Ce qui arrive aux islamistes aujourd’hui peut tout à fait arriver demain aux travailleurs et aux activistes de gauche

Les Amis de l’Émancipation Sociale

Rouges de colère car les classes populaires ne doivent pas payer la crise du capitalisme.

Verts de rage contre le productivisme qui détruit l’Homme et la planète.

Noirs d’espoir pour une société de justice sociale et d’égalité

dimanche 18 août 2013
« Ce qui arrive aux islamistes aujourd’hui
peut tout à fait arriver demain aux travailleurs et aux activistes de gauche »[1]

Qu’il y ait eu 700 morts et 4 000 blessés (chiffres de l’armée égyptienne) ou certainement beaucoup plus, la répression sanglante contre les Frères Musulmans est inacceptable pour ceux qui prônent l’émancipation sociale et politique du peuple égyptien. Ne pas la condamner c’est permettre à l’appareil d’Etat toujours tenu par les hauts dignitaires de l’armée d’instituer un retour à l’ordre, y compris en instrumentalisant les affrontements à caractère religieux.

Nous tentons, ici, de comprendre ce qui se passe là-bas, à partir des sources que l’on trouve sur le site A l’encontre (et nous vous invitons à aller les lire sur alencontre.org) émanant des Socialistes Révolutionnaires égyptiens, de militants syndicaux ou encore de « spécialistes » tels Gilbert Achcar, Alain Gresh (sur le blog du Monde Diplomatique) et aussi celles de Jacques Chastaing (réseau des anticapitalistes du grand Est).

Dans son dernier texte, Jacques Chastaing nous invite à reprendre le film des évènements, ce que nous allons faire mais dans une toute autre optique que la sienne qui nous semble quelque peu optimiste quant au devenir du processus révolutionnaire face à l’appareil contre-révolutionnaire à l’œuvre. Sans se gausser de mots : « révolution », « auto-activité », « auto-organisation » mais sans nier l’ampleur des mobilisations et des prises de conscience qui s’opèrent, force est de constater que le processus révolutionnaire en cours n’a ni fissuré et encore moins brisé l’appareil d’Etat Moubarak.

Juin 2012. Face à la mobilisation et au « mécontentement » contre elle, l’armée, ou plutôt le quarteron des généraux qui la dirige, est tentée par un coup d’Etat. Elle se résout, pour éviter d’être fracturée, à laisser parler les urnes, espérant qu’en utilisant la force médiatique, son candidat l’emportera aux présidentielles.

Contre toute attente, et face à l’émergence du candidat nassérien qui arrive en 3ème position au 1er tour, c’est Morsi qui l’emporte contre le candidat des forces armées au second tour. L’abstention importante, la perte de voix considérable de Morsi par rapport aux élections instituant l’Assemblée constituante, révèlent déjà une légitimité populaire qui se fissure. Il n’empêche, les deux millions de membres des Frères Musulmans n’ont pas disparu et il faudrait pouvoir s’interroger sur la composition sociale de la confrérie, bien que l’on sache qu’elle est dirigée par une bourgeoisie affairiste liée au Qatar…

Que se passe-t-il dès lors ? Les Frères Musulmans s’empêtrent dans leur volonté d’assurer leur suprématie religieuse tout en se rangeant aux côtés de l’armée. Le soutien des Etats-Unis reste acquis, aucune réforme antilibérale n’est actée, le mécontentement des classes populaires face à la répression explose. L’armée laisse les Frères en première ligne pour mesurer l’impopularité de leur propre position. Morsi tente de se donner les pleins pouvoirs pour briser les mobilisations, grèves, manifestations qui se succèdent. L’armée attend son heure.

Et c’est alors que, « spontanément » se lève le mouvement Tamarod qui « aurait » récolté 20 millions de signatures pour exiger la démission de Morsi. Incontestablement, ce mouvement a existé mais il n’a pu prendre cette ampleur, et aussi vite, sans qu’on lui fournisse un appui logistique, financier et médiatique décisif. L’armée, la bourgeoisie libérale pro et anti-Moubarak lui ont assuré ce succès.

Les manifestations monstres (14 millions ? 30 millions ?), même si l’ampleur des chiffres peut être contestée, se sont déroulées avec l’accord et l’instrumentalisation de l’armée. Tamarod naïf ? Tellement représentatif qu’il exige qu’aucune banderole d’organisations, de partis ou de syndicats ne soit déployée mais que tout soit fait au profit de l’armée et de l’unité nationale autour d’elle !

