vu de ces femmes ridées avant l’âge qui n’ont jamais pris soin d’elles mêmes. Combien en ai-je vu de ces mères de Moûtiers ou des Allues qui, une heure seulement après leur accouchement à même le champ, s’en retournaient aux prés pour continuer de faucher !» Ce beau témoignage de l’abbé Brun, vicaire de Tarentaise (Savoie) en 1945, en dit long sur la condition des femmes d’ici. A l’image de Mélanie de Naves ou d’Antoinette de St Martin, elles étaient, à l’orée du siècle, bonnes ou domestiques et partaient se placer à Paris rien que pour éviter aux familles les morsures des misères. Qui parlera de ces femmes qui, pour remplacer les hommes partis sur les fronts de 1914, tournaient des obus douze heures par jour à Notre dame de Briançon ou Ugine? Qui évoquera ces résistantes qui, au prix de leurs vies, passaient des messages dans le guidon de leurs vélos ou sous la semelle de leurs sabots ? A l’image de Louise de Glaizette ou de Raymonde de Petit Cœur, elles soignaient les blessés ou cachaient des maquisards. Qui racontera les mille et une heures de travail de ces ouvrières, toujours en quête de travaux d’appoint pour nourrir les enfants et qui, au sortir des travaux des fours assuraient des nuits de lavage dans l’eau glacée des bassins ? Qui parlera de ces veuves, laissées au bord du chemin avec six enfants à charge, contraintes de tout assumer, sans plaintes ni requêtes. Qui les a vues un jour s’arrêter un peu, prendre soin de leurs vies ? Nous les croisons parfois sur les sentiers, ces vieilles sans âge qui, contraintes d’assurer le travail de la ferme après le départ du mari pour l’usine, devaient affronter les taches masculines, du raclage du fumier au bucheronnage. L’histoire les a plongées dans les drames de l’oubli. Et pourtant, elles ont fait nos vies et tissé avec patience la trame de nos avenirs.

Michel ETIEVENT

601133_500619100002554_1975655984_n

Similar posts
  • Concessions autoroutières bradées au ... Vendredi 18 septembre 2020, Vincent DELAHAYE, rapporteur, a présenté à la presse les conclusions de la commission d’enquête sur le contrôle, la régulation et l’évolution des concessions autoroutières, au Sénat (1). Engagé dans la lutte contre le contournement Ouest de Strasbourg, veuillez trouver la réaction du collectif GCO NON MERCI : Le GCO, cette autoroute [...]
  • 500 manifestants à Strasbourg et une ... 500 manifestants pour cette rentrée sociale de lutte avec CGT, Sud, CNT,FSU, etc et PCF, PCOF, NPA, Sans Papiers d’Alsace… Cortège tranquille animé par un pôle radical formé en chemin. Il a fallu que les policiers emmerdent quelques gilets jaunes à l’issue de la manifestation. Totalement injustifié! Comme si la nouvelle préfète déjà rétoquée 3 [...]
  • Rentrée des luttes en Alsace Gilets jaunes, Marche pour le climat, Vélorution contre la Start up Nation Israël, femmes contre les violences machistes, on avait le choix des bonnes causes ce samedi 10 septembre. Le 11 septembre anniversaire du putsch de Pinochet au Chili Colmar Statue de la liberté à Colmar   Intervention UJFP-Alsace Vidéo de Christan Bonardi Publiée par [...]
  • A propos de la prétendue “impor... Lu dans les DNA du 7 septembre 2020 Géopolitique municipale Le conseil municipal de Strasbourg a approuvé lundi dernier une motion à la suite de l’agression antisémite d’un graffeur dans un quartier de la ville. La finalisation de ce texte a donné lieu à un vif échange entre des représentants de la majorité municipale, dont [...]
  • Les sans-papiers d’Alsace LSPA [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.