“Sauvons le Café Brant”!

La rumeur circule depuis des mois. Le tenancier de la Feuille de chou en avait parlé avec le gérant, au printemps: affaire de gros sous. Les DNA y consacrent un papier ce jour. Le Café Brant fermerait!

Et, comme pour la Chambre des Métiers, avenue des Vosges, remplacée il y a des années, sans vague, même des joueurs d’échecs qui s’y retrouvaient, avec d’autres clientèles, ce serait encore une agence bancaire qui prendrait la place.

Il y a quelque ironie, dans cet avatar, au vu de la fréquentation, en partie, très bourgeoise libérale du café!

On leur proposerait bien d’occuper les lieux; mais vous les voyez, vous, utiliser les méthodes de gauchistes qu’ils honnissent?

Ou bien, qu’ils invitent les familles de demandeurs d’asile qui dorment pas loin, place de la République…Il y aura le nombre!

Et les profs de fac, ils vont aller où, en sortant du Palais U? Et leurs étudiant(e)s? Et la communauté syrienne de Strasbourg? Et les agents consulaires turcs qui bientôt ne seront plus voisins? Et tous les autres, les rentiers, les avocats, les architectes,les promoteurs immobiliers, les gros commerçants à la retraite, les artistes?

https://www.facebook.com/sauvonslecafebrant

DNA

Strasbourg

l-hypothese-la-plus-solide-sur-l-avenir-de-la-brasserie-serait-la-reprise-des-locaux-par-une-banque-photo-dna-michel-frison

Mobilisation pour la sauvegarde d’une brasserie mythique Vers la fin du café Brant

L’hypothèse la plus solide sur l’avenir de la brasserie serait la reprise des locaux par une banque… Photo DNA – Michel Frison

Le célèbre café Brant, place de l’Université à Strasbourg, pourrait fermer ses portes à l’automne. De nombreux Strasbourgeois s’en émeuvent déjà. Mais les responsables du lieu ne laissent rien filtrer…

Les clients de passage du café Brant l’ignorent sans doute. Mais de nombreux habitués ont eu vent de la fermeture prochaine de cet endroit mythique de Strasbourg.

Sur la place de l’Université, à l’angle du quai du Maire-Dietrich, la terrasse profite de l’ombre des platanes et de la fraîcheur de l’Ill. L’intérieur recèle des objets d’arts et invite au calme près des baies vitrées donnant sur le Palais U.
« On ne peut pas laisser faire : un jour, on va se réveiller ; il y aura des guichets »

« Trop de bruits circulent pour rester inactif », annonce la page « Sauvons le café Brant » sur le réseau social Facebook. Son objectif : « Anticiper l’éventuelle vente du café Brant sans préservation du site » et « montrer l’attachement que nous avons tous pour cette brasserie d’exception ».

Parmi les 1 500 soutiens qui s’y affichent depuis sa création il y a un mois, certains évoquent une fermeture au 30 septembre, ou au 31 octobre. Une information difficile à confirmer.

« On est tenu au secret », s’excusent les salariés interrogés hier. Quant au gérant, Jean-François Horn, patron des lieux depuis 1987, il n’envisage pas une seconde de donner une interview. Et l’administrateur de la société civile immobilière propriétaire des murs, Nicolas Berst, n’a pas répondu aux appels.

Ce qui est sûr, c’est qu’un permis de construire a été déposé depuis plusieurs mois déjà pour rénover l’ensemble de l’immeuble. « Une mise aux normes nécessaire au demeurant », indique le premier adjoint au maire Robert Herrmann. Ces travaux à venir imposent la fermeture de l’établissement. Par ailleurs, Jean-François Horn va effectivement cesser son activité et se séparer des personnes qu’il emploie.

Après la rénovation, le propriétaire ne voudrait pas d’une brasserie au pied de l’immeuble. « Je n’arrive pas à connaître le vrai du faux sur l’occupation du rez-de-chaussée », explique Robert Herrmann, de plus en plus souvent interpellé par ses concitoyens sur le mystère de cette disparition programmée. « Il est clair que cette brasserie appartient au patrimoine de la ville, reconnaît l’élu, et on a du mal à imaginer que ça devienne une banque. » Mais c’est pour l’instant l’hypothèse la plus solide.

« On a eu confirmation que le mobilier est en vente », assure Axelle Benamran, administratrice de la page Facebook. « On ne peut pas laisser faire : un jour, on va se réveiller ; il y aura des guichets. Ça nous fait mal au cœur : c’est trop beau, c’est trop culte. »

« Notre objectif n’est pas d’empêcher des personnes privées de contracter, poursuit-elle, mais si à coût égal de loyer on peut avoir une brasserie à la place d’une banque… » Deux gérants de brasserie « très installés » seraient prêts à reprendre l’activité.

Mais le problème, c’est qu’il s’agit d’une tractation privée sur laquelle la collectivité a peu de prise. Et la demande en cours d’instruction de classement aux monuments historiques n’y changera pas grand-chose. Restent les cris du cœur des Strasbourgeois. Quelqu’un les entendra-t-il ?
par Charlotte Dorn, publiée le 21/08/2013 à 05:00

Similar posts
  • Malgré la sècheresse et le préfet, Vi... Correspondant: Photos prises hier à Kolbsheim sur le site du moulin bien gardé par des détecteurs de présence (dernière photo). On ne les a pas déclenchés. Cela nous a permis d’aller voir que Vinci pompe bien de l’eau dans le canal de la Bruche. Le compteur indiquait 3720m3 soit 3 720 000 litres. Par contre [...]
  • Émotions afro-sionistes dans la Grand... Émotions afro-sionistes dans la Grand-Rue Agente d’artistes réputée, Delphine Courtay s’essaie avec un certain bonheur à l’art de la galerie de peinture, dans la galerie Delphine Courtay tout simplement. Dans la cour intacte derrière la librairie Quai des Brumes, elle expose en ce moment Laurent Impeduglia. Cet artiste reconnu a été lauréat du salon St’art [...]
  • Gilets jaunes: succès de l’Ag d... Dimanche 8 septembre, à Dannemarie dans la salle communale occupée grâce au maire Paul Mumbach, s’est tenue une Coordination des Gilets jaunes de l’Est, territoire plus vaste que le Grand-Est officiel puisque des délégués de Franche-Comté étaient aussi présents avec l’Alsace, la Lorraine, les Vosges et des Allemands. Après un certain retard initial sur l’horaire, [...]
  • Amazonie en danger : rassemblement à ... [...]
  • Les pompiers dans la rue à Strasbourg [...]

1 Commentaire

  1. Federmann Georges Yoram Federmann Georges Yoram
    21 août 2013    

    le Brant est une Institution culturelle souple et accueillante
    que nous tenons à préserver ,comme des Hommes et comme Brant-ôme,par la plume et s’il le faut par les “(l)armes”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.