« L’armée a volé les fruits de la révolution ». Lesquels ? Pas la justice sociale, ni le pain, rien n’a été acquis dans ce domaine ! La liberté, certainement, mais elle est déjà remise en cause depuis l’instauration de l’état d’urgence et la répression contre les Frères Musulmans, qui, dans cette affaire, jouent le rôle de boucs émissaires. Les Frères ne sont, dans leurs hauteurs dirigeantes, que les représentants d’une fraction de la bourgeoisie qui n’a pas réussi à acquérir des positions de forces au sein de l’appareil d’Etat.

Certes, « le peuple est trompé, baladé» et la répression risque désormais de s’étendre à d’autres secteurs, et ce, dans un climat de guerre confessionnelle. « Les Frères Musulmans (et tous ceux qu’ils drainent derrière eux) et l’armée vont-ils s’affaiblir mutuellement » ? (comme l’écrit Jacques Chastaing) Non ! La disproportion des rapports de force parle d’elle-même.

Car, où est le 3ème larron qui aurait pu s’interposer pour éviter ce bain de sang ? Appelle-t-il à une grève générale pour condamner la répression à balles réelles ? S’il ne le fait pas, qu’en sera-t-il demain lorsque la situation sera encore plus dégradée ? S’en prend-il aux entreprises gérées par l’armée. Occupe-t-il les usines ? Non, il n’en est pas encore là ! (et les quelques mouvements existant aux aciéries de Suez sont déjà « matés »). Il risque, demain d’être désorienté par cette coalition improbable autour de l’armée des généraux, à savoir des libéraux-démocrates qui, nationalistes ou de « gauche », entendent prôner le retour à l’ordre, le maintien de l’état d’urgence et l’appel « à retrousser les manches » pour honorer les dettes des créanciers internationaux. Etats-Unis, Europe ou encore Arabie Saoudite qui possède sur l’échiquier égyptien le point d’appui des salafistes d’El Nur.

Jacques Chastaing pourrait avoir raison : le processus révolutionnaire peut reprendre le dessus face au détournement confessionnel de ses objectifs mais rien n’est assuré. Si, comme on peut le penser, après la démission d’El Baradeï, la coalition improbable se délite, si des élections sont maintenues, si la contestation ouvrière et populaire s’amplifie contre l’armée, alors une brèche serait ouverte et la désagrégation de l’armée de conscrits inévitable … Mais, cela fait beaucoup de « si », mais c’est possible. Toutefois, les forces politiques révolutionnaires restent bien faibles et l’état de prise de conscience et d’organisation des ouvriers toujours pas en mesure d’imposer sa loi à la bande d’aigrefins qui entend les manipuler. A ce sujet, il convient de lire attentivement l’interview et l’analyse de la syndicaliste Fatma Ramadan, animatrice des syndicats indépendants[2] où elle affirme « la révolution n’a pas de noyau dur organisé et déterminé pour la continuer ».

Gérard Deneux et Odile Mangeot, le 17 août 2013
Amis de l’émancipation Sociale
http://les-amis-emancipation-sociale.blogspot.fr/
amis.emancipation.sociale@gmail.com

[1] Citation extraite de l’interview de Sameh Naguib, membre dirigeant des Socialistes révolutionnaires égyptiens, paru sur le site A l’encontre alencontre.org
[2] Publié sur le site A l’encontre, le 28 juillet, cet appel a été lancé le 26 juillet par Fatma Ramadan que nous avions rencontrée à Bâle (Contre Davos). Voir également sur ce même site que nous recommandons (alencontre.org) les textes relatifs à la composition du nouveau gouvernement intérimaire (cette coalition improbable), lire l’entretien avec Sameh Naguib – membre dirigeant des Socialistes Révolutionnaires égyptiens) publié le 6 août 2013

Les Amis de l’émancipation sociale
LURE-BELFORT, Nord Franche-Comté, France
Les AES constituent une association ayant pour but de favoriser l’émancipation sociale, individuelle et collective, et ce, en promouvant, par la réflexion et l’action, la critique du système capitaliste et ses dérives ultra libérales

Similar posts
  • Amazon, ni à Dambach ni ailleurs! Communiqué de presse du 28 juillet 2020 En guise de réponse face au chantage à l’emploi proposé par la multinationale Amazon sur le territoire de Dambach-la-ville, Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de [...]
  • Amazon: ni à Dambach-la-Ville ni aill... Communiqué de presse du 18 juillet 2020 Le collectif opposé au projet d’implantation d’Amazon en Alsace, constitué notamment du Chaudron des alternatives, de la Confédération des Commerçants de France, des Amis de la Terre, d’Alternatiba, de France Nature Environnement ou encore de l’association Nature et Vie, a adressé un courrier le 17 juillet 2020 à [...]
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.